LE CÈDRE DU LIBAN

11è dimanche du temps ordinaire (B)

LE CÈDRE DU LIBAN

Homélie du dimanche 17 juin 2018

Introduction

Cette semaine, lors de l’assemblée générale des supérieurs majeurs, à Bois-Seigneur-Isaac, j’ai reçu en cadeau un cèdre du Liban. C’est une graine bien fragile, plantée depuis 3 mois, protégée dans un pot à l’abri de la pluie, ressemblant à une allumette. Elle provient du mont Liban, le Chouf, et soignée avec patience, elle peut devenir un grand arbre se déployant durant deux mille ans. Le cèdre a orné le Saint des Saint dans le Temple de Jérusalem et est cité une centaine de fois dans la Bible.

Dans l’évangile de ce jour, il s’agit du grain de moutarde qui devient un arbre florissant. C’est l’image de Jésus-Christ qui annonce le Royaume des cieux ; c’est aussi, chacun de nous si nous sommes habités par l’Esprit de Dieu et si notre vie est animée par une prière filiale en Jésus.

Dans la prière de notre assemblée ce dimanche, portons avec nos intentions, joyeuses ou tristes, ce bateau, l’Aquarius, qui navigue avec des réfugiés, symbole des limites humaines dans l’accueil de l’autre. Tournons-nous vers la source de vie, Jésus qui transforme lentement notre vision du monde, fait naître son Royaume parmi nous, nous met à l’école de son humilité, de sa patience et de sa miséricorde.