Bruno Cazin : « Ceci est mon sang » Le jeudi 13 avril 2017

Jeudi Saint à Clerlande

Conférence du P. Bruno Cazin
Vicaire général du diocèse de Lille
et médecin hématologue

 

Bruno Cazin est médecin, hématologue clinicien et prêtre. Depuis trente ans sa rencontre avec la maladie et la douleur trace un chemin unique d’approche du mystère chrétien. À quelques heures des célébrations de la Passion et de la Résurrection du Christ, son témoignage nous introduit à un peu plus d’humanité, de vie et d’espérance.

PAF 5 €

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le sacrement du moment présent (Texte intégral)

Le texte in extenso de la dernière conférence du fr. Bernard à Clerlande, en date du mercredi 22 mars 2017.

Le sacrement du moment présent

J’emprunte ce titre à Jean-Pierre de Caussade, jésuite du XVIIIème siècle à qui a été attribué le traité de « L’abandon à la Providence divine ». Évoquant les spirituels des premiers âges, il écrivait : « On y savait seulement que chaque moment amène un devoir qu’il faut remplir avec fidélité ; c’en était assez pour les spirituels d’alors : toute leur attention s’y concentrait successivement, semblable à l’aiguille qui marque les heures et qui répond à chaque minute à l’espace qu’elle doit parcourir ; leur esprit, mû sans cesse par l’impulsion divine, se trouvait insensiblement tourné vers le nouvel objet qui s’offrait à eux, selon Dieu, à chaque heure du jour. »

La manne était donnée aux hébreux dans le désert pour le jour même, on ne pouvait pas la garder en provision. Elle demandait la confiance

Il écrivait aussi : « La volonté de Dieu se présente à chaque instant comme une mer immense que notre cœur ne peut épuiser. » C’est là que se joue notre fidélité à Dieu autant qu’à nous-mêmes. Je l’ai ainsi déjà écrit : « Je me déleste du passé, je laisse l’avenir à ses imprévus, et je m’adonne à la tâche requise. Je contemple aussi la course des nuages, les arbres familiers, et j’accueille ceux qui surviennent. Autant de mannes qui me nourrissent quotidiennement. La manne était donnée aux hébreux dans le désert pour le jour même, on ne pouvait pas la garder en provision. Elle demandait la confiance. » On dit si facilement que le carême est une marche vers Pâques ; je vous invite à ne pas marcher trop vite, à donner son temps au présent. Lire la suite