« Le Pain » Dimanche 29 juillet 2018

17ème dimanche ordinaire, année B, 2018

Le Pain
(Jn 6, 1-15)

Le pain est sacré. Nous en avons malheureusement perdu le sens parce que nous n’en manquons jamais

Le pain. C’est la nourriture de base pour tous les peuples du bassin méditerranéen comme le riz en Orient. Le pain est sacré. Nous en avons malheureusement perdu le sens parce que nous n’en manquons jamais. Dans mon enfance, jeter du pain était un péché. Nous avions de belles miches de pain au dos desquelles on traçait un signe de croix avec la pointe du couteau avant de l’entamer.

Nous ne voyons plus guère la beauté du pain posé sur la table, parce qu’il nous est livré déjà découpé en tranches. Il n’y a plus qu’un seul endroit où le pain est vraiment rompu, et c’est ici à l’eucharistie, justement appelée la fraction du pain. Nous avons la très belle chance, à Clerlande, de rompre vraiment le pain comme le fit Jésus à la Cène : « Il prit le pain, le rompit et le leur donna ». Nous rompons de vrais pains dont nous recevons chacun une bouchée. Avec des hosties blanches, rondes et plates, il fallait d’abord croire que c’était vraiment du pain. Et comme nous ne devions pas le mâcher, l’acte de manger était aussi immatériel que les hosties. Or manger, c’est assimiler une nourriture dans notre corps. « Prenez et mangez, ceci est mon corps » Le corps du Christ devient notre corps. Ce sont des paroles surprenantes et même déroutantes. Les auditeurs de Jésus sont partis et l’ont laissé quand il a parlé de donner son corps à manger. Ils répugnaient naturellement à être des cannibales : « Comment cet homme peut-il nous donner sa chair à manger ? »

Une réflexion sur « « Le Pain » Dimanche 29 juillet 2018 »

  1. Merveilleuse homélie
    Elle m’invite à redonner ou retrouver la richesse du sens de mes gestes quotidiens ;
    Quelle belle humanité dont Jésus nous a témoigné en solennisant l’activité primaire de tout être qui veut vivre !
    Jésus nous dit que se nourrir est une activité de partage, sociale et donc fraternelle et non individuelle !
    Rompre le pain ! Se nourrir d’un pain qui est d’abord brisé, rompu . . . Se nourrir c’est un acte de vie mais aussi de souffrance, de mort : à réfléchir . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.