4è Dimanche de Carême

Homélie du 11 mars 2018

4è Dimanche de Carême

Notre marche devient autre. En ces jours, nous sommes appe­lés à renouer avec le Seigneur en ayant confes­sé notre péché, une nou­velle rela­tion peut s’instaurer entre Lui et nous… Jean revient sur ce moment qui s’offre à cha­cun de nous, contem­pler le Christ en Croix, lui par­ler en véri­té. Pour cela, il aborde trois dimen­sions à consi­dé­rer toutes ensemble : l’élévation propre du Christ en se réfé­rant au ser­pent de bronze cause du salut dans le désert, la volon­té d’amour du Père ain­si que notre propre atti­tude, qui se joue dans notre propre rap­port à la véri­té. Rien ne peut se pas­ser sans l’élévation du Christ, rien ne peut se pas­ser sans le pro­jet d’amour du Père, rien ne peut se pas­ser sans ma libre impli­ca­tion. Comprendre ain­si la situa­tion m’aide à aller vers le che­min de vie.
Ainsi faut‐il que le Fils de l’homme soit éle­vé ” Le ser­pent a été éle­vé par des mains humaines, Jésus le sera aus­si sur la Croix par d’autres mains humaines, celles des juges, des bour­reaux, mais ces actions exté­rieures vont de pair avec une pro­fonde évo­lu­tion inté­rieure. Jésus dans sa liber­té humaine, dans son deve­nir humain doit consen­tir au che­min, le consen­te­ment qui se nour­rit de l’amour du Père envers lui ain­si que de son amour envers le Père, va le trans­for­mer, le rendre capable de s’ouvrir encore plus, de pou­voir accueillir, aider, conte­nir cha­cun. Il devient capable d’une qua­li­té d’accueil renou­ve­lée. Vivant tout de notre vie à l’exception du péché jusqu’à la mort, sur la Croix, mort injuste, il se rend soli­daire de cha­cun de nous, capable de nous rejoindre, de nous don­ner de deve­nir autre… L’Eglise va nous pro­po­ser de suivre dans les jours qui viennent le che­min d’amour du Fils allant vers sa Passion. Ce che­min devient pour nous un exemple, afin de consen­tir à notre propre vie, à recher­cher la véri­té, l’authenticité… Son che­min devient capa­ci­té de chan­ge­ment du nôtre, mise en œuvre la plus pro­fonde de la soli­da­ri­té qui régit le genre humain.
Dieu a tant aimé le monde qu’il a don­né son Fils unique ” Mais rien de ce qui se fait ne se serait fait, si d’abord il n’y avait ce dia­logue entre le Fils Incarné et le Père, si le Père ne l’avait deman­dé au Fils, en lui deman­dant cette mani­fes­ta­tion de leur amour pour aller aux autres, aux hommes, à nous, à moi et mani­fes­ter ain­si l’amour dont Ils nous aiment. Dans ce mou­ve­ment, aucun juge­ment, une seule inten­tion : mani­fes­ter plei­ne­ment ce qui est l’amour qui leur a don­né de nous créer, l’amour qui ne renonce pas à notre aban­don, à notre per­di­tion… l’amour qui se donne jusqu’à l’abandon… un amour véri­table parce qu’il donne tout, il se donne inté­gra­le­ment. Cette avan­cée est un foyer qui éclaire et réchauffe, qui montre un che­min, indique un salut. L’amour dans son aban­don montre qu’il demeure le même, que rien de la haine, de l’abandon ne peut le détruire, le faire défier. Il se mani­feste comme fiable et nous rend capables de croire que cet amour est encore pour nous mal­gré tout ce que nous avons fait, que nous pou­vons renouer avec Lui.
Celui qui agit selon la véri­té vient à la lumière ” Voilà la situa­tion dans laquelle nous sommes, bien au‐delà de la per­cep­tion que nous en avons, per­cep­tion mar­quée par notre propre sen­si­bi­li­té. En ces jours, il m’est aus­si deman­dé de me détour­ner de ma manière de voir, pour regar­der la mani­fes­ta­tion de l’amour, de faire comme le fai­sait l’hébreu dans le désert, regar­der Celui que nous avons trans­per­cé, de ce regard peut naître en moi une nou­velle parole, une nou­velle confiance, la capa­ci­té d’aller à Lui, sans rien cacher de mes actes, des mes pen­sées, de mon cœur malade et inca­pable d’amour… De ce regard, je puis sen­tir en moi la capa­ci­té de dire ce qui est sim­ple­ment, de recon­naître que je suis dans l’erreur, et ain­si d’aller à la véri­té, aller à la lumière… Le che­min du Seigneur abou­tit pour cha­cun de nous à la pro­po­si­tion de ce dia­logue entre lui, qui est allé au bout et moi dans ma contra­dic­tion. Une simple parole de ma part, un simple mou­ve­ment et tout rede­vient pos­sible, la nou­veau­té peut rani­mer mon être, me don­ner la capa­ci­té d’aimer de manière neuve.
Aujourd’hui, je suis appe­lé..

fr. Yves de Patoul

Billets apparentés

Homélie du dimanche 22 juillet 16è semaine du TO (B) Homélie du dimanche 22 juillet Mc 6, 30–34 Notre vie quo­ti­dienne est tis­sée d’une série de gestes, d’habitudes que nous répét…
Fête du Saint Sacrement (année B) Homélie du dimanche 3 juin 2018 Fête du Saint Sacrement (année B) Nous célé­brons en ce jour la fête du sacre­ment de l’eucharistie. L’appellation off…
Les ouvriers de la der­nière heure Dimanche 24 sep­tembre 2017 Les ouvriers de la der­nière heure (Mt 20,1–16) J’ai de la chance de faire une homé­lie sur une para­bole que tout le monde …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.