4e dimanche de carême, 6 mars 2016

Prière universelle du 6 mars 2016

4e Dimanche de Carême

  1. Il y a ceux qui partent,
    sans don­ner ni expli­ca­tion ni excuses.
    Parfois pour secouer le joug de la vie quotidienne,
    par­fois en rêvant d’un bon­heur à‑portée-de-main,
    ou encore, pour cacher leur suicide.

Quand ils reviennent, que trouveront-ils :
une porte fer­mée ou des reproches violents ?
une ran­cune tenace ?
ou alors ?
. Dieu notre Père,
donne-nous de par­don­ner comme tu pardonnes.

DIEU EST AMOUR, DIEU EST LUMIERE, DIEU NOTRE PÈRE !

  1. Il y a ceux qui se séparent,
    par consen­te­ment mutuel, ou par déci­sion de l’un des deux.
    Parfois le temps a usé le pre­mier amour,
    par des soup­çons inavoués,
    par la répé­ti­tion de gestes sans tendresse,
    ou par l’insupportable secret du mys­tère de l’autre.
    S’il leur arrive de sou­hai­ter habi­ter à nou­veau la mai­son commune,
    com­ment trouveront-ils la pureté
    d’un tout nou­veau commencement,
    com­ment s’offriront-ils les chances
    d’une espé­rance aus­si fraîche que l’aurore ?
    . Dieu notre Père,
    ne cesse pas d’inspirer ces miracles de ta miséricorde.
  1. Il y a, à l’échelle mondiale,
    des peuples et nations, des groupes ethniques,
    des reli­gions, des pou­voirs idéologiques,
    qui n’en finissent pas
    de régler leurs comptes
    avec des exploi­ta­tions et des humi­lia­tions du passé.
    . Dieu, Père de tous les hommes,
    pour déli­vrer tes enfants du Mal, de la haine et de la mort,
    tu offres au monde le sacri­fice de ton Fils,
    le Réconciliateur du ciel et de la terre.
    fais lever, de toute urgence, des acteurs de ta miséricorde.
  1. Et si, ce matin, Dieu notre Père, nous sommes entrés
    dans la salle de la fête eucharistique,
    et jouis­sons gra­tui­te­ment de ton par­don sans condition,
    élar­gis notre cœur en
    toute bon­té sans frontières,
    toute dou­ceur sans aucune ombre,
    tout res­pect sans arrière-pensée,
    toute paix sans autre force que tes larmes de joie,
    pour accueillir nos frères et sœurs en humanité,
    tes enfants reve­nus à la Maison.


fr. Dieudonné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.