Michelangelo Conversion de st Paul

Conversion de St-Paul et Unité des Chrétiens 25/01/2017

Introduction

Nous célébrons aujourd’hui la clôture de la semaine de l’unité et la conversion de saint Paul. Sur la route de Damas, Saul de Tarse fait une double découverte :
Jésus de Nazareth, Fils béni du Père, le Ressuscité de Pâques
Et il est face à une question qui le bouleverse jusqu’au fond de son être : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? ». Et dans ce tu, se présente le visage des chrétiens qu’il a tant persécutés. Jésus s’identifie aux frères, à la communauté.

Au début de cette eucharistie demandons au Seigneur qu’à notre tour nous reconnaissions la présence de Jésus Christ en chacun de nos frères.
Et pour être accordés à ce que nous célébrons, confessons notre pauvreté et la miséricorde de Dieu.

HomélieRussia, Late 15th - early 16th century

« J’approchai de Damas. Il était environ midi, quand une puissante lumière, venant du ciel, resplendit autour de moi ». Act. 22. 6.
Nous connaissons bien la silhouette de St Paul par les icônes qui le représentent. « C’était un homme de petite taille, à la tête dégarnie, aux jambes arquées, vigoureux, aux sourcils joints, au nez légèrement aquilin, plein de grâce ; en effet, tantôt il apparaissait tel un homme, tantôt il avait le visage d’un ange », telle est la description qu’en fait Onésiphore qui reçut Paul chez lui à Iconium.

Paul est un homme passionné. Tempérament de feu, il est certes émotif et prend le temps d’intérioriser les évènements qu’il vit. C’est un homme qui voit loin et quand il prend la parole, il sait vers où il va, malgré certains écarts où se décèle sa vive émotivité. Il était absolu quand il faisait partie des juifs pharisiens zélés et radicaux ; il le deviendra après sa rencontre avec le Christ Ressuscité.

C’est sur le chemin de Damas, nous l’avons entendu, que cette rencontre provoque en lui une remise en question absolue. De la haine pour les chrétiens, il devient peu à peu l’apôtre de la charité jusqu’à pouvoir écrire : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi », « je puis tout en Celui qui me rend fort », « j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi mais la grâce de Dieu qui est avec moi » Gal. 2. 20 ; Ph 4. 13 : 1 Co 15. 10. En cette semaine de l’Unité, je rappelle simplement les 3 piliers sur lesquels repose le monde et commentés par Benoît Standaert : la parole de Dieu, la prière, la charité.

Paul est d’abord un homme pétri de la Parole tout en ne connaissant pas le Nouveau Testament. Sa mémoire est vive et il ne cesse d’appliquer selon les circonstances tel ou tel verset de la Torah, des Prophètes. Le Christ se présente comme le révélateur par excellence de la volonté de Dieu. Les Ecritures lui apportent la persévérance et la consolation. Rm 15. 2-7.
« Que le Dieu de la persévérance et de la consolation vous donne d’être d’accord entre vous, comme le veut le Christ Jésus, afin que, d’un même cœur et d’une seule voix, vous rendiez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu ».

Paul est aussi un homme de prière. Ses lettres s’inscrivent dans ce climat de prière. Il commence le plus souvent en bénissant Dieu et en se souvenant de ses frères. Il les termine en offrant à ses destinataires la grâce et la paix de Dieu. Il prie spécialement le Père tout en gardant le Christ au centre de sa réflexion. Dans l’hymne aux Philippiens, rappelant que le Père a donné à Jésus le Nom qui est au-dessus de tout nom afin qu’au nom de Jésus tout genoux fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre et que toute langue confesse que le Seigneur c’est Jésus-Christ, il conclut : à la gloire de Dieu le Père. Ph 2. 8-11. Tant de choses seraient à compléter sur la joie, l’eucharistie, son intercession pour les autres, son attitude face à la mort.

Parole de Dieu, prière et charité

Je terminerai par ce 3ème pôle : Paul est l’apôtre de la charité. Et j’en reviens à sa conversion : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? ». Puis, «Je suis Jésus que tu persécutes ». La répétition du nom est selon la tradition rabbinique une expression d’amour. Dans tous les lieux où il passe, Paul construit des communautés et fait l’éloge de l’agapè. Dans l’épître 1 CO 13-15 nous atteignons un sommet. Je vous le rappelle :

« Quand je parlerais en langues…quand j’aurais le don de prophétie. Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés, s’il me manque l’amour, je n’y gagne rien.
L’amour prend patience, l’amour rend service, il ne cherche pas son intérêt. L’amour ne disparaîtra jamais.

Que cette célébration de la conversion de Paul nous invite à relire ses lettres avec ses trois clés, la Parole de Dieu, la prière et la charité. Qu’elle nous invite à poursuivre notre quête de l’unité des chrétiens et qu’elle fasse de notre communauté un signe de cette adhésion à Jésus-Christ pour la plus grande gloire du Père.

Fr. Martin

La Conversion de saint Paul (détail), fresque de la chapelle Paolina du Vatican, réalisée par Michel-Ange vers 1542-1545 à la demande du pape Paul III

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Billets apparentés

Fête de St-Benoît Homélie du 11 juillet 2017 Fête de St-Benoît A l’exemple de St Benoît, la tradition monastique nous invite à voir l’univers à sa mesure véritable, h...
Profession solennelle à Mambré Homélie du dimanche 2 juillet, à Mambré Profession solennelle à Mambré Cher P. Prieur Clément, frères bien-aimés, chers amis et fidèles de Mambré, c...
Homélie de Pentecôte ​Dimanche 4 juin 2017 Homélie de Pentecôte Nous avons suivi Jésus sur les routes de Palestine, nous l’avons accompagné durant sa Passion,​ sa mort e...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.