C’est l’accueil qui purifie

14 FÉVRIER 2021
6ème Semaine du Temps Ordinaire Année B

Nous sommes tou­jours à ce pre­mier cha­pitre de l’évangile de Marc qui décrit avec pré­ci­sion la façon de faire de Jésus. Nous sommes sur­tout frap­pés par le rythme hale­tant de sa démarche et par la mul­ti­pli­ci­té de ses ren­contres. Le pas­sage enten­du aujourd’hui ajoute une pré­ci­sion impor­tante, et je dirais même déci­sive : Jésus ren­contre un lépreux et il le touche. Au pre­mier abord cela pour­rait sem­bler un détail. Mais vous ver­rez que ce tou­cher est ici très signi­fi­ca­tif et même très impor­tant. Je veux donc médi­ter sur cette façon de faire si par­ti­cu­lière de Jésus.
Bien sûr, ce que je vais racon­ter ici est tout à fait dépla­cé, hors sai­son, puisqu’il n’est ques­tion, en ces jours de pan­dé­mie, que d’éviter au maxi­mum tout contact direct, de veiller soi­gneu­se­ment à gar­der la dis­tan­cia­tion sociale, et sur­tout de ne pas se tou­cher. Mais voi­là, je ne veux pas man­quer de vous par­ler de l’évangile de ce dimanche qui décrit si bien com­ment et pour­quoi Jésus est venu par­mi nous.

Lire la suite

Guérisons multiples à Capharnaüm

Homélie du 5e Dimanche ordinaire B

Guérisons mul­tiples à Capharnaüm

« Si j’annonce l’évangile, je n’ai pas à en tirer orgueil, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonce pas l’évangile ».

Cette der­nière affir­ma­tion qua­si pro­ver­biale de saint Paul pour­rait et devrait être la devise de tous ceux qui sont un peu conscients de leur iden­ti­té chré­tienne. Le vrai dis­ciple du Christ, celui qui est digne de por­ter le nom de chré­tien c’est celui qui essaye par tous les moyens qui lui sont pos­sibles d’annoncer autour de lui la bonne nou­velle du salut. Il doit évi­dem­ment être convain­cu qu’il a une bonne nou­velle à com­mu­ni­quer. Saint Paul, lui, en était abso­lu­ment convain­cu : « libre à l’égard de tous, je me suis fait le ser­vi­teur de tous afin d’en gagner le plus grand nombre pos­sible ». Dans l’évangile selon saint Marc que nous avons enten­du aujourd’hui, nous trou­vons la même convic­tion qui anime Jésus et dont saint Paul est imbi­bé, impré­gné au plus pro­fond de lui-même : nous y voyons Jésus par­cou­rir villes et vil­lages en train de gué­rir tous ceux qu’on lui pré­sente, tous les malades atteints de toute sorte de mala­dies phy­siques et psy­chiques, aus­si bien que la belle-mère de Pierre atteinte de fièvre.

Lire la suite

UN MONASTÈRE BÉNÉDICTIN A PROXIMITÉ DE LOUVAIN-LA-NEUVE ET D'OTTIGNIES