27ème dimanche du temps ordinaire

Marc, 10, 2–16 : 27ème dimanche du temps ordinaire

Introduction

Ce dimanche s’ouvre à Rome le synode sur « la voca­tion et la mis­sion de la famille dans l’Eglise et dans le monde contem­po­rain ». C’est aus­si la fête de saint François, fête du Pape et de tous ceux qui portent le nom du pove­rel­lo d’Assise.
Nous ne sommes pas venus dans cette cha­pelle pour entrer dans les enjeux et les débats du synode, mais pour regar­der nos vies per­son­nelles, prier et sou­te­nir ceux et celles qui souffrent de la situa­tion pré­sente. C’est un temps pour défaire les nœuds concer­nant les divor­cés rema­riés et la morale sexuelle. C’est le temps de sor­tir des caté­go­ries du défen­du et du per­mis. C’est le temps de trou­ver un autre lan­gage, d’associer les peuple de Dieu aux réflexions des évêques.
Au début de cette célé­bra­tion, prions pour mieux rejoindre nos familles dans le concret de leur exis­tence. N’oublions pas non plus les émi­grés dont les familles sont divi­sées d’une autre manière, des familles pauvres dans la rue, des vio­lences qui se mul­ti­plient dans cer­taines régions du globe.
Qu’une misé­ri­corde évan­gé­lique nous habite et nous trans­forme en nous tour­nant vers Celui qui est doux et humble de cœur.

Homélie (Marc, 10, 2–16)

Qui veut mettre Jésus à l’épreuve doit savoir qu’il ne s’écartera pas de la mis­sion que lui est confiée son Père. Interpellé par des pha­ri­siens, Jésus ren­voie ces contra­dic­teurs au deuxième récit de la Genèse. Dans le pre­mier, Dieu crée Adam. Adam, c’est en hébreu le ter­rien, l’humain, mâle et femelle à la fois. L’humain est là, seul dans le para­dis, et Dieu trouve qu’il n’est pas bon que l’humain soit seul. Mais dans toute la créa­tion, vous l’avez enten­du, ce der­nier ne trouve aucune aide qui lui cor­res­ponde.
Aussi, dans le deuxième récit, repris par Jésus, Dieu fait tom­ber une tor­peur sur l’humain. Le mot grec est exs­ta­sis, Extase ou tor­peur, il dort. L’Adam, l’humain, cherche l’autre, l’être qui parle. L’autre qu’il désire n’est pas là. Il ne le trouve pas dans les autres créa­tures ani­males. Il cherche au plus pro­fond de son être, dans son âme, à la nais­sance même de son désir, en son pro­fond som­meil. Ce che­min vers ce qu’il désire et qui n’est pas encore, écrit Marie Balmarie, c’est cette tor­peur, cette extase.
Dieu prend une côte d’Adam et sous elle referme la chair. Il façonne une femme (Gen. 2.22) et l’amène à Adam qui s’écrie : « Pour le coup, c’est l’os de mes os et la chair de ma chair ! Celle–ci sera appe­lée femme, car elle fut tirée de l’homme, celle‐ci ». Trois mots‐clés en hébreux pour com­prendre ce récit : Adam, qui vient d’Adamah, la terre, la pous­sière : c’est l’humain ; Isha, la femme ; Ish l’homme.
Dans la Bible, c’est le mot femme, isha, qui sur­git le pre­mier. Elle est créée à par­tir de l’humain qui désire l’autre dans son som­meil le plus pro­fond. Ce n’est pas du men­tal de l’homme que la femme est tirée, mais de son côté. Lieu du cœur, lieu du manque quand on aime, ce vide dans la poi­trine. C’est alors que l’homme parle : « cette fois‐ci, celle‐ci est l’os de mes os ; la chair de ma chair ». Elle est tirée de sa propre sub­stance. Elle est née d’un désir plus pro­fond que celui de la sexua­li­té.
Elle n’est pas son double, sa pro­prié­té, mais l’Autre : pos­si­bi­li­té d’être soi, pos­si­bi­li­té d’accueillir l’autre. Deux en une seule chair ; le res­pect dans la dif­fé­rence. Dans cette matu­ra­tion de l’homme et de la femme, cette créa­tion au sein de l’Eden, du Paradis, il y a un inter­dit (celui de se mettre au centre du cercle). En fait, il s’agit moins d’un inter­dit que la source du bon­heur pour que cha­cun croisse dans le dia­logue, la com­mu­nion, ce désir. C’est le grand voyage de la vie vers soi, vers l’autre, vers le bon­heur.
Confronté au léga­lisme des pha­ri­siens, Jésus énonce le com­man­de­ment de Dieu selon lequel l’homme ne doit pas défaire ce que Dieu a uni. Comparée à l’histoire des reli­gions, la mono­ga­mie se pré­sente comme une spé­ci­fi­ci­té chris­tique. C’est un mar­queur iden­ti­taire des pre­miers chré­tiens et les trois évan­giles en parlent : deux fois chez Marc et Matthieu, une fois chez St Luc. En outre, St Paul com­pare le mariage à une alliance entre Dieu et son Eglise. L’orientation de Jésus est claire : le mariage, fon­dé sur une volon­té créa­trice de Dieu devient chez Jésus « pour le meilleur et le pire » un che­min de conver­sion, un guide condui­sant au royaume de la liber­té, pro­fon­dé­ment enra­ci­né dans la Genèse.
Jésus ravive le sérieux, la gra­vi­tas du lien conju­gal qui tend de nos jours à être si for­te­ment contes­té par nos mœurs. Jésus sou­ligne qu’il en va de l’humanité créée à l’image de Dieu.
​Baptisés dans la mort et la résur­rec­tion du Christ, nous sommes appe­lés à notre tour, à gran­dir dans la voca­tion qui est la nôtre. Le mariage reçu comme une voca­tion est un lieu de trans­for­ma­tion, de sain­te­té quo­ti­dienne fon­dé sur le bap­tême. Et tout au long de l’histoire, l’Eglise catho­lique a défen­du le prin­cipe de l’indissolubilité sou­vent démen­tie par la pra­tique des mœurs.
​Jésus ne se situe pas sur un plan léga­liste. Il parle autre­ment : dans une visée de l’humain selon le pro­jet de Dieu, dans une nou­velle pers­pec­tive anthro­po­lo­gique. Or pré­ci­sé­ment, nous vivons de nos jours un ébran­le­ment anthro­po­lo­gique, un pro­ces­sus qui bou­le­verse les ins­ti­tu­tions et les per­sonnes.
Le mys­tère pas­cal, de mort et de résur­rec­tion ne devrait pas appa­raître comme un échec dans le monde contem­po­rain là où des couples chré­tiens font l’expérience de la déchi­rure et trouvent dans une nou­velle union cet amour indé­fec­tible et authen­tique. L’être humain dans sa liber­té cap­tive, résiste à un enga­ge­ment pour toute une vie qui ne cesse de s’allonger et sou­vent oppose à la fidé­li­té pour la vie, l’idéal de fidé­li­tés suc­ces­sives.
Des voix se mul­ti­plient dans l’Eglise catho­lique en faveur de cette recon­nais­sance. Deux clés évan­gé­liques nous sont offertes : le bap­tême lié à la mort et à la résur­rec­tion du Christ mais aus­si, le par­don, la jus­tice et la com­pas­sion.
Le Pape François invite l’Eglise à revi­si­ter, à redé­cou­vrir la réa­li­té inson­dable de la misé­ri­corde. C’est le che­min d’une fidé­li­té vraie à l’Evangile. Que l’Eglise montre le che­min d’une ima­gi­na­tion évan­gé­lique. Laissons Dieu être Dieu et recon­nais­sons nos pauvres limites humaines face à l’amour de Jésus Christ qui est venu allu­mer un feu sur terre et comme il vou­drait qu’il brûle.
Ce feu, ali­men­té par l’écoute docile de l’Esprit Saint conduit cha­cun et cha­cune d’entre nous à ce mys­tère de mort et de résur­rec­tion pour abou­tir à la cha­ri­té, l’agapè, l’amour qui sur­passe tout. Dès notre bap­tême jusqu’à notre mort, nous sommes sur ce che­min d’amour qu’il faut tou­jours décou­vrir et chaque eucha­ris­tie est notre nour­ri­ture pour suivre Celui qui nous montre le che­min par sa parole et ses actes et qui offre à son Père notre amour et nos limites per­son­nelles.

P. Martin

illus­tra­tion : La créa­tion dEve, Michel-Ange 1509‐10. Fresque, 170 x260 cm. Vatican, Chapelle Sixtine

Billets apparentés

Effata. 23è dimanche T.O. (B) Homélie du dimanche 09 sep­tembre 2018 Effata. 23è dimanche T.O. (B) Introduction Mes sœurs, mes frères, aujourd’hui le Seigneur vient poser son do…
Le pain de la Vie. Dimanche 5 aout 2018 ​18è dimanche du temps ordi­naire Le pain de la Vie Introduction Reçois ce que tu es. Deviens ce que tu reçois Frères et sœurs, cette semaine nou…
Fête de la saint‐Benoît Mercredi 11 juillet 2018 Fête de la saint‐Benoît Introduction Mes sœurs, mes frères, amis de Clerlande, Nous voi­ci heu­reux en ce jour lumi­neux d…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.