Archives par mot-clé : Pierre de Béthune

Pourquoi Jésus nous envoie

15ème dimanche B (2018)
Homélie du 15 juillet 2018

Pourquoi Jésus nous envoie

En suivant la lecture de l’évangile de Marc, nous arrivons aujourd’hui à ce qu’on appelle l’envoi en mission. Les trois évangiles synoptiques nous rapportent ces paroles de Jésus à ses disciples qu’il envoie pour annoncer à leur tour la Bonne Nouvelle. Il appelle les douze ; ailleurs il en envoie soixante-douze, finalement il envoie tous ses disciples : nous sommes tous envoyés.

Qu’est-ce qui nous étonne ?

Homélie du 14è dimanche T.O (B)
8 juillet 2018

Qu’est-ce qui nous étonne ?
(Mc 6, 1-6)

L’évangile d’aujourd’hui raconte un épisode anecdotique : contrairement aux autres textes évangéliques, il n’y a pas de miracles merveilleux que nous pourrions admirer, ni d’enseignement nouveau et frappant que nous devrions méditer et mettre en œuvre, – du moins à première vue. Pourquoi alors les évangiles Mathieu, Marc et Luc l’ont-ils retenu ?

C’est qu’en réalité, en le méditant plus intensément, on découvre, non pas un enseignement particulier, mais l’évocation d’un aspect important de la vie de Jésus parmi nous. L’évangéliste Jean l’exprime en quelques mots : « Il est venu parmi les siens, et les siens ne l’ont pas reçu ».

Qui est ma mère ? Qui sont mes frères ?

10ème dimanche B (2018)

Qui est ma mère ? Qui sont mes frères ?

(Mc 3, 20-35)

En suivant l’évangile selon saint Marc, nous sommes arrivés à un chapitre assez complexe. Il y est question des rapports de Jésus avec sa famille et aussi de sa controverse avec des scribes au sujet de l’origine de son autorité.

Je ne vais pas essayer de vous expliquer ce qu’est ce fameux ‘péché contre l’Esprit’ qui n’obtient jamais de pardon. On en a donné toutes sortes d’explications ; je ne suis pas capable d’encore en ajouter une.

Mais j’ai réfléchi pour vous sur les rapports assez étonnants de Jésus avec sa famille. On l’a entendu : la famille, quant à elle, affirme « qu’il a perdu la tête ». Mais lui, au lieu de se justifier, aggrave encore son cas en ignorant, apparemment, tout lien qu’il pourrait avoir avec sa famille humaine.