Ouverture 2016 2017

OUVERTURE DE L’ANNEE 2016-2017. Présentation du prieur

Dimanche 9 octobre 2016

 

Ouverture de l’année 2016-2017

L e lieu de Clerlande, son site et sa nature, sa chapelle et ses bâtiments, la spiritualité qui en ressort, en font un patrimoine dont les moines sont les témoins privilégiés. C’est un trésor qui nous concerne tous et nous en sommes les gardiens à titres divers.

Au début de cette année nouvelle, nous reprenons conscience du patrimoine monastique et spirituel, mystique et théologique, dans lequel Clerlande s’inscrit et qu’il a le devoir de partager humblement. Cette recherche en 2016 se veut une ouverture. Elle ne se situe pas dans une perspective archéologique et répétitive, mais dans une volonté de s’ouvrir à des perspectives nouvelles, espérons-le, salvatrices. Il y a lieu de rassembler nos forces, de fédérer nos bonnes volontés, tout en respectant la vie des moines et la grande diversité des hôtes qui nous fréquentent.

  1. Clerlande est un lieu d’accueil, de prière, de recueillement

chevreuil_soir_tombantLa beauté du site, le silence des bois, le recueillement de la chapelle nous invitent à l’adoration, à l’action de grâce, à l’intercession pour l’humanité. Cette prière s’exprime dans les Laudes de chaque matin et dans les Vêpres du soir. Ces chants de louange et d’intercession sont habités par l’émerveillement et la paix. Ce ne sont pas des émotions passagères. Elles peuvent trouver en nous les voies d’intériorisation et d’unification que beaucoup viennent chercher à Clerlande.

  1. Clerlande est un lieu de ressourcement et d’échanges sans cesse à réinventer

2k3a5283Le Pape François rappelle que le Dialogue Interreligieux repose sur l’accueil mutuel qui s’accompagne de la prière. Tant de groupes viennent chez nous pour se ressourcer, partager leurs expériences de vie, les éclairer par des échanges mutuels. Souvent chacun de nous est comme une demeure sombre qui s’ouvre par ses sens, la vue, le silence, la parole, le toucher, la nourriture partagée. Ce sont autant d’ouverture vers l’autre. La lumière qui pénètre en nous est celle de la Croix glorieuse du Christ, si rayonnante dans notre Chapelle, illuminant nos vies et l’éclairant d’un éclat incomparable.

  1. La liturgie dominicale et le temps liturgique

Sur le mur? Clerlande, un dimanche après l'eucharistieL’eucharistie et nos offices de prière sont l’œuvre quotidienne des moines. La célébration dominicale nous appartient à tous et est source de joie commune dans le Christ ressuscité. J’aime rappeler que nous avons eu à Clerlande des garderies pour les tout-petits, des liturgies pour les enfants, des préparations à la confirmation et à la profession de foi. Clerlande retrouve parfois ces jeunes qui ont été baptisés, qui ont fait leur première communion et leur confirmation à Clerlande. Le respect des paroisses, l’âge des moines et celui des familles ont évolué. Nos célébrations dominicales ressourcent chacun à sa mesure. Les Offices de la Semaine sainte attirent une assemblée plus nombreuse encore. Cependant, nous avons besoin de nous renouveler, d’être soutenus par les membres de la chorale, par des musiciens, de découvrir d’autres musiques et d’autres expressions liturgiques.

  1. Hôtellerie

Comme dans tout monastère bénédictin, l’accueil des hôtes, reçus comme le Christ explicite la Règle bénédictine, occupe une place importante. L’agenda du P. Grégoire est partagé avec les membres de la communauté chaque dimanche soir dans une réunion de communauté. Il révèle le nombre impressionnants de groupes qui passent à Clerlande. Je me risque seulement à préciser quelques orientations qui s’y manifestent.

  • Des groupes reliés au monastère, partageant un enseignement et une formation mutuelle à travers un livre, une lecture biblique, un partage de vie. Le groupe rassemblé par Jean Hallet existe depuis 1972 et constitue le groupe le plus ancien, réfléchissant sur la société, l’Eglise, attentifs aux liens avec le monastère. Plusieurs frères sont reliés à des groupes de formation sur un plan ecclésial (groupes de foyers, de retraite, de catéchèse), sur un plan œcuménique, de dialogue interreligieux, sur un plan social (test-achat) etc…
  • Des personnes soutiennent directement les activités du monastère. La chorale de Clerlande, liée à l’eucharistie dominicale et aux grandes fêtes liturgiques. Des personnes liées directement à l’accueil et à la vie du monastère: des professeurs venant avec leurs classes, des retraites de fin d’année, des personnes assidues à nos offices…Des bénévoles soutenant le magasin, la librairie, le soin des frères malades. Un groupe précieux autour de leur président Thierry Donck forme l’asbl Alliance pour un Développement Durable (ADD) gérant les projets de notre fondation de Mambré à Kinshasa. Enfin, certains prennent en main les « Ateliers de Clerlande » et les concerts qui s’y donnent.
  • Discernement et accompagnement spirituel. Plusieurs groupes veulent se réunir à Clerlande pour discerner comment agir en chrétien dans la société d’aujourd’hui : bioéthique, handicaps (Centre W. Lennox), soigner autrement, soins palliatifs (Pallium), l’éducation et l’enseignement. D’autres touchent la pleine conscience, le yoga, le Taïchi, le Zen, l’ostéopathie…

De ces groupes et de ces personnes, plusieurs se contentent de trouver le site inspirant et paisible ; d’autres sont heureux d’échanger avec des moines ; d’autres encore, plus rares, viennent prier avec les moines et s’intéressent à la vie monastique.

  1. « La fraternité de Clerlande », un pas vers l’avant?

Grâce à la venue du Père Raphaël qui a créé à Lille des fraternités de laïcs nourris par l’exemple et les écrits de Madeleine Delbrêl engagée en tant que chrétienne et mystique dans la vie sociale en France, Clerlande est entré en contact avec ce mouvement composé de tous âges, spécialement de jeunes couples insérés dans différents milieux sociaux. Un groupe s’est formé à Clerlande, tenté de se rallier à ces « fraternités du Parvis » en découvrant la spiritualité de Madeleine Delbrêl.

Ce groupe « fraternité de Clerlande » s’est démarqué des fraternités du Parvis en mettant l’accent sur « la spiritualité de Clerlande ». Leur objectif : se nourrir de la tradition bénédictine, se mettre au service de la communauté pour devenir partenaire, réfléchir à l’avenir de Clerlande. L’avenir montrera si nous pouvons reprendre des réflexions déjà émises par le P. Frédéric à l’origine d’un « village monastique ».

Proches de nous, les oblats du monastère constituent en quelque sorte « le tiers ordre bénédictin ». Ils sont peu nombreux. Dans la vie quotidienne de Clerlande, un frère est oblat régulier, un autre oblat séculier. Tous deux sont des frères d’un grand soutien. D’autres prient en communion avec nous et se réunissent de temps à autre.

  1. Fédérer et respecter le chemin de chacun

Les groupes qui nous fréquentent, avec leur approche propre du site, du silence, de leurs réflexions, de la liturgie, de l’accueil, trouvent à Clerlande un espace de prise de distance par rapport au monde dans lequel nous vivons : appel à se reposer, à se libérer du stress, à discerner, à conscientiser, à humaniser. Certains se relient à la source de vie à laquelle ils viennent s’abreuver.

Nous avons nos moyens de communication : Clerlande-Infos ; bulletin annonçant les ateliers de Clerlande qui se développent au fil de l’année ; notre site-internet. Nous avons l’objectif de demander systématiquement à nos hôtes s’ils désirent être informés de ce qui se développe à Clerlande, tant sur le plan de la spiritualité que sur celui de nos activités. Des étudiants viennent préparer leurs examens chez nous. Plusieurs sont devenus des familiers. Nous voulons les inviter à aller plus loin dans les liens qui sont les nôtres, dans un évènement à vivre ensemble (un voyage, un week-end de réflexion). Nous pensons à tous ceux et à toutes celles qui nous fréquentent pour leur signaler une activité ou un temps qui répond à leurs souhaits.

Conclusion

Notre histoire communautaire est inséparable de l’histoire de la spiritualité monastique qui plonge ses racines dans l’Evangile et dans la vie des premières communautés chrétiennes (Actes 2. 42-46). Ces communautés habitées par le souffle de l’Esprit Saint (Pentecôte) ont vu naître le premier monachisme des moines d’Egypte,  leurs paroles de vie (Apophtegmes), une tradition qui s’est épanouie avec saint Benoît. Elle implique à travers la douceur, l’humilité, le respect de chacun de reconnaître le Christ dans l’Abbé, les frères, les malades, les hôtes. C’est un jeu de miroir au niveau de la foi, le Christ présent en chacun, dans un respect de la différence de la vocation de chacun.

 Avec le soutien de l’Esprit de Dieu, il nous est demandé en cette année 2016  de nous relier davantage à nos racines, non pas comme je le disais au début, dans un esprit archéologique et répétitif, mais dans une perspective nouvelle et créatrice. Il nous est bon de rester fixé au tronc qui est le nôtre et en même temps de rester ouverts à ceux et celles qui veulent se greffer ou se rapprocher de l’arbre, la tradition monastique.

 Ce sont les frères et les fidèles de Clerlande qui font vivre aujourd’hui ce lieu béni de Dieu. Prenons conscience de cette vitalité si fragile qui repose entre les mains de Dieu. Ce patrimoine est aussi le vôtre. Dans les échanges et les services qui vous seront à présent proposés, sauvegardons cet esprit de l’ora et labora, dans la sérénité et le recueillement qui nous sont offerts.

 

Les moines de Clerlande portent le trésor spirituel qui leur est confié. Plus que jamais, la communauté, fragilisée ces derniers temps, a besoin de vous, du réseau que vous constituez. En tant que prieur de la communauté je fais appel à votre soutien et déjà vous en remercie.

 

P. Martin Neyt, prieur de Clerlande.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.