Toussaint

Homélie de la Toussaint

Toussaint 2016

Je ne sais pas com­ment vous êtes, mais je sais que moi, je ne suis pas très à l’aise avec cette pro­ces­sion de 144.000 élus qu’on vient d’apercevoir dans le livre de l’Apocalypse.
Pas très à l’aise avec cette foule immense, en robes blanches et por­tant des palmes à la main… Pas très à l’aise avec « les vain­queurs entrés dans la lumière », les « élus dans la gloire », « écla­tant de puis­sance » comme on le chan­tait ce matin dans les antiennes des psaumes. Cela res­semble à ces grandes mani­fes­ta­tions que peuvent orga­ni­ser les par­tis poli­tiques, les syn­di­cats ou même l’Eglise à cer­taines heures. Où cha­cun est noyé dans la masse…

Non, je ne suis pas à l’aise avec tout cela. Oh bien sur, c’est un style, une façon de par­ler. Oh bien sur, ces images sont mar­quées par une époque. Mais bon, quand même, je ne suis pas à l’aise avec ces images là, d’une foule mar­chant au pas…

La sain­te­té, puisqu’il faut en par­ler aujourd’hui, me semble être plu­tôt de l’ordre d’un art plu­tôt que d’une conquête, d’un style de vie auquel cha­cun peut s’exercer bien hum­ble­ment, plu­tôt que d’une marche au pas…

J’ai envie ce matin de vous par­ler de la sain­te­té en terme de musique. Et même ce matin, de ne faire qu’une « demi homé­lie ». L’autre moi­tié, vous l’aurez same­di soir, lors du concert que nous orga­ni­sons ici et auquel vous serez sans doute. Il faut que vous y soyez. Ce matin, je parle. Et same­di soir, vous expérimenterez…

La pre­mière chose c’est que, avant le concert, il y a la musique. La musique pré­existe tou­jours au concert. Avant toute chose, avant même que nous exis­tions, avant même que nous le connais­sions, avant même que nous vivions de lui, il y a, comme une musique, l’amour du Père ; cette musique uni­ver­selle de l’amour dans laquelle nous sommes immer­gés depuis la fon­da­tion du monde…
Il faut ici entendre cette pre­mière lettre magni­fique de St Jean : “Voyez quel grand amour nous a don­né le Père. Dieu est lumière ; en lui il n’y a pas de ténèbres… Lui le pre­mier nous a aimés…”
Il faut d’abord entendre ça. Fermer les yeux et nous lais­ser sai­sir par cette réa­li­té pre­mière de la musique uni­ver­selle de l’amour… La sain­te­té com­mence par là. Par un enten­de­ment, au fond du fond de soi, de la musique uni­ver­selle de l’amour… Pas de sain­te­té pos­sible sans cela.

Une musique de l’amour qui est tou­jours contem­po­raine. Rien de tré­pas­sé chez Dieu. Rien de fini. Rien de conser­vé. Sa sym­pho­nie est pour tou­jours inache­vée. Rien de fixé défi­ni­ti­ve­ment, sauf la misé­ri­corde comme une basse conti­nue. L’amour dont nous aime le Père, cet amour mani­fes­té dans l’évangile en la per­sonne de Jésus, est tou­jours un amour vécu — et à vivre — au temps pré­sent, une ten­dresse pour l’homme à déployer au gré des cir­cons­tances de la vie et de nos vies.

Un amour invi­tant à des départs tou­jours nou­veaux, et pour des tra­ver­sées tou­jours nou­velles. Car Dieu connaît bien l’homme. Il est tou­jours recom­men­çant au cœur des humains. Amour tou­jours recom­men­cé. Toujours nou­veau et inédit. Une musique inédite qui se joue dans la diver­si­té de nos cultures, de nos fai­blesses, de nos grandeurs.
La sain­te­té à laquelle nous sommes appe­lés n’est pas de l’ordre de la recon­duc­tion, de la répé­ti­tion, ou de la ren­gaine. Il fau­drait vivre comme untel a vécu. Il fau­drait imi­ter, copier, décal­quer ; pla­gier ou repro­duire ce que d’autres ont vécu. Il fau­drait vivre en réfé­rence à un pas­sé, à des règles et des cou­tumes, alors qu’il s’agit bien de vivre ici et main­te­nant. Tout l’évangile et toute la vie de l’Eglise semble dire que la musique de Dieu est réso­lu­ment contem­po­raine et qu’il vaut le coup de la gou­ter comme telle.
Et de se lais­ser sur­prendre par des har­mo­niques que nous n’aurions même pas osé ima­gi­ner. Et par des dis­so­nances qui parlent bien de la vraie vie qui est – il faut bien le dire, tou­jours dissonante.

Samedi, vous écou­te­rez… Vous vous lais­se­rez sur­prendre… En vous lais­sant sur­prendre, en écou­tant ce beau concert, vous pen­se­rez à votre vie, à la musique uni­ver­selle de l’amour, tou­jours contem­po­raine, tou­jours sur­pre­nante, tou­jours déroutante.

Dieu le pre­mier nous a aimés.
Il y a la musique. Mais il y a aus­si les musi­ciens, les interprètes.

