Béatitudes 29/01/2017

4ème dimanche ordinaire A

Béatitudes


Je ne sais pas si je mets les pieds dans le plat en pensant que l’Evangile des Béatitudes ne nous dit pas grand-chose de neuf. Je m’explique : pas grand-chose de nouveau sur nous, sur l’homme, mais beaucoup de choses nouvelles ou oubliées sur Dieu. Ces paroles magnifiques, n’avaient-elles pas déjà cours depuis des millénaires, dans la Chine de Lao Tseu, dans les écrits de l’Inde, dans la sagesse des Grecs, les doctrines stoïciennes des Latins et dans les poèmes des grands Mystiques de l’Islam du Moyen Age ? Ce n’est donc pas là que réside la nouveauté, la fraicheur, des propos de Jésus : il me semble que c’est plutôt dans ce qu’il nous dit à propos de ce grand Inconnu celui qui garantit la vérité, la faisabilité, la possibilité de ces béatitudes inouïes.

Autrement dit, il ne s’agit pas de : « Les enfants, soyez sages et gentils, justes et pacifiques, mordez sur votre chique, attendez que l’orage passe, moyennant quoi vous aurez droit à une belle récompense, voire à un repos bien mérité dans un ciel merveilleux. »

Les béatitudes seraient-elles une invitation à réaliser un programme volontariste et ambitieux ?
Ne sont-elles pas plutôt une invitation à croire profondément et humblement qu’il nous est donné d’y entrer, de les comprendre, grâce à Quelqu’un : grâce à Celui qui les a incarnées, qui est devenu lui-même paix, douceur, miséricorde, justice… ? Notre tâche à nous ce sera alors d’entrer dans l’intimité de ce Dieu profondément bon et ami des hommes, de nous débarrasser tranquillement de toute ambition de toute-puissance comme de l’illusion qu’il est possible d’y arriver par la force des poignets.

Ce qui est requis c’est un cœur humble : en effet, dit St Paul : « Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion ce qui est fort, ce qui n’est rien, pour détruire ce qui est quelque chose » (1 Cor. 1, 27). Reconnaître avec Moïse, Celui qui est –o OON – comme le proclame chaque icône du Christ, confesser ce Jésus, le prier, reconnaître qu’en Lui tout a déjà été accompli.
Ecoutons encore St Paul : « C’est grâce à Dieu que vous êtes dans le Christ qui a été envoyé par Lui pour être notre sagesse, notre justice, notre justification, notre rédemption. »1 Cor. 1, 30) et encore : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. » et : « Je puis tout en Celui qui me fortifie ».
Voici que ce beau rêve rabâché depuis des siècles mais démentis par tant de malheurs, de malédictions et de crimes ; et voici que ce beau rêve est devenu réalité dans une personne : Jésus, dont le nom signifie « Dieu sauve ».
Pour ne pas glisser dans un activisme fiévreux ou dans une inquiétude chronique, il est bon de faire mémoire, de se remémorer qu’en Jésus-Christ tout a été accompli. Il est bon de ruminer le petit psaume 130 « Seigneur je n’ai pas le cœur fier ni le regard ambitieux je n’ai pas pris un chemin de grandeur ni de merveilles qui me dépassent….. »

Alors, que nous reste-t-il à faire, sinon suivre les conseils du prophète Sophonie : « Cherchez le Seigneur, vous tous les humbles du pays, cherchez la justice, cherchez l’humilité ! » En d’autres mots, accueillons l’Esprit de Celui en qui les Béatitudes ont pris corps.
« Oui, Seigneur, je ne suis pas capable d’agir, de réaliser le rêve que tu as sur moi, sur tes enfants de ce vaste monde : mais comme Marie, à l’Annonciation je veux te dire : « Qu’il me soit fait, qu’il nous soit fait selon ta parole », qu’il nous soit donné de t’offrir une humanité de surcroît. Ton Esprit, j’irai le puiser dans la Parole transmise par tes saints témoins au long des siècles, dans le pain rompu et le vin versé où se concentre toute la tendresse pour tes enfants, dans l’onction sainte de la Confirmation, dans la bénédiction vivifiante de ton merveilleux sacrement de la Réconciliation, dans ta présence forte auprès des époux dans le rude chemin de leur amour au quotidien, bref à chacune des étapes de notre vie. »

Dieu bon, Dieu juste, Dieu miséricordieux
Dieu crucifié, Dieu pur, Dieu saint,
Merci pour tes Béatitudes !

fr. Grégoire

Image: Raymond Delamarre  – Béatitudes –

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Billets apparentés

3è dimanche de Pâques Homélie du dimanche 30 avril 2017 3ème dimanche de PâquesDeux voyageurs, tristes, découragés, revenus de leurs illusions. Ils ont tout entendu, i...
3è semaine du T.o. 22/01/2017  En ce début d’année, nous commençons un nouveau parcours évangélique avec l’évangéliste Matthieu. Deux faits marquants dans le passage que...
Le doigt de Jean Baptiste 15/01/2017 Je voudrais simplement ce matin vous partager trois ou quatre petites choses à partir de cet évangile que nous venons d’entendre. Je voudrais tout d’a...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.