Jeudi Saint 2017

Homélie du jeudi 13 avril

Jeudi saint 2017

(Jean 13, 1–15)

Qu’ajouter, après la lec­ture de cet évan­gile, sinon une parole de confiance : oui, il faut renou­ve­ler notre confiance dans le poids d’amour que com­porte notre fidé­li­té quo­ti­dienne, parce que, ce que nous pou­vons faire chaque jour pour répondre à l’appel du Christ n’est pas insi­gni­fiant.

En effet, à ce moment de la célé­bra­tion, nous ris­quons d’être un peu désem­pa­rés. L’appel reçu de ces textes fon­da­men­taux et l’exigence des gestes dont nous sommes les témoins nous dépassent tel­le­ment que nous en éprou­vons un cer­tain malaise. La ‘pei­neuse semaine’, comme on désigne, parait-il, la semaine sainte au pays de Liège, est une épreuve, parce que elle nous fait bien mesu­rer notre inca­pa­ci­té à vrai­ment accom­plir l’Évangile. Des exi­gences exor­bi­tantes résonnent à nos oreilles : ‘Aimer jusqu’au bout’, ‘Suivre Jésus en por­tant sa croix’, et, comme il est rap­pe­lé dans l’épitre aux Hébreux : « Vous n’avez pas encore résis­té jusqu’au sang ». Tout cela est non seule­ment humi­liant pour nous, pauvres humains, mais aus­si un peu démo­bi­li­sa­teur. Pourrons-nous seule­ment com­men­cer à répondre à de telles exi­gences ? Aussi, quand Jésus nous demande : « Comprenez-vous ce que je viens de faire ? » nous n’osons plus répondre avec assu­rance que nous avons com­pris… Il est « venu appor­ter le feu sur la terre ». Mais com­ment pou­vons nous tenir près de ce feu dévo­rant ?

Je crois que ces ques­tions sont pré­ci­sé­ment la der­nière ten­ta­tion du Carême. Le diable nous les sug­gère pour s’assurer que, devant de telles exi­gences, nous res­tions dans une hési­ta­tion morose, rési­gnés et para­ly­sés par une mau­vaise conscience, ̶ en atten­dant que ça passe.
Mais je vou­drais encore citer une der­nière parole de Jésus qui risque d’encore plus nous para­ly­ser au pre­mier abord, mais qui, en réa­li­té, nous montre le che­min évan­gé­lique réa­liste. Dans son dis­cours d’adieu à ses dis­ciples, Jésus a encore dit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de don­ner sa vie pour ceux qu’on aime. » ‘Donner sa vie’, cela signi­fie accep­ter de tout perdre, de ris­quer sa peau pour sau­ver ses amis, oui, mais pas néces­sai­re­ment, pas uni­que­ment. Parce que c’est essen­tiel­le­ment dans la vie ordi­naire que nous pou­vons ‘don­ner notre vie’ : peu à peu, encore et encore. Et d’ailleurs si nous ne com­men­çons pas par là, il ne sera pas pos­sible de réagir plus géné­reu­se­ment au cas où il nous le serait deman­dé. Nous lisons dans l’évangile que les décla­ra­tions gran­di­lo­quentes de l’apôtre Pierre à Jésus : « Je te sui­vrai et je don­ne­rai ma vie pour toi » ne l’ont pas empê­ché de tra­hir son Maître.

Mes frères, mes sœurs, ce n’est pas tel­le­ment en mou­rant que nous pou­vons don­ner notre vie, mais en vivant inten­sé­ment, en cor­res­pon­dant aux exi­gences de chaque moment. ‘Aimer jusqu’au bout’ est d’abord sim­ple­ment : accep­ter d’écouter lon­gue­ment quelqu’un qui se confie, sans l’interrompre ; c’est res­ter tra­vailler à la vais­selle jusqu’au bout, sans s’esquiver ; c’est ne pas cal­cu­ler notre géné­ro­si­té dans les petits ser­vices, c’est, comme le demande l’épitre aux Hébreux, ne pas nous déro­ber aux exi­gences de notre pro­fes­sion ; c’est res­pec­ter et accueillir tota­le­ment ceux que nous ren­con­trons, et décou­vrir que nous pou­vons ain­si aller beau­coup plus loin que nous le pen­sions. Le ‘bout’ n’est pas seule­ment le terme, la fin, c’est aus­si une exi­gences du che­min, l’intensité de notre enga­ge­ment dans les choses les plus simples.

Aimer jusqu’au bout, comme Jésus nous le demande, ce n’est donc pas néces­sai­re­ment épui­ser toutes nos forces, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Au lieu de pen­ser cela, au lieu de nous rési­gner à ne pas en être capables, nous sommes appe­lés à décou­vrir la valeur infi­nie des humbles gestes d’amour. L’humilité est par­fois gran­diose, comme quand le pape lave les pieds des pri­son­niers, mais le plus sou­vent les gestes simples passent inaper­çues, et cepen­dant nous savons qu’ils ne sont pas per­dus. Ils ne sont pas insi­gni­fiants ; ils sont comme nos petits gestes de res­pect et de sau­ve­garde de la créa­tion que nous dicte un com­por­te­ment éco­lo­gique. A leur place, ils sont indis­pen­sables, et notre vie quo­ti­dienne en est nour­rie, sanc­ti­fiée. Si, au contraire, notre envi­ron­ne­ment com­mu­nau­taire ou fami­lial n’est pas irri­guée par ces marques d’amour gra­tuit, il s’étiole et devient alors vrai­ment insi­gni­fiant.

Nous décou­vrons ain­si que ce n’est plus nous qui don­nons notre temps, notre atten­tion ou notre com­pas­sion. Car nous ne savons pas com­ment bien don­ner, sans aucun retour sur nous-mêmes Mais l’Esprit de Dieu vient au secours de notre fai­blesse, et c’est Lui qui donne, à tra­vers nous. Il nous envoie et on peut dire que c’est lui qui nous ‘donne’, au ser­vice de nos frères. Aussi nous ne devons pas tant nous effor­cer d’être nous-mêmes géné­reux, mais plu­tôt nous aban­don­ner à sa volon­té de don­ner, de rayon­ner tout bien.
Mes sœurs, mes frères, la célé­bra­tion de ce jeu­di saint nous fait enfin com­prendre que nos simples gestes d’amour sont tou­jours situés sur un vaste hori­zon. La litur­gie de ces jours saints nous révèle en effet que notre vie toute entière est inté­grée dans la mys­tère de Jésus, le mys­tère du salut de tous les humains. Rien n’est mes­quin dans notre exis­tence, parce qu’elle peut désor­mais être vécue dans la pers­pec­tive de la croix et de la résur­rec­tion du Seigneur. Dès lors tout ce que nous fai­sons, si humble que ce soit, acquiert une gran­deur insoup­çon­née. Car, pour reprendre les paroles de Jésus lui-même, notre vie est ‘don­née pour la mul­ti­tude’. Ce vaste monde qui nous entoure, avec la mul­ti­tude des humains, leurs dou­leurs et leurs espoirs, est tou­jours mys­té­rieu­se­ment pré­sent dans notre vie, et nous lui sommes concrè­te­ment soli­daires. Quand nous pou­vons vivre cette soli­da­ri­té au sein du mys­tère du Christ que nous célé­brons cette semaine, notre ser­vice n’est pas pénible et notre vie n’est pas ‘pei­neuse’, mais, même à tra­vers bien des exi­gences et épreuves, elle déborde d’une joie toute simple.

Fr.Pierre

Fresque de Leonard de Vinci, La Cène, 1494–98

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.