Le Livre et l’enfant

Le Livre et l’enfant

Introduction à l’of­fice de la nuit de Noël

Le Livre est là : la Bible en tous ses livres ouverte d’abord devant nous, parce qu’elle raconte la longue his­toire de l’incarnation de la Parole. Car le Verbe s’est fait chair tout au long de ces pages, la Parole s’est incar­née len­te­ment bien avant la venue du Fils de Dieu en notre chair : les scribes, les sages et les pro­phètes d’Israël ont cher­ché Dieu dans leur huma­ni­té, dans les flux et les reflux de leur his­toire, et Dieu s’est dit lui-même dans leurs paroles. L’Ineffable s’est lais­sé racon­ter dans des récits, des oracles et des poèmes. Israël est le peuple où la Parole a pris chair. Et notre foi est rame­née à ce livre ouvert jour après jour pour trou­ver Dieu à notre tour dans notre chair et notre his­toire.

Alors, le petit enfant juif de Bethléem est né comme le fruit si lon­gue­ment mûri en Israël. En lui les Écritures s’accomplissent. Dieu obs­ti­né­ment cher­ché dans une his­toire deve­nue sainte, Dieu qui par­lait par les pro­phètes, Dieu a tout dit par son Fils pre­nant chair de notre chair, nais­sant comme petit d’homme fré­mis­sant et dési­rant, confié à la dou­ceur pro­tec­trice de ses parents. La Parole de Dieu vient au monde dans un vagis­se­ment. Et le ciel visite un minus­cule coin de terre : le pacage de quelques ber­gers aux yeux clairs. Le Tout-Puissant se love au creux du monde comme un tout petit par­mi de petites gens.

Il vient encore au plus ingé­nu de nous-mêmes quand nous ouvrons le Livre pour nous émer­veiller et quand nous ché­ris­sons la beau­té de notre chair.

fr Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.