Comment faire pour que le message reçu ce dimanche soit parlant pour aujourd’hui ? … pour que les paroles de Jésus nous touchent,

Homélie 6ème dimanche de Pâques C 1er mai 2016 à Clerlande

Homélie 6ème dimanche de Pâques C 1er mai 2016 à Clerlande

Comment faire pour que le message reçu ce dimanche soit parlant pour aujourd’hui ?

 

… pour que les paroles de Jésus nous touchent,

pour que le Saint-Esprit soit accueilli comme une réalité vivante, aimante, pour que le Père soit reconnu, écouté, adoré, aimé ?

Il faut être aveugle pour ne pas voir que des personnes nombreuses et de tout bord s’efforcent de vivre de manière plus consciente, davantage en harmonie avec et dans le respect de la création. D’autres multiplient les initiatives pour se faire rencontrer des personnes venant d’horizons culturels et religieux très divers. D’autres encore ne ménagent pas leur peine pour accueillir les migrants et autres réfugiés avec humanité.

Il n’est pas question ici de récupérer le mérite de ces efforts admirables qui ont pour effet de rendre notre planète plus habitable et notre monde plus fraternel, ni de plaquer dessus la Parole de Dieu ou l’Evangile comme un habile prestidigitateur qui sort la surprise de son chapeau ; il est seulement question d’éviter que s’épuisent ces courants de générosité et d’humanité, faute d’être branchés sur leur source.

Cette source, Jésus lui donne un nom : « Père ; Abba ! » et il ose dire, aujourd’hui : « Le Père vous aime ».

Je voudrais exprimer une crainte : (vous me direz après l’Eucharistie si ma crainte est justifiée) ;

J’ai peur que le Père ne soit pas adoré, que le Fils ne soit pas reconnu, que l’Esprit ne soit pas aimé.

Maurice Zundel a écrit : « Le drame des origines, le drame de toute l’histoire, c’est finalement que Dieu n’est pas aimé. »

En même temps ne peut-on pas dire que cette peur que j’évoquais est salutaire dans la mesure où elle nous rappelle que sans notre Abba, sans son Fils , sans son Esprit, la simple tâche d’être homme dépasse nos forces.

Alors peut mûrir en nous la confiance et la certitude que tout homme est dans la main du Père – aimé de Lui- qu’en toute entreprise humaine – dans les mots de St Paul-, « ce n’est plus moi qui vis mais le Christ qui vit en moi » et enfin – cerise sur le gâteau – que nous ne sommes pas laissés à l’abandon comme des orphelins mais remis à la garde de l’Esprit qui s’occupe de nous instruire et de meubler notre mémoire de toute parole bonne.

La peur : elle est évoquée » dans notre évangile : « Que votre cœur ne soit pas effrayé ! » Comment ne le seraient-ils pas quand le Maître bien-aimé est en partance ? Vont-ils douter de la réalité des cadeaux qu’il leur promet : la joie, la paix, le Saint-Esprit pour les défendre ?  Ce n’est pas tant de Jésus qu’ils doutent mais plutôt d’eux-mêmes.

A propos de Sarah, mettant en doute la promesse de Dieu de mettre au monde un fils dans sa vieillesse, une théologienne suisse fait remarquer : « Elle ne met pas explicitement Dieu en cause mais bien plutôt la capacité de l’humain à se rendre disponible pour qu’advienne ce que Dieu annonce. » Anne Sandoz

Ne peut-on penser la même chose des Apôtres ? Ne mettent-ils pas en doute la capacité de l’humain à se rendre disponible au projet divin ?

