Décès du Père Dieudonné

Le Père Prieur et les moines de Clerlande annoncent le décès du Père Dieudonné Dufrasne

Il est décédé le 22 octobre, peu après l’Office des Vigiles qu’il avait préparé.

Né en 1938 à Cuesmes, il a fait profession monastique en 1959 à l’abbaye de Zevenkerken et y a été ordonné prêtre en 1963.

Il a été un des fondateurs du monastère de Clerlande où il consacré toute son énergie au renouvellement de la liturgie, en particulier par les missels et la revue Communautés et Liturgies.

Dans l’action de grâce, nous prions le Seigneur de l’accueillir

Les funérailles seront célébrées au Monastère de Clerlande, le vendredi 27 octobre à 11 heures.

Monastère de Clerlande * Allée de Clerlande, 1 * B-1340 Ottignies

53 thoughts on “Décès du Père Dieudonné”

  1. Je suis très touché d’apprendre le retour à Dieu de frère Dieudonné qui m’a donné le goût de liturgie lors de mon passage au séminaire de Limelette. Je prie pour lui et avec vous depuis Paris (Fraternités Monastiques de Jérusalem)
    frère Benoît-Joseph

  2. Lui qui aimait tant la liturgie, le voilà dans la magnifique et éternelle liturgie céleste. Je suis vraiment reconnaissant à frère Dieudonné pour ce qu’il m’a apporté durant les années de séminaires passées à Limelette. Depuis les Fraternités Monastiques de Jérusalem à Paris, je suis en communion avec vous tous. Benoît Tasiaux (frère Benoît-Joseph)

  3. La cantate de J.S. Bach « Herz und Mund und Tat und Leben » (Coeur, Bouche, Action et Vie), BWV 147, est surtout connue pour son dernier mouvement « Jesus bleibet meine Freude », traduit en fr. sous le nom JESUS QUE MA JOIE DEMEURE.

    Beaucoup de belles choses ont été dites pour honorer la vie, le rayonnement et la belle personne du Père Dieudonné, ici et lors de ses funérailles. Je ne le connaissais que depuis quelques mois et pourtant j’ai été profondément marquée par la rencontre avec lui. Il rayonnait la joie de l’Evangile, il avait une parole limpide, claire, rebelle, directe, et aussi un humour fin et une articulation empreinte de douceur, de compassion, de poésie qui faisaient entrevoir comme une petite lueur à peine perceptible le mystère de sa vie intérieure riche, profonde, mystique…
    Je souhaite ici le remercier pour son accueil chaleureux dès ma première parole échangée avec lui après une messe, pour les paroles échangées lors de deux brèves échanges, et puis surtout le remercier pour sa manière si particulière, si douce de prononcer les psaumes et de lire, un dimanche d’octobre, le dernier où je l’ai vu, un passage de l’Evangile qui m’a été droit au cœur.
    J’aurais voulu publier cet air de Bach ici en musique mais ne sais pas comment le faire (on le trouve facilement sur youtube et ailleurs).
    Je me contenterai donc de publier ici les paroles du dernier verset en hommage au Pére Dieudonné. Je le fais dans ma traduction personnelle, plus proche du texte allemand originel.
    Je dédie aussi cette chanson et exprime mon soutien à ses frères de la Communauté de Clerlande et à ses proches.
    JESUS, IL DEMEURE MA JOIE
    BAUME ET SEVE DE MON COEUR
    JESUS RESISTE A TOUTE SOUFFRANCE
    IL EST LA FORCE DE MA VIE.
    DELICE ET SOLEIL DE MES YEUX
    TRESOR ET EXALTATION DE MON AME
    C’EST POURQUOI JE NE LAISSE PAS
    JESUS HORS DE MON COEUR, HORS DE MA FACE .
    De tout coeur
    Marianne

    1. Nous ne savons pas que nous cotoyons des « anges » lorsque nous fréquentons un monastère !
      Que Dieu en soit remercié !
      Longue vie à ces lieux en évolution….tout est en avant!

  4. Clerlande des années 70, l’eucharistie du dimanche dans le living… un moine interpellant avec sa cape noire… le temps du Mégot… les danses folkloriques lors des sessions théologiques d’avant-garde… les lifts aller ou retour d’Ottignies…. e.a…
    Ta vérité, ton humour, ta tendresse m’ont révélé un peu de Son Visage. Merci. A Dieu.

