Ouverture 2016 2017

OUVERTURE DE L’ANNEE 2016–2017. Présentation du prieur

Dimanche 9 octobre 2016

Ouverture de l’année 2016–2017

L e lieu de Clerlande, son site et sa nature, sa cha­pelle et ses bâti­ments, la spi­ri­tua­li­té qui en res­sort, en font un patri­moine dont les moines sont les témoins pri­vi­lé­giés. C’est un tré­sor qui nous concerne tous et nous en sommes les gar­diens à titres divers.

Au début de cette année nou­velle, nous repre­nons conscience du patri­moine monas­tique et spi­ri­tuel, mys­tique et théo­lo­gique, dans lequel Clerlande s’inscrit et qu’il a le devoir de par­ta­ger hum­ble­ment. Cette recherche en 2016 se veut une ouver­ture. Elle ne se situe pas dans une pers­pec­tive archéo­lo­gique et répé­ti­tive, mais dans une volon­té de s’ouvrir à des pers­pec­tives nou­velles, espérons‐le, sal­va­trices. Il y a lieu de ras­sem­bler nos forces, de fédé­rer nos bonnes volon­tés, tout en res­pec­tant la vie des moines et la grande diver­si­té des hôtes qui nous fré­quentent.

  1. Clerlande est un lieu d’accueil, de prière, de recueillement

chevreuil_soir_tombantLa beau­té du site, le silence des bois, le recueille­ment de la cha­pelle nous invitent à l’adoration, à l’action de grâce, à l’intercession pour l’humanité. Cette prière s’exprime dans les Laudes de chaque matin et dans les Vêpres du soir. Ces chants de louange et d’intercession sont habi­tés par l’émerveillement et la paix. Ce ne sont pas des émo­tions pas­sa­gères. Elles peuvent trou­ver en nous les voies d’intériorisation et d’unification que beau­coup viennent cher­cher à Clerlande.

  1. Clerlande est un lieu de ressourcement et d’échanges sans cesse à réinventer

2k3a5283Le Pape François rap­pelle que le Dialogue Interreligieux repose sur l’accueil mutuel qui s’accompagne de la prière. Tant de groupes viennent chez nous pour se res­sour­cer, par­ta­ger leurs expé­riences de vie, les éclai­rer par des échanges mutuels. Souvent cha­cun de nous est comme une demeure sombre qui s’ouvre par ses sens, la vue, le silence, la parole, le tou­cher, la nour­ri­ture par­ta­gée. Ce sont autant d’ouverture vers l’autre. La lumière qui pénètre en nous est celle de la Croix glo­rieuse du Christ, si rayon­nante dans notre Chapelle, illu­mi­nant nos vies et l’éclairant d’un éclat incom­pa­rable.

  1. La liturgie dominicale et le temps liturgique

Sur le mur? Clerlande, un dimanche après l'eucharistieL’eucharistie et nos offices de prière sont l’œuvre quo­ti­dienne des moines. La célé­bra­tion domi­ni­cale nous appar­tient à tous et est source de joie com­mune dans le Christ res­sus­ci­té. J’aime rap­pe­ler que nous avons eu à Clerlande des gar­de­ries pour les tout‐petits, des litur­gies pour les enfants, des pré­pa­ra­tions à la confir­ma­tion et à la pro­fes­sion de foi. Clerlande retrouve par­fois ces jeunes qui ont été bap­ti­sés, qui ont fait leur pre­mière com­mu­nion et leur confir­ma­tion à Clerlande. Le res­pect des paroisses, l’âge des moines et celui des familles ont évo­lué. Nos célé­bra­tions domi­ni­cales res­sourcent cha­cun à sa mesure. Les Offices de la Semaine sainte attirent une assem­blée plus nom­breuse encore. Cependant, nous avons besoin de nous renou­ve­ler, d’être sou­te­nus par les membres de la cho­rale, par des musi­ciens, de décou­vrir d’autres musiques et d’autres expres­sions litur­giques.