Et nous – mêmes, aurions-nous oublié que Dieu, Lui, nous fait confiance, lui « dont la puissance agissant en nous est capable de faire bien au-delà infiniment au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou concevoir. »  Eph. 3, 20

Avant de conclure je voudrais encore vous lire une page d’un dominicain rendu célèbre il y a quelques années par un livre sur Jésus-Christ . Je cite : « Au cœur de la spiritualité de Jésus se trouve la conscience de Dieu comme proche, très proche. Un des plus importants changements apportés par Jésus dans la pensée religieuse de son temps, c’est la conviction que Dieu n’est pas distant. Le Royaume de Dieu n’appartient ni au passé ni au futur, et Dieu n’est pas au plus haut des cieux. Le fait que Dieu soit proche de chacun, peu importe qui nous sommes ou ce que nous sommes, est fondamental dans l’enseignement des mystiques. Les mystiques musulmans ou soufis disent : « Dieu est plus près de moi que ma veine jugulaire. «  Maître Eckhart dit, en écho au mot de St Augustin : « Dieu m’est plus proche que je le suis à moi-même…. Dieu est près de nous mais nous sommes loin de lui. Dieu est dedans et nous sommes dehors. »

Dieu est toujours tout près de nous,pas seulement quand notre vie est bonne, aimante ou sainte.Il est proche de nous, même quand nous ne croyons pas en lui ou quand nous l’ignorons….Nous pouvons être loin de lui en ce sens que nos pensées sont bien ailleurs et que nous sommes inconscients de sa présence. Mais en aucune manière Dieu ne peut être en réalité loin de nous : si c’était le cas nous cesserions d’exister.

Le véritable défi est donc de devenir de plus en plus conscients de la présence du mystère et de la proximité de Dieu.

Notre expérience de Dieu commence comme un émerveillement et une admiration en présence du mystère.

Mais davantage encore : la conviction fondamentale de Jésus n’était pas seulement,t que Dieu est près de nous , mais aussi qu’il nous aime. (Albert Nolan, O.P. Suivre Jésus aujourd’hui, Le Cerf 2009, pp.181-183)

Dans cette homélie, il a été question de l’Evangile, je n’ai pas parlé de la belle lecture de l’Apocalypse mais j’emprunterai ma conclusion aux deux derniers mots de la première lecture :

« Bon Courage !» Ac. 15, 29

fr. Grégoire

Billets apparentés

Homélie du 32ème dimanche ordinaire, année C 6 novembre 2016 Homélie du 32ème dimanche ordinaire, année C Ce n'est pas sans crainte que j'aborde un essai de commentaire de la Parole de ce diman...
15ème dimanche ordinaire, année C 15ème dimanche ordinaire, année C , Luc 10 25-37 Mes Frères, mes sœurs;A proportion des grandes misères apparues dans le monde ces derniers tem...
5ème dimanche ordinaire, année C Chers frères et Sœurs, Chacune des lectures de ce dimanche décrit des attitudes humaines ou chrétiennes essentielles : il me semble qu’elles nous enc...

2 réflexions sur “ Homélie 6ème dimanche de Pâques C 1er mai 2016 à Clerlande ”

  1. Merci Pierre pour cette belle homélie qui a été une réelle nourriture, celle dont j ‘ avais besoin en venant; je n ‘ ai pas été déçue: j’ai reçu en abondance. Ta simplicité, ton ton juste qui habitent tes paroles ont rejoint mon coeur et m ‘ invitent à me rendre plus attentive à l ‘ Esprit et à faire silence pour discerner aussi comment Dieu me parle dans les rencontres que je fais. Merci d ‘ être là. Je prie pour toi et ta communauté et particulièrement pour le Frère Jean Yves.

    1. Merci Pierre pour cette belle homélie qui a été une réelle nourriture, celle dont j ‘ avais besoin en venant. Je n ‘ ai pas été déçue : j’ai reçu en abondance. Ta simplicité, ton ton juste qui habitent tes paroles ont rejoint mon coeur et m ‘ invitent à me rendre plus attentive à l ‘ Esprit et à faire silence pour discerner aussi comment Dieu me parle dans les rencontres que je fais. Merci d ‘ être là, toi et toute ta communauté pour laquelle je prie.
      Michèle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.