  5. À l’heure où la communauté de Clerlande et ses amis lui disent « à Dieu », je voudrais exprimer ici tous mes remerciements à Dieudonné pour les courtes et rares rencontres que nous avons eues: lors d’événements familiaux, lors des concerts au monastère avec Bernard Woltèche et co, lors de l’une ou l’autre liturgie où nous avons collaboré. Indissociable de Jean-Yves dans mon esprit, Dieudonné m’a marqué par sa simplicité, son humour, son ouverture d’esprit, son amour de la belle liturgie, sa poésie et sa profonde vie intérieure. Qu’il puisse maintenant danser et chanter avec les anges!

  6. Merci de tout coeur au Père Dieudonné pour tout ce qu’il nous a donné.
    Unie par la prière à toute l’Assemblée de Clerlande ce matin à 11h.

  7. Chers amis de Clerlande, très unie à vous, tout particulièrement demain matin où vous célébrerez le départ du frère Dieudonné. Merci à lui pour son amour de la liturgie et tout ce qu’il a donné de lui-même en ce domaine. Merci pour son don de la fraternité, de l’amitié qui rendait joyeux le travail avec lui. Et sa si belle écriture, son goût du mot juste, sa poésie… A vous tous, toute mon affection et mes condoléances. Il part trop tôt, après une vie accomplie.

  8. J’avais annoncé la triste nouvelle sur Facebook. Voici quelques réactions recueillies.

    Michel Kesteman Je salue l’ami le semeur poète et animateur et le moine fraternel.
    Roger Gryson Je salue la mémoire d’un vieux compagnon de route au service militaire (le C.I.B.E de sainte mémoire) et sur les bancs de la Faculté de théologie à Leuven, souvent croisé ensuite dans les rues de Louvain-la-Neuve et sur les chemins du bois de Lauzelle. Puisse-t-il reposer en paix!
    Jean-Paul Sprumont Triste nouvelle. Je salue la mémoire de mon ancien voisin, rayonnant de chaleur humaine et de bonté. Que Dieu l’accueille dans son royaume et qu’il continue à veiller sur ceux qu’il aimait.
    Françoise Lemoine Dieudonné, c’était pour moi une source d’inspiration à l’époque du Mégot. Sympa ce prêtre qui buvait, dansait, formait à la politique, discutait, avait des longs cheveux…. Des parents très stricts se disaient que ce prête qui collaborait à une sorte d’encyclopédie sur la Bible ne pouvait pas tout à fait détourner du « droit chemin » leur fille … Heureusement, ils n’ont jamais mis les pieds au mégot. Merci Dieudonné pour mon éducation politique et pour le sens de l’engagement que tu as suscité chez moi et chez mes amis « gauchistes » du Mégot.
    Salah El Argui Sincères condoléances…..
    Je garde un très bon souvenir de Clerlande, qui m’a hébergé ,et ma reconnaissance à ses habitants dont Père Dieudonné….Je garde aussi encore ma carte ‘ adhésion au Mégot ( 1973 / 1974 )…
    Que le Salut de Dieu et la Paix soient avec lui….
    Quelques noms parmi ceux qui ont marqué leur sympathie à l’occasion de l’annonce du décès sur Facebook.
    Martine Collin
    Anne Vervier
    Franck Janin
    Catherine Watrin
    Michel Gilson
    Christophe Renders
    Anne-Marie Zietz-Nicolas
    Francoise Vander Heyden
    Marcela Lobo
    Marie-France Thierry Modave Welcher
    François Olyff
    Hugues Dupriez
    Vincent Rouche
    Pass Martoo
    Vincent Delcorps
    Antoinette Gathy
    Servais Paul
    Marie-France Thierry Modave Welcher
    Serge Victor Noël-Moinil
    Veronique Oruba

  9. Dîeudonne était l’ami de mon mari, Willy. Depuis la mort de celui ci, il est aussi un peu devenu le mien.Il m’a aidé à retrouver la paix et la confiance. Je suis certaine que là -haut ils auront beaucoup de choses à se raconter…..mais ici son départ laisse un grand vide.
    Je garderai toujours au fond de mon coeur son sourire et sa tendresse. Je vous reste unie dans la prière .

  10. Il est toujours difficile d’accepter l’absence d’un homme d’exception.
    Ce dernier temps, j’ai eu l’occasion de discuter avec lui car nous avions un projet de faire une vidéo pour les 50 ans de Clerlande.
    Un homme de Dieu à hauteur d’homme. Il nous manquerai énormément. Sa douceur, son intelligence, sa parole juste expriment combien lui tenait à cœur le fait d’être témoin d’un Dieu qui se fait chair dans nos joies et nos peines.
    Très peu de temps partagé ensemble et paradoxalement une éternité de joie et de douceur.
    Un abrazo eterno

  11. Même si notre présence aux offices de Clerlande se fait rare, s’est avec émotion que nous apprenons le décès de Dieudonné. Emotion qui nous ramène aux merveilleux souvenirs de riches partages avec Dieudonné, Jean-Yves et plein d’autres frères et amis. Etant absents vendredi nous nous associerons en pensée à toute la communauté pour lui dire adieu, avec amour et tendresse en souvenir de sa profonde humanité.

  12. Touchés… Corinne et moi avons été touchés comme tant d’autres dimanche dernier.
    Par le départ de Dieudonné bien sûr. Mais en soi cela ne me parait pas dramatique, sa vie était une vie accomplie et donnée à Dieu.
    Mais touché par la fragilité plus évidente que jamais de nos amis moines, par l’affection que nous avons pour eux, pour ce qu’ils sont pour nous, pour cette voix des sources qui s’ouvre particulièrement pour nous à l’eucharistie du dimanche et dont nous craignons qu’elle ne coule plus.
    Dans la foi que l’amour de Jésus a toujours trouvé et trouvera toujours de nouvelles émergences.
    Avec toute notre amitié.

  13. Dieudonné au Mégot.
    Présence, tendresse, vérité. Tu étais là parmi nous, chantant, buvant, dansant. Toujours présent et accueillant.
    Merci d’avoir partagé nos hésitations, nos constructions de jeunes adultes. Merci de nous avoir accompagnés dans nos recherches tant politiques que sociales.
    Je ferme les yeux et te vois avec tendresse.
    Merci à toi.

    1. Chers frères de Clerlande,

      Des quelques échanges que j’ai eus avec frère Dieudonné chez vous en avril dernier, je me souviens surtout de son regard et de son sourire pleins de bonté et de douceur. Une fois rentrée chez moi, j’ai découvert votre site plus en détail. C’est sur « le chemin entre le silence et la parole qu’est l’écriture » (Elie Wiesel) que j’ai senti frère Dieudonné davantage venir à ma rencontre. En effet, sa chronique « Clerlande au fil des jours » m’a à la fois charmée et émue, et en préparant mon deuxième séjour à Clerlande, je me réjouissais de le retrouver et d’en parler avec lui. Hélas …

      « Heureux les doux. Ils auront la terre en partage. » Avec quelle douceur a-t-il exprimé vos émotions sachant votre prieur Jean-Yves Quellec en fin de vie. Sans doute n’aurait-il jamais imaginé qu’avec frère Barnabé, il reposerait à ses côtés avant même la prochaine Toussaint.

      Frère Dieudonné appelait la Toussaint « la fête qui sent le ciel et la terre ». Cela me rappelle un passage dans « Le chant de Bernadette » de Franz Werfel où le père Peyramale dit au lit de mort de Bernadette : « Tu es maintenant au ciel et sur la terre, ô Bernadette. Tes yeux ont vu plus que les nôtres. Ton cœur était rempli de plus d’amour que nos cœurs endurcis ne pourront jamais concevoir. C’est pourquoi tu es agissante et présente tous les jours, toutes les heures, et non seulement à la source de Massabielle, mais encore dans chacun de ces arbres en fleurs là, dehors. »

      En relisant l’abbaye de Clerlande sous la neige chantée avec tant de poésie et d’émerveillement, je crois profondément que frère Dieudonné aussi restera présent dans chaque arbre qui vous abrite, dans les feuilles colorées de l’automne, les branches givrées de l’hiver, les bourgeons du printemps, les fleurs de l’été. Et que ce doux de cœur vous partage maintenant la terre et le ciel en vous accompagnant par de nouveaux chemins.

      Bien cordialement,

      Bernadette Gielen

  14. Un amoureux des béguines, ainsi je garderai mémoire du père Dieudonné et du livre « Libres et folles d’amour » qu’il leur a consacré. Son admiration pour ces femmes et l’approfondissement de cet Amour qu’il a honoré et partagé sont désormais en moi ancrés.
    Répose en paix, cher Dieudonné
    Silvana

  15. Son oeil plein de malice et ses mots qu’il saupoudrait d’une bonne dose d’humour resteront dans le souvenir que je garderai de lui. Il y avait quelque chose de Frère Jean des Entommeures dans ce moine qui aimait la vie par-dessus tout et dans cette vie, ses « frères humains ». Que de liens n’a t-il pas tissé au fil de son existence! Oui, Dieudonné était un homme relié, relié aux hommes, relié à Dieu. A travers lui le mot « religion » prenait sens.
    En pensant à lui, me vient à l’esprit ce que , dit-on, Platon affirmait à propos de Socrate:  » Il est sérieux quand il plaisante! »
    Je ne peux oublier que c’est lui qui a mis mon frère Jean-Yves sur le chemin de Clerlande;ils se ressemblaient par bien des côtés; aujourd’hui, à un an d’intervalle, les voilà réunis. Que la terre du Brabant leur soit légère.

  16. Je me souviens de Dieudonné célébrant à ma demande pour une petite communauté de chrétiens engagés dans le Brabant Wallon. D’autres se souviendront sans doute et pourront donner plus de détails. Il a célébré notre mariage à Jodoigne, béni notre maison… Tant de fois, je l’ai rencontré à Clerlande avec mes parents. Que dire à la Communauté des moines sinon que je suis de tout cœur avec elle et que pour moi, Dieudonné est bien plus proche aujourd’hui puisqu’il est juste de l’autre côté de la porte.

  17. C’est sur la recommandation du Cardinal DANNEELS que nous avons été trouver Dieudonné au moment de la création de notre ASBL  » Expression Florale au service de la Liturgie ».
    Dieudonné étant un amoureux de la belle liturgie.
    Au fil de nos rencontres, il nous a ouvert à la beauté et au sens des rites, des prières et du déroulement de la Liturgie.
    Grâce à ses enseignements et ses précieux éclairages, nous avons été guidées dans la création de nos bouquets qui souhaitaient être porteurs de sens et être signes parmi les autres signes, afin de tenter de rendre visible l’Invisible.
    Merci Dieudonné pour ta disponibilité, ton humour, ta bienveillance et la profondeur de tes échanges.
    Avec toute la reconnaissance des « Fleuristes du Bon Dieu »

  18. Au nom de la Direction, du corps professoral et du personnel administratif de l’IAD, nous tenons à rendre un dernier hommage au Père Dieudonné qui a marqué toute la communauté de l’IAD par son rayonnement et sa profonde humanité.

  19. Cher Père Dieudonné, tu as béni ma maison et depuis, tous les visiteurs ressentent la Paix Divine qui y règne. Depuis nous sommes devenus amis. Nous partagions quelques repas en parlant de Résurrection et de Vie Eternelle, et aussi de préoccupations toutes simples du quotidien avec bienveillance et humour mais aussi profondeur et gratitude infinie pour la Guidance de Dieu à chaque instant de nos vies.
    Tes yeux pétillants me resteront comme une Lumière sur le chemin de chaque jour.
    Merci, merci, merci pour qui tu es. Nous restons en lien par l’Âme, l’Esprit, la Conscience, le Coeur,…

  20. Professeur à l’IAD depuis 1984, j’ai vu arriver le Père Dieudonné, chargé du cours de « Pensée Chrétienne ».
    Pas simple de faire passer ce message, là où on pense « création artistique », et où les plus expressifs se risquent à « tutoyer Dieu » sans vraiment le connaître… Et Dieudonné, les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, faisait le lien vers ce qui est essentiel. Ses instruments? Une convivialité naturelle, un intérêt instantané pour l’autre et une lecture « extra-lucide » de ces instants partagés qui fuient. Tout ceci étant dit, cette disparition de Dieudonné ne m’attriste qu’à moitié, car je sais qu’il sera là, dès lors qu’un bonheur sera partagé, qu’ il sera dans le parfum d’une bière trappiste, et quand le moment se présentera d’aider un étudiant, ou toute autre personne qui exprimerait le besoin de recevoir de l’aide, il sera là, dans un coin de ma tête, à offrir (d’outre tombe), un sourire complice.

  21. Lorsque j’ai reçu l’annonce du décès du père Dieudonné, j’ai revu un moment précis d’une retraite où il nous a fait avancer et goûter la foi… Ce moment où il a dit « Vieillir, c’est se détacher peu à peu du monde des apparences ». Cette phrase entendue il y a des années a résonné et résonne encore, à présent elle prend tout son sens dans ma vie !
    D’autres rencontres colorées refont surface, merci Dieudonné !

  22. La photo de ce cher Dieudonné dit plus que les quelques mots que je pourrais ajouter…
    Le souvenir de sa PRESENCE EST IMMENSE et le restera.

    En grande Union avec tous ses frères. Puisse la Lumière du Seigneur, qui est plus qu’un sourire, les soutenir et animer leur Joie profonde, même dans la tristesse.

