Le sacrement du moment présent (Texte intégral)

Le texte in extenso de la dernière conférence du fr. Bernard à Clerlande, en date du mercredi 22 mars 2017.

Le sacrement du moment présent

J’emprunte ce titre à Jean-Pierre de Caussade, jésuite du XVIIIème siècle à qui a été attribué le traité de « L’abandon à la Providence divine ». Évoquant les spirituels des premiers âges, il écrivait : « On y savait seulement que chaque moment amène un devoir qu’il faut remplir avec fidélité ; c’en était assez pour les spirituels d’alors : toute leur attention s’y concentrait successivement, semblable à l’aiguille qui marque les heures et qui répond à chaque minute à l’espace qu’elle doit parcourir ; leur esprit, mû sans cesse par l’impulsion divine, se trouvait insensiblement tourné vers le nouvel objet qui s’offrait à eux, selon Dieu, à chaque heure du jour. »

La manne était donnée aux hébreux dans le désert pour le jour même, on ne pouvait pas la garder en provision. Elle demandait la confiance

Il écrivait aussi : « La volonté de Dieu se présente à chaque instant comme une mer immense que notre cœur ne peut épuiser. » C’est là que se joue notre fidélité à Dieu autant qu’à nous-mêmes. Je l’ai ainsi déjà écrit : « Je me déleste du passé, je laisse l’avenir à ses imprévus, et je m’adonne à la tâche requise. Je contemple aussi la course des nuages, les arbres familiers, et j’accueille ceux qui surviennent. Autant de mannes qui me nourrissent quotidiennement. La manne était donnée aux hébreux dans le désert pour le jour même, on ne pouvait pas la garder en provision. Elle demandait la confiance. » On dit si facilement que le carême est une marche vers Pâques ; je vous invite à ne pas marcher trop vite, à donner son temps au présent. Lire la suite

« L’espérance : le courage de l’incertitude  » Un texte du Père Bernard Poupard

 

L’espérance : le courage de l’incertitude.

Le texte in extenso de la dernière conférence du fr. Bernard à Clerlande, en date du mercredi 18 janvier.

« Nos signes ont cessé, il n’y a plus de prophètes, et pour combien de temps nul ne le sait »

Le courage de l’incertitude était un thème avancé lors d’un colloque sur les cultures de la précarité en 2012 à l’université de Nanterre. La préoccupation était alors – et elle demeure aujourd’hui – celle de la précarité et de l’insécurité économique. Mais on peut aussi bien appliquer ces thèmes à la situation géopolitique globale actuelle : les premières incertitudes auxquelles on pense concernent les pays arabo-musulmans et plus généralement tous les pays affectés par les métastases des maladies de l’Islam. Mais on peut encore évoquer les incertitudes suscitées par la présidence de Donald Trump aux états-Unis comme de l’évolution des continents asiatique et africain. Et que dire de notre Europe en proie aux replis nationalistes et aux peurs des invasions ? L’avenir du monde est incertain et cette incertitude génère plus qu’un malaise : une angoisse. Nous devrions pourtant l’accepter sans trop de peine car elle n’est pas nouvelle : j’ai vu la carte du monde se redessiner plusieurs fois au cours de ma vie, des blocs anciens se défaire, des murs tomber, d’autres être érigés. Les futurologues sont disqualifiés aujourd’hui. Comme le dit le Psaume 73 (h 74) : « Nos signes ont cessé, il n’y a plus de prophètes, et pour combien de temps nul ne le sait ». Il nous faut vivre dans l’incertitude.

Branche d'amandier, d'après Van Gogh

Lire la suite

A la rencontre des religions

9782227488212

de Pierre-François de Béthune

préface de Dennis Gira

Ed. Bayard , Montrouge (Hauts-de-Seine)
collection Spiritualité , (septembre 2015)

Un moine bénédictin évoque la démarche interreligieuse chez quelques pionniers du rapprochement entre les religions : Thomas Merton, Henri Le Saux, Raimon Panikar, l’expérience de Tibhirine, etc. Il montre en quoi ce cheminement de dialogue, d’hospitalité et d’accueil de l’autre répond à l’exigence évangélique.

En vente Au jardin des Moines et en librairie

Par un autre chemin. Paroles de moine

Aux éditionsPar un autre chemin. Paroles de moine. Mediaspaul-Paris, un nouveau recueil du Frère Jean-Yves Quellec intitulé : Par un autre chemin. Paroles de moine. Les textes de ce livre ont été rédigés presqu’entièrement entre 2011 et 2014. Ces fragments portent la marque de l’évolution spirituelle et aussi des difficultés physiques, suivies d’une sorte de renaissance, de l’auteur. Ce sont des mots d’un homme qui écrit pour mieux vivre et aider quelques-uns à avancer plus résolument sur leur propre chemin.

En vente Au jardin des Moines : € 16

Méditations du crépuscule

Méditations du crépuscule, par le Frère Bernard Poupard

meditation_crepuscule_poupardLa sagesse vient-elle avec l’âge ?
Dans sa règle des moines, saint Benoît fait volontiers appel à des sages anciens pour des missions délicates.
Mais il note aussi que « souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur ». « Je voudrais devenir ce vieillard dont le regard, le sourire furtif, sont une sorte de légèreté de l’être dans la lenteur, puissent faire pressentir qu’il y a un coeur du coeur qui ne vieillit point.
Je livre ici mes méditations avec détachement. Le soir tombant m’a permis de polir d’anciennes réflexions. Mais ce jour qui tombe est le jour d’aujourd’hui. Il est promesse du lendemain. J’aime ce temps où je m’émerveille de vivre encore, et je me plais à guetter les aurores qui pointent. »
Chez Salvator / petite bibliothèque monastique. Disponible ‘Au Jardin des Moines’ du Monastère, et en librairie. 13.90€ euros

La face humaine de Dieu

Propos d’un moine sur le Christ en sa chair

par le F. Bernard Poupard

la_face_humaine_de_dieu__bernard_poupard-195x300« Les moines se présentent souvent comme des chercheurs de Dieu. J’ai bien le droit de dire aussi que j’ai trouvé quelqu’un et que je l’aime, là dans ma vie dans ma chair…» .
Moine à l’abbaye de Clerlande (Belgique), Bernard Poupard propose ici une magnifique méditation autour de l’incarnation. Les chrétiens sont les seuls croyants à oser dire que Dieu s’est fait chair. « je tiens plus que tout à ce christianisme de la chair, au Christ Parole faite chair et chair devenant Parole de Dieu, Parole de Dieu devenant parole d’homme. Parce que je m’éprouve moi-même comme une chair qui parle, et Dieu est là, dans la personne du Christ.
A l’eucharistie, ma chair s’unit à sa chair, et cette communion irradie mon être et me promet à la résurrection de la chair. »
Le moine nous invite, dans le texte original et poétique, à approcher un Christ qui nous révèle Dieu dans l’épaisseur de la chair dont Jésus à connu la morsure.
On découvre combien la Bible, quotidiennement ouverte et méditée, et un livre de chair, plein de violence et de sensualité, de fange et de sublime. Un livre qui donne des mots de chair à notre prière…
« C’est toujours dans notre chair et dans notre histoire que l’Esprit allume un feu et souffle son vent. Il ne faut pas chercher ailleurs quand il est là. »

Cahier de Clerlande N°13 : A la Recherche de la Simplicité

Sept essais pour un art de vivre chrétien

debuyst_siimpliciteCe livre est un recueil d’articles écrits par le Père Frédéric Debuyst, moine-fondateur du Monastère de Clerlande. entre 1959 et 1980, et publiés dans la revue Art d’Église, dont il était le directeur. Ils étaient devenus difficilement accessibles, et, vue leur qualité, nous avons estimé qu’il fallait nouvellement les proposer à un public plus large. Ils témoignent en effet de l’unité d’une recherche d’un art de vivre chrétien, plus que jamais d’actualité. Ils sont aussi l’expression attentive et humble d’un engagement fidèle au souffle de l’Esprit, brise ou tempête.

Un volume de 156 pages au format 21×16 cm. (Cahier de Clerlande n° 13) proposé au prix public de 19 € + port.

Disponible au «Jardin des Moines», Monastère de Clerlande, B – 1340 Ottignies-Louvain-la-Neuve, Belgique

Enregistrer

Enregistrer

Paroles au fil du temps N°56 : Apprendre à dialoguer

Echos d’un séminaire organisé à Clerlande durant l’automne 2014
Fr. Pierre-François de Béthune et les membres de cet atelier.

Depuis le premier sourire à notre maman, et, espérons-le, jusqu’à la main serrée par une personne aimée, sur notre lit de mort, notre vie est toute entière dialogue.
Mais il n’est pas facile d’entretenir un tel contact intense, tout au long de nos années, et en toutes les circonstances que nous devons affronter. Il nous faut toujours apprendre à dialoguer.
En dialoguant entre nous à ce sujet, au cours de ce séminaire, nous avons pu nous entraider.
Les interventions personnelles de chacun ont permis de rassembler de nombreuses expériences. Dans ce recueil j’ai tenté de les regrouper dans un certain ordre logique.

Disponible à l’entrée du Monastère et au « Jardin des Moines » (1.5€)

Trésors de Côte d’Ivoire : aux sources des traditions artistiques

Les enjeux de cette publication consistent à mettre en lumière l’unité profonde qui relie les peuples si divers de la Côte d’Ivoire et à montrer combien leurs cultures si variées trouvent leurs sources au coeur même du pays et au-delà des frontières. La beauté grandiose et la force redoutable des sculptures parlent d’elles-mêmes et expriment la richesse étonnante des Arts de la Côte d’Ivoire, qui dépasse ses frontières, mais trouve là un lieu d’expression exceptionnel. Le raffinement des orfèvres akan a déposé son empreinte sur la sculpture en bois et lui a donné un raffinement inégalé. Ce livre présente un parcours initiatique, récapitulant les grands moments culturels de la Côte d’Ivoire et facilitant la compréhension d’un monde culturel si multiple : cadre géographique, population, présentation des données historiques (cartes, migrations), les signes sculptés les plus significatifs des cultures respectives, situés dans une perspective esthétique de l’histoire de l’art et les techniques utilisées (sculpture, orfèvrerie, peinture, poids à peser l’or, tissage.). Plus de deux cent cinquante objets sont présentés en privilégiant les oeuvres majeures de la grande sculpture en bois, l’orfèvrerie akan et ses terres cuites. Les conclusions soulignent le riche patrimoine de la Côte d’Ivoire qui se crée de nos jours et combien unité et diversité se conjuguent sur le plan culturel et national.

François Neyt

Fonds Mercator,  Décembre 2014