La Tentation de St-Antoine vue par Jérôme Bosch

fête des saints - clerlande - jérôme bosch

 

Tentation de St Antoine- Jérôme Bosch
Triptyque de « la Tentation de St Antoine » de Jérôme Bosch, 1506: volet central 131,5 x 119 cm; panneaux latéraux (gauche et droit), 131,5 x 53 cm. Ce triptyque est conservé au Museu Nacional de Arte Antiga à Lisbonne (Portugal).
Au sujet de St-Antoine ( +356,  Fête le 17 janvier)

C‘était un jeune homme riche, propriétaire terrien en Haute-Égypte. Mais la question de son salut le tourmentait. Préoccupé par ce qu’il avait lu dans les Actes des Apôtres qui décrivent la première communauté chrétienne où tout était en commun, il entre dans une église. Et c’est là qu’il entend l’Évangile du jeune homme riche. Il est saisi par la coïncidence: ce texte s’adresse à lui, pense-t-il, et aujourd’hui même. Il distribue sa fortune aux plus pauvres et se retire quelque temps après dans le désert de Nitrie, habitant un fort militaire abandonné.
Là, pendant plus de vingt ans, il subira les attaques du démon qui prend l’apparence de bêtes féroces ou sensuelles. Ce sont les célèbres tentations de saint Antoine. (source)

Lire la suite

Le Baptême du Christ vu par Le Tintoret

L a seconde moitié du XVIe siècle a été à Venise une grande époque de rivalités artistiques entre le grand et « sublime » Titien dont la domination reste incontestée, le « ténébreux » Tintoret et le « brillant » Véronèse, sans oublier le jeune et talentueux Jaccopo Bassano. Dans différents domaines, se multiplient portraits, commandes religieuses et compositions mythologiques.

Lire la suite

La Transfiguration

La Transfiguration, Raphaël, 1518-1520

La Transfiguration est le dernier tableau peint par Raphaël, commencé en 1518, inachevé de sa main en 1520, date de sa mort. Il est conservé dans la Pinacothèque du Vatican.

Éléments historiques

La Transfiguration a été commandée à Raphaël par le cardinal Jules de Médicis (futur Clément VII). Il commanda en même temps une deuxième œuvre intitulée La résurrection de Lazare à Sebastiano del Piombo. Les deux tableaux d’autel étaient destinés à sa résidence épiscopale de Narbonne, dont il était l‘archevêque depuis 1515. Raphaël mourut d’un accès de fièvre en avril 1520. Mais il n’a pas le temps d‘achever le tableau. C‘est donc son atelier (probablement Giulio Romano) qui s‘en chargea. Le cardinal Jules de Médicis fit finalement don du tableau à l’église San Pietro in Montorio de Rome où il resta exposé de 1523 à 1797. Le Pape Pie VI fut contraint de le céder à la France en 1797 par le traité de Tolentino (le traité autorisait les commissaires français à prélever cent œuvres parmi les collections pontificales). Il rejoignit alors le Museum Central des Arts, l’actuel Musée du Louvre, puis fut restitué au Pape Pie VII à la chute de l’Empire. En 1817, il entra à la Pinacothèque du Vatican.

wikipedia

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer