« J’aimerais vous voir libres de tout souci »

Homélie du 28 jan­vier 2018

4ème dimanche ordi­naire, année B

« J’aimerais vous voir libres de tout sou­ci » 1 Cor. 7,32

Cette petite phrase de St Paul est sui­vie d’une série de pro­pos qui m’ont décon­cer­tés – comme vous aus­si peut-être — : « Celui qui n’est pas marié a le sou­ci des affaires du Seigneur…..celui qui est marié a le sou­ci des affaires de cette vie… »
Sans doute St Paul dit-il cela parce qu’il croit la fin du monde, le retour du Christ, tout proches. Sans vou­loir com­men­ter cela, je vou­drais m’arrêter sur ces quelques mots : « libres de tout sou­ci ».

Paul n’est pas le pre­mier : je sup­pose qu’on pour­rait trou­ver la même chose chez des grands Sages d’Inde, de Chine, d’Egypte, chez les Grec, les Latins ou les Indiens d’Amérique. Dans l’Evangile , en revanche, voi­ci Quelqu’un qui ne parle pas comme les sages et les scribes de son temps : les foules sont, paraît-il, sus­pen­dues à ses lèvres ; et pour­quoi ? Parce qu’il parle « en homme qui a auto­ri­té ».

Et nous-mêmes alors ? Eh bien oui ! Nous sommes par­fois sus­pen­dus à ses lèvres non parce qu’il a pro­mis de belles choses ou pro­po­sé un plan d’action-miracle qui ver­rait tous les pro­blèmes réso­lus le temps d’une légis­la­ture ? Non, nous sommes frap­pés parce que son auto­ri­té repose sur une bien­veillance active et cor­diale, ses paroles sont deve­nues action dans un repas, fon­da­teur de notre Eucharistie et, le len­de­main, sur un ins­tru­ment de sup­plice : d’un signe d’horreur il a fait le sym­bole d’une infi­nie bon­té.
Ce signe d’amour semble faire peur au point de l’écarter des lieux publics : « Jésus de Nazareth, es-tu venu pour nous perdre » ? Le cru­ci­fix, le cru­ci­fié est-il venu pour nous perdre ? Les hébreux dans le désert ne par­laient pas autre­ment : « Je ne veux plus entendre la voix du Seigneur, je ne veux pas mou­rir ».

Mes frères, mes sœurs, est-ce que je me trompe en disant que nous venons à l’Eucharistie du dimanche pour être tirés vers le haut et non vers le bas, pour nous lais­ser dou­ce­ment débar­ras­ser de l’esprit néga­tif en lais­sant le champ libre à la parole de Jésus : parole non de perte mais de salut pro­cla­mée avec auto­ri­té et ten­dresse : « Ne vous faites pas tant de sou­ci –nous retrou­vons le mot de Paul – pour votre vie, votre corps, vos vête­ments, votre len­de­main… » Ces quelques mots « Pas de sou­cis » qu’on nous adresse à tout bout de champ
« pas de sou­cis, pas de sou­cis… », le Seigneur nous demande de les prendre très au sérieux car ils sortent d’une bouche « auto­ri­sée » : pas de sou­cis, pour­quoi ? Parce que le Père sait : cet « Abba » avec qui il entre­tient une rela­tion pri­vi­lé­giée, Lui, vous couvre de ses ailes, lui vous a ins­crits sur la paume de ses mains, lui vous choie comme un maman son enfant. Ce sont les termes mêmes de la Bible.

Reve­nons à Paul : « J’aimerais vous voir libres de tout souci…..afin que vous soyez atta­chés au Seigneur sans par­tage. » (1 Cor 7 32 et 35) Cela ne veut pas dire : se tour­ner les pouces, bailler aux cor­neilles mais plu­tôt : ne pas ajou­ter la pré-occupation aux occu­pa­tions : parce que le Père sait. Le moine est appe­lé à prier et à s’engager acti­ve­ment dans la bien­veillance fra­ter­nelle faute de quoi sa recherche de Dieu risque d’être faus­sée et hypo­crite. Le laïc est appe­lé à s’engager pour un monde fra­ter­nel en s’ouvrant par la prière à l’Esprit du Dieu bon et ami des hommes. Adoration et action sont, pour un chré­tien inti­me­ment liés. Le Missel qui a par­fois le secret des for­mules justes et concises résume tout cela dans la prière d’ouverture de ce jour :

Seigneur, accorde nous de pou­voir t’adorer sans par­tage
Et d’avoir pour tout homme une vraie cha­ri­té .

AMEN !

fr Grégoire

Photographie de Bert Hardy, 1948
A group of boys from the depri­ved Gorbals dis­trict of Glagow play among the gra­ves­tones of the Corporation Burial Ground

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.