Ouverture de l’année 2017-2018 présentation du Père Martin

Discours du frère Martin, Prieur de Clerlande, pour l’année 2017-2018

OUVERTURE DE L’ANNEE 2017-2018

29 octobre 2017

Chers amis de Clerlande, le cœur habité par tout ce que nous avons vécu cette semaine, le départ du fr. Barnabé et du fr. Dieudonné, dans l’immense espérance de la Résurrection, en communion avec toute la communauté des frères de Clerlande, nous nous réjouissons de votre présence en ce jour fixé pour célébrer les 50 ans de présence des moines à Ottignies.

Dès le début, vous étiez là pour nous accompagner dans la fidélité par votre présence. Vous étiez là pour la célébration dominicale, d’abord célébrée dans ce qui est aujourd’hui le living du monastère, puis dans cette Eglise construite des années plus tard. Vous étiez là dans différents groupes de réflexion, de prière, d’animations diverses menées au sein de notre monastère afin qu’il devienne et demeure un lieu vivant, mystérieux.

photo: fr Thibaut
Le Banc, Clerlande, 2015

Voici une année nouvelle qui s’ouvre à Clerlande. C’est un temps de grâce à un double titre : l’histoire de ces 50 ans dans la gratitude de ce qui a été vécu et l’ouverture aux années qui viennent.

Voici 50 ans, le premier jour, me racontait le P. Frédéric, j’entends les premiers mots chantés de l’office du matin entonné par le frère Dieudonné : « A Toi, Dieu, la louange des peuples, unanime la louange des peuples. » Sa voix chaude et profonde ouvrait l’office des Laudes en français pour la première fois. Nouvelle étape monastique qui ne se voulait pas un calque de ce qui avait précédé mais habité par la créativité et par la tradition. Dès le début, dans les premières Lettres d’Ottignies, rédigées par les frères Frédéric et Dieudonné, la communauté naissante a voulu s’inscrire dans la tradition des premières communautés chrétiennes décrites dans les Actes des Apôtres. Elle était attentive aux évènements quotidiens vécus dans un bonheur profond. Et ce bonheur, même face à l’imprévu, se communiquait comme si nous pouvions déjà anticiper la venue du Royaume de Dieu. C’était chaque jour un appel à retrouver une simplicité première, à se renouveler, à se dépasser, voyage intérieur et promenade joyeuse ouverte sur l’inconnu de Dieu.

Dans cet esprit sont nées, la revue Art d’Eglise dirigée par le Fr. Frédéric ; les travaux considérables menés par le Fr J. Dupont sur le NT ; les Missels et leurs commentaires rédigés sous la plume des fr. Romain, Robert Gantoy, Dieudonné et Jean-Yves et également la revue « Communautés et Liturgies » qui s’adressait principalement aux responsables de la Pastorale. Dans un autre domaine, le fr. Pierre fut et reste encore de nos jours un pionnier et une référence dans le Dialogue Interreligieux Monastique (DIM).

L’an prochain, notre fondation de Mambré à Kinshasa fêtera 40 ans d’existence. De nombreux frères y ont vécu et apporté leur contribution à la réalisation de nombreux projets. Plusieurs ont connu les trois étapes qui ont jalonné l’histoire mouvante de la RDC. Nous construisions le monastère au moment même où la ville était pillée et saccagée ! Le fr. Simon que nous fêtions hier fut témoin de ces évènements. Le P. François fut longtemps le Prieur de la communauté, le fr. Damien, si dévoué à Clerlande aidé du fr. Christian, parcourait les Centres de santé de Kinshasa, les frères Gilbert, Pistil, Luc-François prirent la relève avant le soutien que nous apporta le monastère de Kappadu en Inde à travers la présence du Fr. Clément, Prieur depuis cinq ans, les frères Biju et Thomas qui permirent la refondation et le développement de Mambré et de Mongata. Moi-même, je fus élu président de l’Alliance Inter Monastère durant 16 ans, organisation qui soutient plus de 350 monastères à travers le monde.

Aujourd’hui Clerlande, la beauté du site, le silence des bois, le recueillement de la chapelle nous invitent à l’adoration, à l’action de grâce, Cette prière s’exprime dans les Laudes de chaque matin et dans les Vêpres du soir. Ces chants de louange et d’intercession sont habités par l’émerveillement et la paix qui se nouent dans l’Eucharistie quotidienne. C’est le fr. Grégoire qui en est le maître de chœur. Notre liturgie s’exprime aussi à travers la célébration dominicale et les différents temps liturgiques. Grâce au fr. Matthieu et au fr. Sheen, le pain eucharistique et la décoration florale sont assurées. Tout ceci constitue un trésor qui nous concerne tous et nous sommes les gardiens à titres divers…Notre fr. Yves de Patoul veille avec attention à l’entretien de notre environnement et de la bonne gestion de nos finances.

Au début de cette année nouvelle, conscients de nos fragilités et de nos limites, conscients aussi de votre soutien si cordial, nous poursuivons notre route, tournés vers l’avenir. L’avenir du patrimoine monastique et spirituel, mystique et théologique dans lequel Clerlande s’inscrit et qui repose entre les mains de Dieu, les vôtres, les nôtres. Chaque jour est neuf et il nous est bon, avec vous, de faire face à ce qui nous est demandé dans une volonté de nous ouvrir humblement à des perspectives nouvelles et, espérons-le, salvatrices. Il y a lieu de rassembler nos forces, de fédérer nos bonnes volontés, tout en respectant la vie des moines et la grande diversité des hôtes qui nous fréquentent.

Je vous propose de mettre cette année 2017-2018 sous le signe de la bénédiction. Comme l’exprime si bien Saint Paul au début de son Epître aux Ephésiens : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ : il nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les cieux en Christ. Il nous a choisis en lui avant la fondation du monde pour que nous soyons saints et irréprochables sous son regard, dans l’amour » Eph. 1. 3-4.

Saint Paul souligne que tout vient d’en haut, de notre Père des cieux, confiant à Dieu les signes qui nous seront donnés. Puissions-nous les accueillir chacun, chacune, comme des bénédictions.
Dans les perspectives qui sont les nôtres et que j’avais développées l’an dernier, je vous rappelle quelques pôles essentiels.

Clerlande est un lieu de ressourcement et d’échanges sans cesse à réinventer. L’accueil des hôtes, reçus comme le Christ, explicite la Règle bénédictine (RB 53), occupe une place importante. Beaucoup des groupes attachés au monastère partagent un enseignement et une formation mutuelle à travers l’échange autour d’un livre choisi, d’un texte biblique ou encore d’un témoignage de vie. Plusieurs frères participent à des groupes de formation sur un plan ecclésial (groupes de foyers, de retraite, de catéchèse) ; sur un plan œcuménique ; à travers un dialogue interreligieux et des actions axées sur un plan social.

Plusieurs d’entre vous sont engagés dans la chorale de Clerlande, liée à l’eucharistie dominicale et aux grandes fêtes liturgiques. D’autres s’investissent directement à l’accueil et à la vie du monastère…Des bénévoles sont présents au magasin, à la librairie, aux soins des frères malades. Un groupe efficace autour de leur président Thierry Donck forme l’asbl Alliance pour un Développement Durable (ADD) gérant les projets de notre fondation de Mambré à Kinshasa.

Enfin, citons tous ceux qui prennent en main les « Ateliers de Clerlande » et les concerts qui s’y donnent. Le P. Jean-Yves, notre Prieur décédé, avait organisé des concerts liés au temps liturgique. Cette année, trois concerts auront lieu à l’approche de Noël, de Pâques et de la Pentecôte. Sous la direction de deux chefs d’orchestre, Bernard Woltèche et Thomas Van Haeperen, nous avons privilégié de jeunes orchestres en formation. Cécile Nève et le fr. Thibaut ont bien voulu prendre la responsabilité de l’organisation. Nous avons encore besoin de votre soutien pour leur diffusion. Le premier concert centré sur la musique baroque aura lieu ce vendredi 15 décembre à 20H. Les tickets seront en prévente au magasin. Je vous rappelle également notre marché de Noël traditionnel qui se tiendra le W-E du 25/26 novembre à la petite maison sous la responsabilité du fr. Emmanuel.

Nous accueillons par ailleurs plusieurs groupes se réunissant à Clerlande pour discerner comment agir en chrétien dans la société d’aujourd’hui : bioéthique, handicaps (Centre W. Lennox), soigner autrement, soins palliatifs (Pallium), l’éducation et l’enseignement. D’autres touchent la pleine conscience, le yoga, le Taïchi, le zen, l’ostéopathie…Enfin, nous avons libéré la maison qui nous appartient dans la rue du Blanc-Ry pour accueillir des réfugiés.

La « fraternité de Clerlande », en lien avec les fraternités du Parvis à Lille animées par le P. Raphaël, ont le souhait de découvrir davantage « la spiritualité de Clerlande ». Leur objectif principal est de se nourrir de la tradition bénédictine, de se mettre au service de la communauté pour devenir partenaire et réfléchir en communion avec la communauté à l’avenir de Clerlande. Nous aurons l’occasion de les entendre se présenter eux-mêmes afin que nous puissiez mieux les connaître et les reconnaître.
Ils s’occupent de l’organisation des « six dimanches autrement » qui, cette année, tourneront autour de différents thèmes : l’écoute, l’accueil, la prière, l’humilité, l’obéissance et la persévérance en Dieu : chemin d’humanité, sans cesse à redécouvrir à travers la tradition monastique.

Proches de nous, les oblats du monastère constituent en quelque sorte « le tiers ordre bénédictin ». Ils sont peu nombreux. Dans la vie quotidienne de Clerlande, Marc est un frère oblat régulier et Donald oblat séculier. Tous deux sont des frères d’un grand soutien. D’autres prient en communion avec nous et se réunissent de temps à autre.

Nous avons nos moyens de communication : Clerlande-info, tenu par notre Fr. Yves Leclef, Philippe Roukens et Olivier Parion pour la mise en page ; une brochure annonçant les ateliers de Clerlande qui se développent au fil de l’année par les frères Bernard et Thibaut. Ce dernier organise aussi notre site-internet.

Conclusion : Que devient Clerlande au fil des jours ?

Notre histoire communautaire est inséparable de l’histoire de la spiritualité monastique qui plonge ses racines dans l’Evangile et dans la vie des premières communautés chrétiennes (Actes 2. 42-46). Ces communautés habitées par le souffle de l’Esprit Saint (Pentecôte) ont vu naître le premier monachisme des moines d’Egypte, leurs paroles de vie (Apophtegmes), des traditions qui se sont épanouies avec saint Benoît.

Avec le soutien de l’Esprit de Dieu, il nous est demandé en cette année 2017-2018 de nous relier davantage à nos racines dans une perspective nouvelle et créatrice. Il nous est bon de rester fixé au tronc qui est le nôtre et en même temps de rester ouvert à ceux et celles qui veulent se greffer ou se rapprocher de cet arbre que représente la tradition monastique.

Ce sont les frères et les fidèles de Clerlande qui font vivre aujourd’hui ce lieu béni de Dieu. Prenons conscience de cette vitalité si fragile qui repose entre ses mains, les nôtres et aussi les vôtres.
En tant que prieur de la communauté je fais appel à votre soutien et déjà vous en remercie.

P. Martin , Prieur de Clerlande.

Billets apparentés

Programme des activités 2017 – 2018 La communauté de Clerlande est heureuse de vous présenter leProgramme des activités 2017 - 2018 Laissez le temps au programme d'apparaître. Pour ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *