La Joie. dimanche 30 juillet 2017

17è dimanche du T.0. (A)

La Joie.
dimanche 30 juillet 2017

Nous sommes au ch.13 de l’évangile selon st Matthieu. Nous sommes, oui encore et tou­jours, au ch. 13. Nous l’avons com­men­cé il y a quinze jours, lors du 15e dimanche de ce temps ordi­naire. Nous en avons pour­sui­vi la lec­ture dimanche der­nier, 16e du temps ordi­naire. Et nous en ter­mi­nons la lec­ture, ce 17e dimanche.
Durant tout ce temps, Jésus, qui était sor­ti de la mai­son, était assis au bord du lac.
Et nous, nous étions et nous sommes encore par­mi la foule, elle-même assise sur le rivage.

De toute évi­dence, il fait soleil sur la plage, avec un vent léger venant du large. Nous nous sen­tons bien, nous avec Jésus et Jésus avec nous. Tantôt nous débal­le­rons nos petits pains au seigle et ferons frire des pois­sons fraî­che­ment pêchés. Mais, pour le moment, ce sont les paroles de Jésus qui nous nour­rissent le cœur et l’âme.

Nous sommes là autour de lui comme cette bonne terre dans laquelle tombent les grains qui pro­mettent de don­ner du fruit à rai­son de 100, ou 60, ou 30 pour 1. Et Jésus, en nous regar­dant, ne peut s’empêcher de nous dire : « Rendez-vous compte, mes amis, à quel point vous êtes heu­reux, heu­reuses vos oreilles parce qu’elles entendent ce que vous enten­dez ». Et se lais­sant aller à son propre bon­heur d’être avec nous, Jésus va pro­non­cer un petit mot par­mi les cen­taines de mots qu’il a déjà pro­non­cés : le bon grain, l’ivraie, le grain de mou­tarde, le fils du Mauvais, les anges mois­son­neurs, les pleurs et grin­ce­ments de dents, etc. etc., un mot qui sonne comme du cris­tal : la joie.

« Le Royaume des cieux est com­pa­rable à un tré­sor caché dans un champ ; l’homme qui l’a décou­vert le cache de nou­veau. Et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a pour ache­ter ce champ ».
Cette joie, il ne l’a pas méri­tée par ses efforts ou ses mérites. Non, elle était là, cachée sous ses pieds comme si elle lui était réser­vée de tout temps. Cette joie est un pur cadeau qu’il reçoit tout ébloui, une joie faite à sa mesure, à la mesure du tré­sor pré­pa­ré per­son­nel­le­ment pour lui.

Une joie éblouis­sante, apo tès chô­ras autou, dit le grec, une joie que le latin appelle gau­dium, une joie pro­fonde. C’est la joie même à laquelle l’Ange de l’Annonciation invite Marie : chaire Maria : sois dans la joie, Marie, car tu as trou­vé grâce auprès de Dieu, oui, le même verbe, tu as trou­vé, trou­vé un tré­sor : tu vas mettre au monde le Fils du Très-Haut. Une même insis­tance donc : une joie qui n’est pas le fruit de tes efforts ou de tes mérites, mais une joie qui a été dépo­sée en toi par Dieu. Et je suis char­gé, dit l’Ange, de te la faire décou­vrir.

Nous sommes ici, sœurs et frères, au cœur du mys­tère de l’expérience de la foi. Chacune, cha­cun de nous est appe­lé à décou­vrir que Dieu l’a vou­lu, l’a choi­si, l’a pré­cé­dé, dès le sein mater­nel comme ose le dire le Psaume 138 :

« C’est toi, ô Dieu, qui m’as for­mé les reins,
qui m’a tis­sé dès le sein de ma mère.
Déjà tu connais­sais mon âme
et mes os n’étaient point cachés de toi
quand je fus façon­né dans le secret,
bro­dé au pro­fond de la terre.
Je te rends grâce pour tant de mys­tères,
pro­dige que je suis et que tes œuvres ! »

Chacun(e) doit, au long de son exis­tence, décou­vrir le fil rouge qui part du cœur de Dieu et tra­verse, sans se bri­ser, la trame du tis­su per­son­nel de sa vie. Et Dieu, par toutes les ruses de sa ten­dresse, fait en sorte que jamais le fil rouge ne se brise, et que ma joie ne soit mise en péril.
Dans un de ses poèmes, le frère béné­dic­tin, Gilles Baudry, écrit ceci :

« Au matin, à chaque réveil, je res­sus­cite.
Et je reste éton­né
qu’aux pre­mières lueurs du jour,
je sois mis en état d’annonciation,
et sois ren­du digne d’entendre :
« Sois dans la joie ! »,
mar­quant ain­si d’un signet
la page de garde
où ma vraie vie peut com­men­cer ».

fr Dieudonné

pho­to­gra­phie de fr Thibaut : le sou­rire, Mambré, Kinshasa, juillet 2017

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.