  1. Hôtellerie

Comme dans tout monas­tère béné­dic­tin, l’accueil des hôtes, reçus comme le Christ expli­cite la Règle béné­dic­tine, occupe une place impor­tante. L’agenda du P. Grégoire est par­ta­gé avec les membres de la com­mu­nau­té chaque dimanche soir dans une réunion de com­mu­nau­té. Il révèle le nombre impres­sion­nants de groupes qui passent à Clerlande. Je me risque seule­ment à pré­ci­ser quelques orien­ta­tions qui s’y mani­festent.

  • Des groupes reliés au monas­tère, par­ta­geant un ensei­gne­ment et une for­ma­tion mutuelle à tra­vers un livre, une lec­ture biblique, un par­tage de vie. Le groupe ras­sem­blé par Jean Hallet existe depuis 1972 et consti­tue le groupe le plus ancien, réflé­chis­sant sur la socié­té, l’Eglise, atten­tifs aux liens avec le monas­tère. Plusieurs frères sont reliés à des groupes de for­ma­tion sur un plan ecclé­sial (groupes de foyers, de retraite, de caté­chèse), sur un plan œcu­mé­nique, de dia­logue inter­re­li­gieux, sur un plan social (test‐achat) etc…
  • Des per­sonnes sou­tiennent direc­te­ment les acti­vi­tés du monas­tère. La cho­rale de Clerlande, liée à l’eucharistie domi­ni­cale et aux grandes fêtes litur­giques. Des per­sonnes liées direc­te­ment à l’accueil et à la vie du monas­tère : des pro­fes­seurs venant avec leurs classes, des retraites de fin d’année, des per­sonnes assi­dues à nos offices…Des béné­voles sou­te­nant le maga­sin, la librai­rie, le soin des frères malades. Un groupe pré­cieux autour de leur pré­sident Thierry Donck forme l’asbl Alliance pour un Développement Durable (ADD) gérant les pro­jets de notre fon­da­tion de Mambré à Kinshasa. Enfin, cer­tains prennent en main les « Ateliers de Clerlande » et les concerts qui s’y donnent.
  • Discernement et accom­pa­gne­ment spi­ri­tuel. Plusieurs groupes veulent se réunir à Clerlande pour dis­cer­ner com­ment agir en chré­tien dans la socié­té d’aujourd’hui : bioé­thique, han­di­caps (Centre W. Lennox), soi­gner autre­ment, soins pal­lia­tifs (Pallium), l’éducation et l’enseignement. D’autres touchent la pleine conscience, le yoga, le Taïchi, le Zen, l’ostéopathie…

De ces groupes et de ces per­sonnes, plu­sieurs se contentent de trou­ver le site ins­pi­rant et pai­sible ; d’autres sont heu­reux d’échanger avec des moines ; d’autres encore, plus rares, viennent prier avec les moines et s’intéressent à la vie monas­tique.

  1. « La fraternité de Clerlande », un pas vers l’avant ?

Grâce à la venue du Père Raphaël qui a créé à Lille des fra­ter­ni­tés de laïcs nour­ris par l’exemple et les écrits de Madeleine Delbrêl enga­gée en tant que chré­tienne et mys­tique dans la vie sociale en France, Clerlande est entré en contact avec ce mou­ve­ment com­po­sé de tous âges, spé­cia­le­ment de jeunes couples insé­rés dans dif­fé­rents milieux sociaux. Un groupe s’est for­mé à Clerlande, ten­té de se ral­lier à ces « fra­ter­ni­tés du Parvis » en décou­vrant la spi­ri­tua­li­té de Madeleine Delbrêl.

Ce groupe « fra­ter­ni­té de Clerlande » s’est démar­qué des fra­ter­ni­tés du Parvis en met­tant l’accent sur « la spi­ri­tua­li­té de Clerlande ». Leur objec­tif : se nour­rir de la tra­di­tion béné­dic­tine, se mettre au ser­vice de la com­mu­nau­té pour deve­nir par­te­naire, réflé­chir à l’avenir de Clerlande. L’avenir mon­tre­ra si nous pou­vons reprendre des réflexions déjà émises par le P. Frédéric à l’origine d’un « vil­lage monas­tique ».

Proches de nous, les oblats du monas­tère consti­tuent en quelque sorte « le tiers ordre béné­dic­tin ». Ils sont peu nom­breux. Dans la vie quo­ti­dienne de Clerlande, un frère est oblat régu­lier, un autre oblat sécu­lier. Tous deux sont des frères d’un grand sou­tien. D’autres prient en com­mu­nion avec nous et se réunissent de temps à autre.

  1. Fédérer et respecter le chemin de chacun

Les groupes qui nous fré­quentent, avec leur approche propre du site, du silence, de leurs réflexions, de la litur­gie, de l’accueil, trouvent à Clerlande un espace de prise de dis­tance par rap­port au monde dans lequel nous vivons : appel à se repo­ser, à se libé­rer du stress, à dis­cer­ner, à conscien­ti­ser, à huma­ni­ser. Certains se relient à la source de vie à laquelle ils viennent s’abreuver.

Nous avons nos moyens de com­mu­ni­ca­tion : Clerlande‐Infos ; bul­le­tin annon­çant les ate­liers de Clerlande qui se déve­loppent au fil de l’année ; notre site‐internet. Nous avons l’objectif de deman­der sys­té­ma­ti­que­ment à nos hôtes s’ils dési­rent être infor­més de ce qui se déve­loppe à Clerlande, tant sur le plan de la spi­ri­tua­li­té que sur celui de nos acti­vi­tés. Des étu­diants viennent pré­pa­rer leurs exa­mens chez nous. Plusieurs sont deve­nus des fami­liers. Nous vou­lons les invi­ter à aller plus loin dans les liens qui sont les nôtres, dans un évè­ne­ment à vivre ensemble (un voyage, un week‐end de réflexion). Nous pen­sons à tous ceux et à toutes celles qui nous fré­quentent pour leur signa­ler une acti­vi­té ou un temps qui répond à leurs sou­haits.

Conclusion

Notre his­toire com­mu­nau­taire est insé­pa­rable de l’histoire de la spi­ri­tua­li­té monas­tique qui plonge ses racines dans l’Evangile et dans la vie des pre­mières com­mu­nau­tés chré­tiennes (Actes 2. 42–46). Ces com­mu­nau­tés habi­tées par le souffle de l’Esprit Saint (Pentecôte) ont vu naître le pre­mier mona­chisme des moines d’Egypte, leurs paroles de vie (Apophtegmes), une tra­di­tion qui s’est épa­nouie avec saint Benoît. Elle implique à tra­vers la dou­ceur, l’humilité, le res­pect de cha­cun de recon­naître le Christ dans l’Abbé, les frères, les malades, les hôtes. C’est un jeu de miroir au niveau de la foi, le Christ pré­sent en cha­cun, dans un res­pect de la dif­fé­rence de la voca­tion de cha­cun.

Avec le sou­tien de l’Esprit de Dieu, il nous est deman­dé en cette année 2016 de nous relier davan­tage à nos racines, non pas comme je le disais au début, dans un esprit archéo­lo­gique et répé­ti­tif, mais dans une pers­pec­tive nou­velle et créa­trice. Il nous est bon de res­ter fixé au tronc qui est le nôtre et en même temps de res­ter ouverts à ceux et celles qui veulent se gref­fer ou se rap­pro­cher de l’arbre, la tra­di­tion monas­tique.

Ce sont les frères et les fidèles de Clerlande qui font vivre aujourd’hui ce lieu béni de Dieu. Prenons conscience de cette vita­li­té si fra­gile qui repose entre les mains de Dieu. Ce patri­moine est aus­si le vôtre. Dans les échanges et les ser­vices qui vous seront à pré­sent pro­po­sés, sau­ve­gar­dons cet esprit de l’ora et labo­ra, dans la séré­ni­té et le recueille­ment qui nous sont offerts.

Les moines de Clerlande portent le tré­sor spi­ri­tuel qui leur est confié. Plus que jamais, la com­mu­nau­té, fra­gi­li­sée ces der­niers temps, a besoin de vous, du réseau que vous consti­tuez. En tant que prieur de la com­mu­nau­té je fais appel à votre sou­tien et déjà vous en remer­cie.

P. Martin Neyt, prieur de Clerlande.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.