5è dimanche de Pâques 2018

Dimanche 29 avril 2018

5è dimanche de Pâques

Nous sommes encore au temps de Pâques ; l’Église regarde vers Pentecôte ; un temps d’Alléluias et de « Christ est ressuscité ». A peine la tombe est-elle fermée et les larmes séchées que déjà on s’étonne, on s’attriste : « II a disparu !» Et nous qui vivons en une époque si troublée – mais est-elle vraiment si différente des autres époques ? – nous voilà invites à vaincre nos doutes, à nous laisser greffer sur l’olivier, à rester attachés au tronc noueux de la vigne. Et pourquoi ? Pour que soit guérie la confiance entamée, que soit irriguée d’une sève neuve la foi hésitante de nos cœurs indécis.
Ce cœur qui nous accuse, qui se récuse, qui s’effraye devant le monde de ce temps : « Vais-je pouvoir annoncer la Bonne Nouvelle : Christ est ressuscité » ?
Si ton cœur t’accuse……ton cœur aurait beau t’accuser : Dieu, le Père, l’Abba de Jésus, le Vigneron est plus grand que ton cœur : oui, le monde change, oui, ce n’est plus comme il y a 20 ou 50 ans ; oui, les jeunes trépignent, oui les anciens s’inquiètent, oui les défis de la bioéthique et les migrants qui frappent à nos portes mettent nos consciences et nos pratiques à mal…..

Voici maintenant le Père, bienveillant qui s’adresse à nous, lui, le maitre de la vigne : « Ayez foi en mon Fils, soyez attachés à lui, comme une branche à l’arbre et portez les fleurs merveilleuses d’attention mutuelle, de simple humanité. Ce n’est pas contraint et forcé que le magnolia a donné ses fleurs, ni par volontarisme que les prairies d’hiver sont devenues somptueux jardins printaniers, mais en laissant monter la sève sans laquelle rien ne peut pousser.
« En dehors de Moi, vous ne pouvez rien faire. »

Il suffit, il suffit – facile à dire me direz-vous, il suffit de préparer la terre, d’ameublir le sol du cœur, de passer la charrue ou le râteau de la prière, de la prière persévérante, confiante : oh ! pas seulement les prières rituelles, un rien figées, de nos missels bien reliés, mais une prière de confiance, de tendresse –pourquoi pas– prière vraie, humble, sobre, non trafiquée.

Père, tu lis dans nos cœurs comme dans un livre ouvert.
Déjà nous demeurons en Toi et Toi en nous.
Merci pour ton Esprit que nous percevons déjà dans nos vies.
Que ton Fils nous prenne dans sa prière, en cette Eucharistie.

Amen
fr. Grégoire

Billets apparentés

Fête du Christ-Roi 26/11/2017 34ème dimanche. A Fête du Christ-Roi26 novembre 2017Ouvrons notre TV : les événements se bousculent : parmi ceux qui m’ont frappé hier : l’at...
3è dimanche de Pâques Homélie du dimanche 30 avril 2017 3ème dimanche de PâquesDeux voyageurs, tristes, découragés, revenus de leurs illusions. Ils ont tout entendu, i...
Béatitudes 29/01/2017 4ème dimanche ordinaire A BéatitudesJe ne sais pas si je mets les pieds dans le plat en pensant que l’Evangile des Béatitudes ne nous dit pas gra...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *