La Fête du Saint-Sacrement

Dimanche 18 juin 2017

La Fête du Saint-Sacrement

Dans nos milieux de tradition catholique, lorsque nous employons l’expression « le Saint-Sacrement », nous pensons aux petites hosties réservées pour les visites aux malades et enfermées dans le tabernacle; ou alors, la grande hostie blanche encastrée dans un ostensoir solaire et exposé à l’adoration des fidèles à genoux.

Tout en respectant bien évidemment ces pratiques, je vous invite à envisager le Saint-Sacrement de l’autel en ce qu’il a de plus fondamental, à savoir la présence de la transcendance divine dans ce qui existe de plus fragile, de plus simple, de plus quotidien: un morceau de pain fractionné et donné à manger.

Nous sommes ici au cœur de ce que la Foi chrétienne possède de plus limpide et de plus audacieux, provenant de la bouche même de Jésus Fils de Dieu Sauveur:
« Prenez et mangez, ceci est mon corps livré pour vous ».
« Je suis le pain vivant: si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement« .

Audacieux, certes. Et Jésus redouble d’audace, car selon ses paroles rapportées en grec par l’évangéliste Jean: manger ce pain, c’est manger sa chair, qu’il nous faut mâcher, τρώγω, croquer, pour nous remplir de saveur.

Ne me cherchez pas là-bas au loin
ni là-haut dans les cieux, dit Jésus
accueillez-moi au plus près de vous,
au plus intime de vous-même:
dans votre corps.

Il n’y avait que l’image du pain pour dire l’inouï de ce don:
un pain de miel dont les miettes tombées de la table pourraient être lapées par des chiens;
un pain rassi oublié à la cuisine qu’un voleur SDF pourrait nous dérober, la nuit;
un pain desséché qui ne pourrait être sauvé qu’en faisant du pain-perdu pour un souper de Carême;
un pain minuscule comme le bébé de Noël déposé dans la mangeoire des bêtes, à Beth-Léem, la Maison-du-pain, en hébreu.

Jésus est venu non pas dans le temple d’un Dieu de gloire, mais il est venu et vient encore dans l’atelier d’un Dieu-boulanger.

*

« Le Royaume de Dieu est semblable à un semeur qui sortit ensemencer son champ« .
Dans notre culture devenue tellement sophistiquée, sommes-nous encore capables d’imaginer et apprécier ce que la confection d’un pain suppose de gestes moites de sueur de tous ceux qui ont labouré, ensemencé, moissonné, lié les gerbes, engrangé, moulu, pétri, cuit et apporté sur nos tables ?

Mais la foi chrétienne n’est pas, pour autant, une religion qui sacralise la nature aux images bucoliques. Car les gestes successifs qui fabriquent le pain sont porteurs et révélateurs des trois grandes grâces théologales que nous recevons au Baptême:
la grâce de la Foi-Confiance dans l’œuvre de Dieu qui ne cesse de labourer le champ du monde, et de l’ensemencer par la Parole de Vérité;
la grâce de l’Espérance qui nous offre la joie de moissonner les fruits de l’Esprit que nous découvrons en tout homme au coeur droit et généreux;
la grâce de l’Amour de Charité qui pétrit la pâte de l’humanité avec les mains de la tendresse du Christ.

*

Dans quelques instants, notre communauté va participer à l’action eucharistique — car la Messe n’est pas une dévotion pieuse les mains jointes. Elle est une œuvre de Dieu qui va

  • d’abord accueillir le pain, fruit de la terre et du travail de ses enfants;
  • Dieu qui, ensuite, par l’Esprit-Saint, va transformer ce pain dans le Corps du Christ;
  • Dieu qui, enfin, par notre communion au Corps de christ, va faire de notre assemblée un peuple consacré à son service.

Nous avons la chance à Clerlande, de communier avec du vrai pain que chacun(e) accueille et dépose dans le creux de la main.
A ce moment, ce pain a le poids du sauveur du monde et c’est le monde que chacun de nous reçoit pour en porter le poids avec le Christ.
Je vous laisse avec un poème de Patrice de la Tour du Pin qui prendra avantageusement le relais de mes pauvres mots.

fr Dieudonné

Tous les chemins du dieu Vivant mènent à Pâques,
tous ceux de l’homme mènent à son impasse.
Ne manquez pas, au croisement,
l’auberge avec sa table basse,
car le Seigneur vous y attend.

N’attendez pas que votre chair soit déjà morte:
N’hésitez pas, ouvrez la porte.
Demandez Dieu: c’est lui qui sert.
Demandez tout: il vous l’apporte.
Il est le vivre et le couvert.

Mangez ici à votre faim,
Buvez de même à votre soif: la coupe est pleine.
Ne courez pas sur les chemins,
allant à dieu sans que Dieu vienne:
soyez des hommes de demain.

Prenez son Corps dès maintenant:
il vous convie à devenir eucharistie.
Et vous verrez que Dieu vous prend,
qu’il vous héberge dans sa vie
et vous fait hommes de son sang.

P. de la Tour du Pin, une somme de poésie, III, Le jour de l’homme devant Dieu, Gallimard 1983, p295-296

Peinture de Vincent Van gogh, Champ de blé avec un faucheur, 1889



Enregistrer

Enregistrer

Billets apparentés

La Transfiguration de Jésus… Homélie du 2e dimanche de carême, 12 mars 2017 La Transfiguration de Jésus… C'est assez redoutable de devoir en parler, d’éventuellement la commente...
4è dimanche de l’Avent (A) Homélie du dimanche 18 décembre 2016. 4è dimanche de l'Avent (A) 18/12/2016 Nous connaissons bien l’Annonciation faite à Marie. Nous connaissons p...
Homélie du dimanche 27 novembre 2016 1e dimanche de l’Avent Homélie du dimanche 27 novembre 2016 D’abord, quelques rappels historiques pour situer cette page d’évangile. Jésus meurt cru...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.