  23. Je me souviens toujours du cours que le Fr. Dieudonné nous a donné en 1976 sur les fêtes, leur origine, leur histoire… les fêtes juives et les fêtes chrétiennes. Avec une percutante actualisation. C’était magique. Il avait un don pour les métaphores, les images qui frappaient les imaginations.
    Merci, cher Frère, pour ta sensibilité mêlée de profonde mystique et de grande humanité.

  24. Lors d’un récent passage par Clerlande, j’ai eu l’occasion d’échanger furtivement avec le Père Dieudonné sur le “RITEZAIROIS DE LA MESSE”. J’ai aimé ses questions profondes. Son propos était sans malice et il était fait avec sérénité, bienveillance et respect. Le ciel doit certainement se réjouir de le compter parmi les membres de son Chœur pour les Cantiques à la gloire de l’Agneau immolé!

  25. Merci, cher Dieudonné,
    Je t’ai rencontré au « Grenier » », dans les années 70, lorsque nous habitions à Rofessart.
    Tout de suite, j’ai apprécié les soirées du lundi que nous passions à réfléchir en groupe (sur l’Evangile, sur la vie, sur la religion, sur notre vie…).
    J’appréciais non seulement tes paroles, claires et fortes, mais aussi ta façon d’être toi-même, d’être vrai, d’être bon, d’être respectueux de tous, et d’être une personne intelligente et simple à la fois.
    Pour moi, le Grenier a été un grand et fort tournant dans ma vie. Qui m’a peut-être secouée mais qui m’a permis de remettre beaucoup de choses en question et d’avancer avec plus d’audace.
    Cela fait longtemps que nous ne nous étions pas revus, mais mon mari et moi, nous ne t’avons jamais oublié et nous sommes heureux d’avoir eu la chance de te connaître.
    Merci, merci, cher Dieudonné. Je penseras toujours à toi avec bonheur et reconnaissance et je garderai ton sourire bienveillant dans mon cœur.
    Nicole Georges-Lissoir

  26. Nous venons d’apprendre la disparition de Père Dieudonné, nous sommes profondément attristés et nous vous présentons nos plus Sincères Condoléances.
    Puisse Dieu l’accueillir dans son Paradis et dans son infinie miséricorde.
    Il restera à jamais dans nos mémoires, mariage de notre filles, baptême de notre petit-fils, beaucoup de souvenirs également grâce à Jean-François De Coster en ces moments d’Adieu.

  27. C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris le décès du Père Dieudonné. C’était un grand ami de mon papa, Roland Dumont, et son père spirituel.
    Le Ciel se réjouit d’accueillir en son sein cette Âme qui a servi tant et tant Le Seigneur.
    Nul doute qu’il sera encore à nos côtés dans cette communion divine des saints.

  28. Dieudonné est parti.
    Nous étions de jeunes adultes en 1970 et nous avons construit avec lui une multitude de projets extraordinaires et passionnants.
    Que ce soit la conception du MEGOT, maison de jeunes de Ottignies, à partir de laquelle nous avons réaliser un travail d’analyse politique de la commune, de la région, de la société dans laquelle nous vivions, mais aussi en mettant sur pied des projets qui essayaient de réaliser concrètement nos aspirations de modèle de société, j’évoque ici le RESEAU de DiSTRIBUTION ALIMENTAIRE qui a proposé pendant 7 ans, à plus de 600 familles, des centaines de produits alimentaires artisanaux et bio à des prix extraordinaires car nous avions organiser une relation directe producteur-consommateur.
    Quand je dis nous, cela représente plusieurs centaines de personnes de la région qui ont réaliser collectivement nos folies, des centaines de familles qui se sont retrouvées dans nos propositions, des milliers d’amateurs de musique populaires qui sont venus les écouter dans les murs de la Maison de Jeunes.
    Des dizaines de milliers de personnes qui se sont rencontrées avec nous dans les festivals de musique folk, que ce soit en Angleterre, en France, en Bretagne ou en Belgique, que ce soit à Champs ou à Floreffe.
    Quand je dis nous, cela reprend les dizaines de bretons, de la famille de Jean-Yves Quellec entr’autres, avec qui nous avons tracé de belles aventures, eux qui vivent dans la région de Brest et nous, les brabançons.
    Nous avons participé à des festivals de musique, des temps de vacances dans leur région ou nous y allions à 50, 60, 70 personnes, les fêtes de fin d’année que nous allions collectivement passer là-bas car dans cette région, en hiver, le ciel est fort bas sur l’horizon.
    Pendant 10 ans, chaque été, Dieud allait à ROME pour travailler sur sa thèse. Il en revenait avec ses écrits baptisés par de la grappa et de joyeuses histoires de ce monde particuliers qui détermine les voies de l’église catholique.
    Nous avons compris que notre ami avait choisi de réorienter son parcours quand il a défendu sa thèse et qu’il a progressivement réadapté sa tenue vestimentaire et sa belle chevelure.
    Nous l’avons aimé et il nous a offert son intelligence, sa clarté de vision du monde, sa joie de vivre et son rire joyeux.
    Nous le saluons avec amour et respect et nous lui disons à très bientôt.

    Jean-François de COSTER, ami et partenaire d’une chouette période

    1. Merci Jean-François d’avoir développé un peu les aspects sociaux et politiques du travail de Dieudonné. C’étaient à Ottignies des années 70 riches.

  29. Nous étions étudiants ensemble à la Faculté de théologie dans les années 1962-1966. Et nous nous sommes souvent rencontrés dans les Comités de rédaction de la revue avec R. Gantoy et J.-Y. Quellec notamment. Que de souvenirs et quelle émotion alors que Dieudonné semblait en bonne santé.
    Que le Seigneur l’accueille, lui qui l’a tant servi notamment dans la liturgie. Avec mes amitiés pour chacun d’entre vous. Je participerai aux funérailles.

  30. A Clerlande, j’ai fait de multiples rencontres: Jean-Yves, Grégoire,… Dieudonné , je l’ai surtout croisé: de l’humour, de la poésie, des convictions… J’ai aussi bu quelques verres avec lui lors de la victoire d’écolo en 1999: convivialité, respect de l’autre et de notre environnement…
    Hier, c’est Raphaël Buyse qui m’a appris son décès lors d’une conférence à Dijon pour les Frères de Ecoles Chrétiennes… J’ai ressenti une immense tristesse… Un « ami » s’en est allé.
    Merci Dieudonné pour le sillage que tu laisseras dans mon parcours.

  31. La communauté des salésiennes de Don Bosco de Ganshoren assure à toute votre communauté sa prière et sa proximité. Nous sommes sous le choc mais dans l’action de grâce pour tout ce qu’il a été !…. et nous pensons beaucoup, beaucoup à vous tous !

  32. Louvain La Neuve, au Piano Bar, Dieudonné et moi en tête à tête, une carafe de gros rouge dans le chemin. Il me parle de sa vocation, pour aider à élucider la mienne. Ses yeux pétillent lorsqu’il me pose la question: « N’es tu jamais tombé amoureux? » Et bien, moi je suis tombé amoureux de cette vie en communauté, de ces offices, de ces textes, de la lumière des premiers cierges à l’office des matines qui vient réchauffer les visages encapuchonnés de mes frères, …J’ai fait ma petite valise et je suis entré au monastère ».
    Merci Dieudonné pour ton choix radical.

  33. Nous serons en pensées et en prière avec la communauté ce vendredi. Merci pour les belles lectures lors des repas et votre gentilesse. Nous garderons un beau souvenir. Merci père Dieudonné. Walter et Maria

  34. Merci, cher Dieudonné d’avoir accompagné le groupe « expression florale liturgique » pendant de si longues années .
    Avec toute ma gratitude. Kinga de Coster

  35. Ce dimanche soir avec quelques amis, nous regardions un vieux film sur les enfants du Borinage. Au cœur de ce film, une scène d’anthologie. Des gamins un peu fous dévalant les pentes dangereuses d’un terril borain assis sur des platines à tartes. Et là, en contemplant cette séquence j’ai pensé à notre ami Dieudonné, lui même enfant du Borinage, qui nous disait avoir participé à ces ébats endiablés lorsqu’il était gamin. Alors j’ai pensé : il faut qu’on téléphone à Dieudonné. Depuis la dernière lettre qu’il nous avait écrite, au début de l’année, nous nous répétions souvent : il faut qu’on téléphone à Dieudonné. Et puis, après la rencontre amicale nous avons pris notre voiture et nous avons avalé la centaine de km qui nous séparaient de chez nous. Et là vers une heure du matin, nous avons découvert la nouvelle. Dieudonné venait de nous quitter à peine quelques heures plus tôt. Dieudonné était notre ami. Il était le seul prêtre parmi nos amis de jeunesse et qui vivait et officiait encore.

    Ah Dieudonné tu nous as bien eus. On voulait te téléphoner. C’est quoi ton numéro de téléphone maintenant ? Et puis je dois te dire quelque chose d’un peu fou. Je comptais beaucoup sur toi pour dire la messe le jour où on me mettrait dans le trou. C’est qui qui va le faire maintenant ?

    Dans ma tête, une chanson de Julos qui paraphrasait Georges Brassens et que je me permets de paraphraser à mon tour : « Dieudonné quin vo faudra fait el cultrumia au r’voir dallé vos direz fel com en Mamzelle Au Père Éternel . ». Voilà c’est fait, il est d’allé. Vaut mieux chanter que d’braire. Ben oui. N’empêche qu’a c’t’heure j’ai envie de braire un coup !

    Dieudonné était moine. C’est lui qui avait baptisé deux de nos enfants. Dieudonné était notre ami. On se voyait parfois, pas assez à notre goût. On s’écrivait une fois l’an, pour les vœux. Il signait « Bisous ! Dieud ». La dernière fois, au début de cette année donc, il nous disait que « L’Espérance nargue toutes les incertitudes ». Il nous disait son envie de nous revoir sans attendre le printemps. Et nous, on se disait : il faut qu’on téléphone à Dieudonné. Et le printemps a passé. L’été aussi. Et ce dimanche nous avons perdu son numéro de téléphone.

    La première fois que j’ai vu Dieudonné, c’était dans le grand salon de l’abbaye St Denis près de Mons. Il était là avec un autre prêtre. Ils avaient découvert sur une étagère une vieille bouteille de Chimay. Ils n’avaient pas de décapsuleur et s’efforçaient de l’ouvrir avec leurs clefs. Et ça faisait des fous rires de gamins entre eux. Ils ont fini par y arriver mais la bière était « plate ». L’autre s’appelait Robert et c’est lui qui nous a mariés.

    Dieudonné faisait un doctorat en théologie et c’est lui qui nous a ouvert les arcanes de ce savoir quelque peu initiatique. Un regard ouvert et très moderne.

    Je ne parlerai pas du reste sauf d’une chose. Dieudonné était amoureux de trois béguines qui avaient vécu au Moyen-Age : Hadewich d’Anvers, Mechtilde de Magdebourg et Marguerite Porete. Trois femmes libres, libertaires, mystiques. Sur ses trois amoureuses il a écrit un livre « Libres et folles d’amour ». Je crois que la quête mystique de ces femmes était un peu devenue la sienne. La dernière fois que nous avons rencontré Dieudonné, c’était à Louvain la Neuve. Il participait à une rencontre sur la quête mystique avec un musulman soufi et une nonne bouddhiste.

    Dieudonné tu nous manque.

  36. C’est avec surprise que j’apprends par email d’un ami le décès de Fr. Dieudonné, c’est soudain ! J’exprime à toute la communauté des Frères de Clerlande toutes mes pensées en ce moment où deux d’entre eux les ont quittés pour rejoindre le Seigneur. J’ai vu encore Fr. Dieudonné chanter à la célébration eucharistique mardi dernier 17 octobre. Ce que je retiens notamment de lui, c’est la prière de certains vêpres avec Patricia Saussez dans les églises sur les musiques d’André Gouzes. Encore à la Communauté toutes mes pensées, et je confie les deux Frères (Dieudonné et Barnabé) au Seigneur pour le repos de leur âme.

  37. Un choc hier soir quand j’ai appris le départ du frère Dieudonné. Lors de mes séjours à Clerlande, j’aimais le rencontrer ne fusse que quelques minutes. Samedi soir justement, nous écoutions à Namur ses introductions originales aux mystères du Rosaire lors du concert du Chant des Sources. Souvent je pensais : C’est vraiment signé Dieudonné ! Une heureuse arrivée pour renforcer la liturgie céleste : nul doute qu’il en sera un fervent interprète, capable de faire sourire le Bon Dieu… et tous ses convives dont nous espérons être un jour, dans la joie de nous retrouver aussi avec les frères Jean-Yves et Barnabé.

  38. Le Père Dieudonné était un rédacteur fidèle pour la revue liturgique Feu Nouveau.
    Voici la prière d’ouverture qu’il a rédigée dernièrement pour le dimanche 14 janvier 2018 : « Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en toi. Nous croyons que tu ne cesses de frapper à notre porte : ouvre-la toi-même et entre ! »
    Père Dieudonné, aujourd’hui, la porte de votre cœur est grande ouverte et la liturgie, plus que jamais, le signe de cette communion entre le ciel et la terre.

  39. Je l’ai quelque peu côtoyé il y a belle lurette / Dieudonné faisait voir en effet une sorte de jonction toute simple entre ouverture intérieure à la transcendance et fraternité dans une volonté humaniste progressiste , écologiste en particulier . Espérons qu’il ait, chemin faisant, ouvert la voie à bien d’autres porteurs-teuses d’évangile de sa trempe !

  40. Liège, le 23/10/2017. J’ai appris hier soir le décès de Dieudonné Dufrasne et je présente à sa communauté mes plus sincères condoléances. Avec deux confrères Rédemptoristes, de 1967 à 1970, nous avons vécu en communauté avec les premiers Bénédictins, dans une maison des Pères Rédemptoristes à Ottignies. Un temps de vie fraternelle , de partage, de découvertes formidable. Nous avons tant reçu de Dieudonné et de ses confrères. Je rends grâce à Dieu pour le rayonnement de Dieudonné en particulier chez les jeunes. Son humour et sa vie spirituelle si profonds étaient aussi contagieux l’un que l’autre.

  41. Cher Frère Bernard,
    Chers membres de la communauté de Clerlande,
    Aujourd’hui, nous jouions le spectacle « Paraboles » au monastère de Rixenxart…
    Nous y avons appris les décès de Frère Barnabé et de Frère Dieudonné Dufrasne. Nous ne voulons pas attendre plus longtemps pour témoigner toute notre amitié à toute votre communauté à cette occasion.
    Nous garderons toujours gravé en notre mémoire l’homélie de Frère Dieudonné d’il y a quelques années prononcée le jour de l’Ascension: la séparation de l’Ami sur le quai d’une gare et qui monte dans le train. Le train s’éloigne et nous restons seuls sur le quai. On se dit « Au Revoir » et nous croyons à son retour…
    Nous prions pour eux et pour tous les moines.
    En union de pensées et de prières…
    Béatrice et Dominique

  42. Ceux qui fréquentaient le Mégot, maison des Jeunes d’Ottignies des années 70, face à la Maison communale, se souviennent bien de lui. Partageant les danses bretonnes, les bières catholiques, et de solides amitiés. J’aimais aussi ses écritures liturgiques, son apport à l’histoire des béguines mais avant tout de le rencontrer avec profondeur. C’est aussi comme président de l’Association des Habitants de Louvain-la-Neuve que je salue ce précurseur de la ville.

  43. C’est avec émotion que j’ai appris le décès inopiné du Père Dieudonné . C’est un sentiment d’une grande reconnaissance qui m’envahit. Merci de l’avoir croisé brièvement sur mon chemin . Sa grande ouverture d’esprit , sa lecture éclectique des textes qu’il transmettait savamment avec joie et humour me restera toujours en mémoire. Mes prières se tourneront vers lui ce vendredi en union avec votre communauté.

    1. Je salue le poète l animateur de jeunes le moine fraternel avec qui nous avons fait du pain….Je prie pour d autres témoins de cette trempe. Il y avait aussi un breton nomme Jean Yves Quellec. L un conduisait a Dieu par la voie des béguines et l autre en pleine mer ou par la face nord.

      1. Dans les années 70 , j’ai eu le bonheur de croiser le chemin de Dieudonné …. Dès la première rencontre , il m’a touchée par son charisme  » hors du commun  » … Les moments de partage nous emmenaient , à chaque fois « hors des sentiers battus « …. Ils étaient à la fois bousculants ,inhabituels , d’une touchante vérité , d’une profondeur émouvante , empreints d’une grande sensibilité et d’une réelle humanité . Ils faisaient tout simplement du bien et repenser chaque chose .
        Même si la vie ne nous a pas offert l’occasion de nous rencontrer souvent ,j’ai toujours gardé et garderai un souriant souvenir de ce qu’il était et restera , de ce qu’il laissait et laissera dans le cœur de ceux et celles qu’il a croisés .,
        « MERCI » DIEUDONNE ET « BON VENT « LA OU TU VAS ET ES

        Ce vendredi , je serai en commune union de pensée avec lui , avec sa communauté , avec sa famille , avec ses amis , avec tous ceux et celles qui lui sont chers , avec tous ceux et celles pour qui il reste unique et important .

        1. Clerlande des années 70… un moine dans sa cape noire. Que de moments profonds (et de rire) partagés avec toi.
          Ta vérité, ton humilité, ton humour, ta tendresse m’ont un peu levé le voile sur Son Visage… Merci.
          A Dieu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *