Est‐ce bien toi ? Homélie du 11/12/2016

Est‐ce bien toi ?

3ème dimanche de l’Avent

« Es‐tu celui qui doit venir, ou devons‐nous en attendre un autre  ? »

M atthieu nous montre un Jean assailli par le doute, dans sa pri­son, en appre­nant ce que fait Jésus. Jean avait prê­ché l’urgence de la conver­sion parce que le juge allait venir et opé­rer le tri entre le grain et la paille. Jésus est là : se présente‐t‐il comme ce juge qui fait le tri ? Comme Jean, il prêche l’urgence de la conver­sion ; comme lui, il annonce un juge­ment et il parle du moment où il sera trop tard, du risque effrayant d’être reje­té dans les ténèbres exté­rieures, et du feu qui ne s’éteindra pas. Mais ce juge­ment, il ne l’opère pas lui‐même. Volontiers abrupt dans ses pro­pos, il se montre bien­veillant dans son com­por­te­ment. Il va chez ceux qui sont consi­dé­rés comme des pécheurs, il s’attable avec eux, et il explique qu’un méde­cin ne va pas chez les bien‐portants mais chez les malades. Il enseigne aus­si la patience de Dieu. L’urgence est donc tem­pé­rée par un répit qui peut dérou­ter Jean et ses dis­ciples. Jésus ne lance pas la cognée aux pieds des arbres, il ne manie pas la pelle à van­ner le grain.

Il répond aux dis­ciples de Jean en citant Isaïe, mais dans sa cita­tion il sou­ligne ce qui le dis­tingue com­plè­te­ment de Jean : ses miracles. Jean prê­chait mais ne fai­sait pas de miracles. Jésus gué­rit les pauvres qui souffrent, les aveugles, les sourds, les boi­teux, les lépreux. Le Messie n’est pas le juge, mais bien le sau­veur.

Jean s’était démar­qué du Temple en allant dans des régions inha­bi­tées, et par son bap­tême il offrait un salut à tous les pauvres qui étaient exclus du Temple par les règles de pure­té rituelle. Jésus peut dire à Jean : ce que tu as annon­cé et offert, je le réa­lise.

La lourde ques­tion de Jean tour­mente encore aujourd’hui bien des chré­tiens : « Es‐tu bien celui qui doit venir, celui qui est venu, ou ne faut‐il pas cher­cher autre chose, ailleurs, autre­ment ? » Nous rece­vons régu­liè­re­ment à notre hôtel­le­rie des per­sonnes et des groupes qui viennent chez nous en cher­chant autre chose et ailleurs, dans le sou­fisme ou dans le boud­dhisme. Ils par­tagent nos repas mais pas notre prière. C’est un peu dérou­tant, mais nous les accueillons et les res­pec­tons. Et puis, il y a tous ceux dont la foi s’est obs­cur­cie, sou­vent dans l’épreuve, qui ne savent plus qui est Dieu, qui sont acca­blés par son silence trop lourd. La prière des Psaumes est sou­vent enfié­vrée par cette ques­tion : « Pourquoi, Seigneur, es‐tu si loin ? Pourquoi te cacher aux jours d’angoisse ? »

C’est aus­si dans notre che­mi­ne­ment au sein du monde que nous affron­tons cette ques­tion. Tout bouge tel­le­ment. Les repères, les idées‐force sont mis en ques­tion, notre envi­ron­ne­ment cultu­rel se redes­sine en nou­velles confi­gu­ra­tions. Nous avons sou­vent du mal à dis­cer­ner et à nous posi­tion­ner devant des enjeux deve­nus très com­plexes, devant aus­si de nou­veaux per­son­nages publics sur­pre­nants. Nous devons pour­tant conti­nuer à cher­cher ce que signi­fie l’évangile pour nous et com­ment il offre un salut.

En même temps, en contre­point à la ques­tion de Jean, Saint Jacques nous invite à la patience en nous rap­pe­lant qu’on ne fait pas pous­ser les légumes en tirant des­sus, et qu’il est mal­sain de gémir sur la dure­té des temps. La patience, nous en avons des tonnes, il le faut bien, mais nous sommes aus­si et à juste titre impa­tients d’y voir un peu plus clair et de savoir où aller et com­ment nous y prendre.

Isaïe ne nous le dit pas. Il nous répond par ses rêves : le désert se couvre de fleurs, l’eau jaillit par­tout, les enfants s’amusent avec les lion­ceaux et les ser­pents. C’est beau, les rêves. Martin Luther King en fai­sait de mer­veilleux et il en est mort. Mais il a lais­sé, comme tant d’autres, un rêve d’évangile qui ne nous laisse pas dans les nuages, mais qui peut nous redres­ser pour réa­li­ser le rêve de Dieu.

« Fortifiez les mains défaillantes, dit encore Isaïe, affer­mis­sez les genoux qui flé­chissent, dites aux gens qui s’affolent : Prenez cou­rage, ne crai­gnez pas. » J’ai envie de dire : Regardez tous ceux qui accueillent les exi­lés, qui secourent les détresses, qui soignent les malades, qui visitent les iso­lés. C’est l’évangile qui vit, même par ceux qui ne le connaissent pas. L’évangile n’est pas une bonne nou­velle du pas­sé, dépas­sé : il est vivant et il fait vivre. Il est offert à tous les pauvres gens pour que le Royaume advienne. Nous en avons les mots plein la bouche. Il faut en trou­ver les actes. Et nous serons des patients impa­tients, des rêveurs cou­ra­geux et obs­ti­nés.

fr. Bernard

illus­tra­tion : Lorenzo Salimbeni (ora­to­rio di san Giovanni) Jean‐le‐baptiste

Billets apparentés

3è dimanche de l’Avent (A) Prière uni­ver­selle du dimanche 11 décembre 2016 3e dimanche de l’Avent (A) S eigneur Jésus, tu vois le désert de nos villes et tant de gens qui …
Jeudi Saint jeu­di 18 avril 2019 Jeudi Saint 2019 Le der­nier soir – la nuit qu’il fut livré – le der­nier repas, la der­nière cène. Jésus tient sa vie dans ses mai…
La musique et les danses 4e dimanche de Carême Dimanche 31 mars 2019 LA MUSIQUE ET LES DANSES Luc 15, 1–3. 11–32 « Le fils ainé était aux champs. A son retour, quand il …

Une réflexion sur « Est‐ce bien toi ? Homélie du 11/12/2016 »

  1. Vivre l’Evangile, c’est aimer : ” Rechercher le bien de l’autre et y trou­ver son propre plaisir.”(Augustin)
    Ce n’est pas un sen­ti­ment dont on n’est pas maitre, même s’il vient se sur­ajou­ter : c’est une OPTION dont Jesus nous en a don­né l’exemple .
    De cette nuance trop peu connue dépend la FOI qui n’est pas une uto­pie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.