Le Baptême du Christ vu par Le Tintoret

L a seconde moitié du XVIe siècle a été à Venise une grande époque de rivalités artistiques entre le grand et « sublime » Titien dont la domination reste incontestée, le « ténébreux » Tintoret et le « brillant » Véronèse, sans oublier le jeune et talentueux Jaccopo Bassano. Dans différents domaines, se multiplient portraits, commandes religieuses et compositions mythologiques.

Le Baptême du Christ par Le Tintoret, 1580 – 283 × 162 cm – San Silvestro, Venise

Les domaines du sacré et du profane sont souvent confondus dans le même tableau : Cette période nous offre des tableaux représentant des repas bibliques, et par ailleurs le « luminisme » (rôle de la lumière dans l’organisation cohérente des formes par le jeu des valeurs tonales) est abordé sous le titre de « nocturnes sacrés ».

La fin du XVIe est profondément marquée par le Concile de Trente qui se réunit en 1545 et qui s’achèvera en 1563. La Réforme Catholique qui en découle réexamine et redéfinit de nombreux points de dogme. Les arts sont également concernés. Venise en accepte les délibérations et publie la Professio Fidei Tridentinae (La bulle Injunctum nobis du impose désormais la Professio fidei tridentina – « profession de foi tridentine »- à tous les clercs, supérieurs d’ordre et professeurs d’université).

Les scènes religieuses sont alors dépeintes de nuit, offrant aux artistes toutes sortes de jeux possibles avec la lumière : la baptême de Jésus, la mise au tombeau, la prière au jardin des oliviers, la pénitence de saint Jérôme. Le choix de ces thèmes est intimement lié à la situation de l’Eglise après le Concile de Trente.

Le thème du Baptême du Christ a fait l’objet de variations iconographiques à des fins dramatiques. Il est habituellement représenté à l’aube, dans une lumière diurne, alors que la nature s’éveille, évoquant une nouvelle naissance de l’homme, à la reconnaissance du Fils de Dieu. […] On constate ainsi non seulement des nouvelles tendances luministes de la peinture vénitienne, mais aussi les différences stylistiques, poétiques et spirituelles entre les trois artistes. Tintoret situe le baptême dans une nuit éclairée de lumières artificielles, des feux d’artifice semblent strier le ciel. Le Christ et Jean Baptiste sont saisis dans une attitude complexe ressemblant à un pas de danse, les corps ont un relief sculptural et une illumination rasante révèle leur puissante anatomie rappelant Michel Ange. Au bas du tableau les eaux noires du Jourdain s’agitent et bouillonnent dans l’obscurité. (source)

Jacopo Robusti dit Le Tintoret (1518 – 1594)

C’est le principal représentant du maniérisme italien.

 L’importance de son œuvre en ce qui concerne l’art est due à son excellente synthèse des formes d’expression artistique de son époque : la palette vigoureuse de Michel-Ange et du Titien, l’aspect dramatique des représentations du début du Baroque, l’amaigrissement et la déformation des silhouettes du maniérisme.

Il est aussi considéré comme un des précurseur du Baroque et son influence s’exerce aussi sur la peinture espagnole par l’intermédiaire du Gréco qui fut sans doute son élève, elle s’étend jusqu’aux impressionnistes et à Cézanne qui voyait en lui l’inventeur de ses propres idées. (source)

Son nom d’artiste lui est donné en raison du métier de son père qui était teinturier.

On dit qu’il aurait travaillé un temps chez Titien, lequel, en découvrant le grand talent de son élève l’aurait renvoyé…

 Il est plus probable qu’il se soit formé dans les ateliers de Boniface de Pitabi, d’Andréa Schiavone ou de Paris Bordone.  A en juger par sa maîtrise du traitement des personnages et de leur environnement Le Tintoret a subi l’influence du Titien et de Michel-Ange mais s’est aussi inspiré des maniéristes Salviati et Le Parmesan…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Billets apparentés

L’exposition du corps de Saint Bonaventure, par Zu... Saint Bonaventure, Cardinal-Évêque et Docteur de l'Église (1221-1274). Fête le 15 Juillet.  L’exposition du corps de Saint Bonaventure (Gio...
La Tentation de St-Antoine vue par Jérôme Bosch  Triptyque de "la Tentation de St Antoine" de Jérôme Bosch, 1506: volet central 131,5 x 119 cm; panneaux latéraux (gauche et droit), 131...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.