La sain­te­té, c’est de jouer tout sim­ple­ment, avec les pauvres ins­tru­ments que sont nos vies et nos talents, l’universelle musique de l’amour. L’apprentissage n’est pas simple… Permettez que je vous lise ce qu’écrivait Madeleine Delbrêl à ce sujet…

Notre grande dou­leur, c’est de vous aimer sans joie,
ô vous que nous « croyons » être notre allégresse,
c’est d’être cram­pon­nés sans aisance et sans grâce
à votre volon­té qui nous meut dans nos jours.
Notre grande dou­leur, ô Seigneur,
c’est d’entendre un artiste jouer la musique des hommes
en se lais­sant por­ter par elle sans fatigue,
en ren­con­trant à tra­vers l’acrobatie de l’harmonie
une vague d’amour qui n’a que taille d’homme.
C’est peut-être de lui qu’il nous fau­drait apprendre à jouer votre amour,
nous pour les­quels cet amour est trop grand, est trop lourd.
J’ai vu un homme qui jouait un chant tzi­gane sur un vio­lon de bois avec des mains de chair.
Dans le vio­lon se ren­con­traient son cœur et la musique.
Ceux qui l’écoutaient n’auraient jamais pu devi­ner que ce chant était difficile.
Que long­temps il avait fal­lu suivre des gammes, bri­ser ses doigts,
lais­ser les notes et les sons s’enfoncer dans les fibres de sa mémoire.
Son corps ne bou­geait presque pas, sinon les doigts, sinon les bras.
S’il avait long­temps tra­vaillé pour pos­sé­der la science de la musique,
c’est la musique qui main­te­nant le pos­sé­dait, qui l’animait,
qui pro­je­tait hors de lui-même comme un enchan­te­ment sonore.
Sous chaque note qu’il jouait on aurait pu retrou­ver une his­toire d’exercices, d’efforts, de lutte. Et chaque note s’enfuyait comme si son rôle était fini
quand elle avait tra­cé, par un son juste, exact, par­fait, le che­min d’une autre note parfaite.
Chaque note durait ce qu’il fallait.
Aucune ne par­tait trop vite.
Aucune ne s’attardait.
Elles ser­vaient un souffle imper­cep­tible et tout-puissant.
J’ai vu de mau­vais artistes contrac­tés sur des mor­ceaux trop difficiles.
Leur jeu mon­trait à tous la peine qu’ils prenaient.
On enten­dait mal la musique tant il fal­lait les regarder.

Notre grande dou­leur, c’est de jouer sans joie votre belle musique, Seigneur,
vous qui nous mou­vez de jour en jour.
C’est d’en être tou­jours au temps des exer­cices, au temps des efforts disgracieux.
C’est de pas­ser par­mi les hommes comme des gens char­gés, sérieux et malmenés.
C’est de ne pas étendre sur notre coin de monde
par­mi le tra­vail, la hâte et la fatigue, l’aisance de l’Eternité.

Allez, je vous pro­mets que same­di soir, en contem­plant nos amis musi­ciens jouer une musique contem­po­raine, vous com­pren­drez encore mieux que la sain­te­té, c’est de jouer avec aisance et grâce, et légè­re­té, l’universelle musique de l’amour…
Vous les regar­de­rez. Vous regar­de­rez leurs mains, elles par­le­ront de vos vies.
Vous regar­de­rez aus­si leurs regards qui se croisent, cela vous par­le­ra de l’Eglise.
Vous enten­drez même leurs silences. Vous les regar­de­rez se mou­voir avec légè­re­té, jouer cha­cun sa par­ti­tion en s’accordant à d’autres. Vous regar­de­rez leurs doigts, leur corps, leur art…
Et tout cela vau­dra bien mieux qu’une homé­lie sur la sainteté…

Raphaël Buyse

Le texte de Madeleine Delbrêl est tiré du tome 3 des œuvres com­plètes “Humour dans l’a­mour” page 50

Photograpie : ‘Généalogie’, Clerlande, 1 novembre.

Une réflexion sur « Homélie de la Toussaint »

  1. Merci ! Merci de tout coeur Raphaël Buyse pour cette para­bole de la musique de l’a­mour … oui une para­bole . Elle rejoint pour moi une intui­tion de jeu­nesse et vient l’é­clai­rer, lui don­ner une forme nou­velle ! Je chan­te­rai et joue­rai la musique désor­mais pour la faire vivre !

    Et je vou­drais par­ta­ger votre homé­lie sur le site du bégui­nage de ST Martin du Lac. Je l’en­voie à Thérèse ma mar­raine . ET si vous le vou­lez bien je par­ta­ge­rai aus­si sur face­book avec vos autres textes de votre site. C’est éton­nant comme votre parole vraie authen­tique et pleine d’hu­mour et de sagesse touchent un entou­rage non chré­tien ou même en rejet.
    Merci à vous. J’espère vous ren­con­trez un jour, au bégui­nage par exemple ? Ce serait une grande joie.
    Cécile LOPPINET Membre en Alliance du Béguinage.
    39 rue de la Tarentaise
    78180 Montigny le Bretonneux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.