5è dimanche de Pâques 2018

Dimanche 29 avril 2018

5è dimanche de Pâques

Nous sommes encore au temps de Pâques ; l’Église regarde vers Pentecôte ; un temps d’Alléluias et de « Christ est res­sus­cité ». A peine la tombe est-elle fer­mée et les larmes séchées que déjà on s’étonne, on s’attriste : « II a dis­pa­ru !» Et nous qui vivons en une époque si trou­blée – mais est-elle vrai­ment si dif­fé­rente des autres époques ? — nous voi­là invites à vaincre nos doutes, à nous lais­ser gref­fer sur l’olivier, à res­ter atta­chés au tronc noueux de la vigne. Et pour­quoi ? Pour que soit gué­rie la confiance enta­mée, que soit irri­guée d’une sève neuve la foi hési­tante de nos cœurs indé­cis.
Ce cœur qui nous accuse, qui se récuse, qui s’effraye devant le monde de ce temps : « Vais-je pou­voir annon­cer la Bonne Nouvelle : Christ est res­sus­cité » ?
Si ton cœur t’accuse.…..ton cœur aurait beau t’accuser : Dieu, le Père, l’Abba de Jésus, le Vigneron est plus grand que ton cœur : oui, le monde change, oui, ce n’est plus comme il y a 20 ou 50 ans ; oui, les jeunes trépignent, oui les anciens s’inquiètent, oui les défis de la bioé­thique et les migrants qui frappent à nos portes mettent nos consciences et nos pra­tiques à mal.….

Voici main­te­nant le Père, bien­veillant qui s’adresse à nous, lui, le maitre de la vigne : « Ayez foi en mon Fils, soyez atta­chés à lui, comme une branche à l’arbre et por­tez les fleurs mer­veilleuses d’attention mutuelle, de simple huma­ni­té. Ce n’est pas contraint et for­cé que le magno­lia a don­né ses fleurs, ni par volon­ta­risme que les prai­ries d’hiver sont deve­nues somp­tueux jar­dins prin­ta­niers, mais en lais­sant mon­ter la sève sans laquelle rien ne peut pous­ser.
« En dehors de Moi, vous ne pou­vez rien faire. »

Il suf­fit, il suf­fit – facile à dire me direz-vous, il suf­fit de pré­pa­rer la terre, d’ameublir le sol du cœur, de pas­ser la char­rue ou le râteau de la prière, de la prière per­sé­vé­rante, confiante : oh ! pas seule­ment les prières rituelles, un rien figées, de nos mis­sels bien reliés, mais une prière de confiance, de ten­dresse –pour­quoi pas– prière vraie, humble, sobre, non tra­fi­quée.

Père, tu lis dans nos cœurs comme dans un livre ouvert.
Déjà nous demeu­rons en Toi et Toi en nous.
Merci pour ton Esprit que nous per­ce­vons déjà dans nos vies.
Que ton Fils nous prenne dans sa prière, en cette Eucharistie.

Amen
fr. Grégoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.