VIVRE ET MOURIR POUR CEUX QUON AIME

Vivre et Mourir Pour Ceux Qu’on Aime

6ème dimanche de Pâques B

Dimanche 9 mai 2021

Ac 10, Jn 15

Les lec­tures de ce dimanche sont assez dis­pa­rates. Il ne semble pas facile de les mettre ensemble. Et pour­tant, en les médi­tant plus atten­ti­ve­ment, nous ver­rons qu’elles sont com­plé­men­taires. Il ne faut sur­tout pas les sépa­rer, parce que le mes­sage qu’elles nous trans­mettent pour aujourd’­hui est à la join­ture des trois.

Le dis­cours de Jésus après le lave­ment des pieds, dans l’évangile selon saint Jean, que nous lisons pen­dant tout ce temps pas­cal, est par­mi les plus beaux textes de toute notre tra­di­tion, et même de toutes les tra­di­tions reli­gieuses : « Je ne vous appelle plus ser­vi­teurs, je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai enten­du de mon Père, je vous l’ai fait connaître… » Au cœur de la Révélation, il y a pour nous cette assu­rance que, grâce au Seigneur Jésus, notre rela­tion à Dieu est appe­lée à deve­nir la plus intime et la plus féconde. Notre prière, toute notre vie, est constam­ment nour­rie par cette cer­ti­tude bien­heu­reuse. Et la pre­mière lettre de saint Jean ren­force encore l’évangile en affir­mant que « celui qui aime est né de Dieu ».

Lire la suite

5ème dimanche du temps pascal

5ème dimanche du temps pascal 

Dimanche 2 mai 2021

vidéo de l’of­fice ici

En pen­sant à vous je me suis posé la ques­tion : de quoi avons-nous besoin aujourd’hui ? Aujourd’hui où toutes les ques­tions d’actualité sont dif­fu­sées et minute après minute ? où l’on se pré­oc­cupe non seule­ment de ses proches, de son vil­lage, de sa ville, mais de la pan­dé­mie qui fait des ravages en Inde et au Brésil, d’un canot de migrants per­du corps et biens en Méditerranée, sans oublier le muguet du pre­mier mai, fidèle au rendez-vous, des exploits des cos­mo­nautes qui se pro­mènent au-dessus de nos têtes en atten­dant d’atteindre la pla­nète Mars, sans oublier non plus les joies intimes de la nais­sance d’un premier-né, de la patience cou­ra­geuse d’un aïeul ou au contraire du désar­roi créé par les mésen­tentes, de la frus­tra­tion des talents inem­ployés et des besoins spi­ri­tuels dont on ne parle guère au grand dam des croyants qui se sentent mino­ri­sés. Au milieu de tout cela, voi­ci une heure mise à part où, tous smart­phones éteints, nous nous met­tons à l’écoute de la Parole de Dieu, et de la pluie de paroles tom­bées sur nous, nous pou­vons recueillir quelques gouttes.

Lire la suite

UN MONASTÈRE BÉNÉDICTIN A PROXIMITÉ DE LOUVAIN-LA-NEUVE ET D'OTTIGNIES