4è dimanche de Paques. 7/05/2017

Temps pascal, année A

Je suis la porte”

4è dimanche de Paques. 7/05/2017

Quand Jésus dit : “Je suis la lumière du monde”, nous com­pre­nons tout de suite qu’il chasse les ténèbres, qu’il dis­sipe l’obscurité, qu’il per­met de voir clair dans la confu­sion du monde. Quand il dit : “Je suis le pain qui donne la vie”, nous avons l’expérience d’être vrai­ment nour­ris par son évan­gile. Dans ce cha­pitre 10 de l’évangile de Jean sur le thème du ber­ger, il dit aus­si qu’il est la porte. C’est une belle image, mais plus déli­cate à déco­der, car elle évoque aus­si bien l’ouverture que la fer­me­ture. Une porte est ouverte ou fer­mée. Il y a bien un inter­mé­diaire : la porte entre­bâillée, mais elle est alors déjà ouverte.

Dans la vie com­mune, les portes sont sou­vent un sujet de cris­pa­tions : les uns aiment les lais­ser ouvertes quand les autres s’empressent de les fer­mer. Et ces situa­tions peuvent s’entendre plus lar­ge­ment : ouvrir les portes signi­fie accueillir. C’est ain­si que l’on peut pro­po­ser des jour­nées “portes ouvertes” et don­ner à voir un lieu et sa vie.

A l’inverse, la porte fer­mée est ambi­va­lente : elle peut expri­mer l’intériorité ; Jésus recom­mande d’entrer dans notre chambre et de fer­mer la porte pour prier le Père dans le secret.

Mais la porte fer­mée signi­fia aus­si le refus d’accueillir, ou encore la peur des autres, comme on le lisait à Pâques des dis­ciples enfer­més au cénacle dans la peur. Jésus vient au milieu d’eux toutes portes closes. Et tout de suite il les envoie : ils devront donc bien ouvrir les portes pour sor­tir et aller au monde. L’Eglise devra tou­jours lais­ser ses portes ouvertes, pour lais­ser entrer et faire sor­tir.

Quand la porte est fer­mée, il faut frap­per. Jésus nous y a pous­sés : “Frappez, on vous ouvri­ra. A qui frappe, on ouvri­ra”. Il s’agit de la prière et de l’insistance dans la prière : deman­dez, cher­chez, frap­pez ! Pourquoi faut‐il tel­le­ment insis­ter ? Dieu n’est ni loin­tain ni endor­mi. Il sait de quoi nous avons besoin avant que nous le deman­dions. Il ne peut que vou­loir nous le don­ner. “Si vous savez don­ner de bonnes choses à vos enfants, com­bien plus le Père du ciel donnera‐t‐il L’Esprit Saint à ceux qui l’en prient.” (Lc, 11, 13) L’Esprit Saint, c’est la force et la dou­ceur, l’ardeur, la paix et la joie. C’est tout ce que Dieu veut nous don­ner. S’il nous faut le deman­der avec insis­tance, c’est pour aug­men­ter notre vou­loir. Le vou­loir de Dieu cherche notre vou­loir. Il ne peut pas vou­loir à notre place. C’est ain­si que je com­prends la prière du Seigneur : “que ta volon­té soit faite” : que notre volon­té aille à la ren­contre de la tienne. S’il faut frap­per avec insis­tance, c’est pour for­ti­fier notre volon­té.

Dans la para­bole des dix jeunes filles, les cinq impré­voyantes trouvent la porte close. C’est trop tard. La grâce était pas­sée, il fal­lait la sai­sir. Si le coeur n’est pas prêt, on rate la chance du moment qui s’offrait.

Car il s’agit bien fina­le­ment de la porte du coeur. ouvrir sa porte, c’est ouvrir son coeur. Patet janua, magis et cor : la porte est ouverte, et le coeur plus encore. C’est à la porte du coeur que le sei­gneur vient lui‐même frap­per dans ces ver­sets de l’Apocalypse que nous chan­tons chaque soir en ce temps pas­cal : “Voici que je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un m’ouvre la porte, j’entrerai et je dîne­rai avec lui, et lui avec moi”. Jean‐Paul II lan­çait cet appel au début de son pon­ti­fi­cat : “Ouvrez toutes grandes vos portes au Christ”.

Le Christ est lui‐même la porte pour aller au Père. Toute notre prière eucha­ris­tique l’exprime si bien : pour lui, avec lui, en lui, nous nous ras­sem­blons pour faire mon­ter vers le Père notre louange et nos demandes.

Mais il est aus­si notre porte pour aller et venir libre­ment. Il va même jusqu’à dire qu’il est le seul à nous l’offrir, que tous ceux qui sont venus avant lui sont des voleurs et des ban­dits, ce qui est tout de même dif­fi­cile à appli­quer à David, à Salomon, et à tous les pro­phètes. Retenons pour nous ce grand mes­sage de liber­té : “Je suis la porte. Si quelqu’un entre en pas­sant par moi, il sera sau­vé ; il pour­ra aller et venir, et il trou­ve­ra un pâtu­rage.” L’Eglise doit donc être un lieu où l’on peut aller et venir libre­ment, et c’est bien l’image que nous en for­mons ici. Mais nous avons aus­si à offrir ce témoi­gnage dans un monde où tant de lea­ders et de pécheurs veulent impo­ser leur sys­tème. nous n’avons pas le droit de pen­ser et de dire n’importe quoi et n’importe com­ment. Mais nous avons le droit et le devoir de l’analyse et de la cri­tique. nous ne vou­lons pas être un trou­peau bêlant der­rière nos ber­gers. Nous avons tous un seul et même ber­ger : le Christ. Nous cher­chons ensemble à entendre sa voix. Chacun est appe­lé par son nom, et cet appel est sa voca­tion propre.

Le Christ est deve­nu le ber­ger parce qu’il a été l’agneau du sacri­fice, comme la lettre de Pierre nous l’a expri­mé, en ajou­tant : “pour que vous sui­viez ses traces”. Suivre les traces du Seigneur, c’est deve­nir ber­gers de nos frères, ber­gers les uns des autres, et donc en même temps agneaux. C’est pré­ci­sé­ment dans la mesure où nous sommes agneaux avec le Christ, l’Agneau de Dieu, que nous deve­nons ber­gers.

Suivre ses traces, c’est aus­si être comme lui des portes qui per­mettent à cha­cun d’aller et venir, des portes ouvertes donc à tous les cou­rants d’air, aux cou­rants qui donnent de l’air. Ouvrons nos portes au souffle de Dieu. Ouvrons nos coeurs à ceux qui cherchent un peu de cha­leur et de lumière. nous en avons tel­le­ment besoin. A nous d’être une Eglise où souffle un vent de liber­té pour per­mettre à cha­cun d’être et de don­ner le meilleur de lui‐même. Il suf­fit pour cela d’imiter Dieu qui se retire pour lais­ser être le monde et lais­ser les hommes faire l’histoire. Laissons‐nous donc assez de place les uns aux autres, et la vie jailli­ra, une vie en abon­dance.

fr. Bernard

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Billets apparentés

Assomption Mercredi 15 aout 2018 ASSOMPTION en la célé­brant aujourd’hui, ce sont toutes les femmes que nous hono­rons, nos filles, nos épouses, nos mères. L a…
Le Pain. Dimanche 29 juillet 2018 17ème dimanche ordi­naire, année B, 2018 Le Pain (Jn 6, 1–15) Le pain est sacré. Nous en avons mal­heu­reu­se­ment per­du le sens parce que nous n’en man…
Nativité de Jean‐Baptiste Homélie du dimanche 24 juin 2018 Nativité de Jean‐Baptiste C’est aujourd’hui le Noël de l’été. Comme on ignore les dates de nais­sance de Jean‐Bapti…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.