Nés de Dieu

6ème dimanche pascal (B), le 6/05/2018

Nés de Dieu

Alors Pierre prit la parole et dit : “En véri­té, je le com­prends, Dieu est impar­tial : Il accueille, quelle que soit la nation”.
Sœurs et Frères, les textes bibliques de ce dimanche sont d’une grande richesse. Ils s’unifient dans l’expérience que fait Pierre : Dieu se fraie un che­min jusque dans les nations païennes et Il invite les évan­gé­li­sa­teurs à ne pas contra­rier sa déci­sion.

Saint Jean nous dit dans la deuxième lec­ture “tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, car Dieu est Amour” ; dans l’évangile, Jésus nous dit “Comme le Père m’a aimé, moi aus­si je vous ai aimés, Demeurez dans mon amour.”

Le texte des Actes montre que le pro­jet de Dieu élar­git l’horizon et les contours de la com­mu­nau­té chré­tienne. Je ne peux m’empêcher de pen­ser ici aux paroles du Pape François nous invi­tant a rejoindre les péri­phé­ries, quelles qu’elles soient.
C’est l’Esprit qui porte la parole de grâce et la fait agir, en terre incon­nue.

Pour en reve­nir à Pierre, son arri­vée a Césarée est pré­cé­dée d’une gué­ri­son a Joppe, ville située au Carrefour des mondes juif et romain, et cela avant qu’il n’aille demeu­rer chez un cer­tain Simon, son homo­nyme, qui fait pro­fes­sion de cor­royeur, métier mépri­sé par le judaïsme pour ses liens avec les cadavres et le sang des ani­maux : c’est comme si Pierre, en son double, vivait déjà un appel au cœur même de son propre appel.

Pierre va connaitre une vraie conver­sion du cœur : il s’agit de voir les choses autre­ment. L’essentiel concerne bien le regard, un regard neuf que les hommes sont appe­lés à adop­ter sur les choses de Dieu et sur leur propre vie. Dieu est impar­tial.

Après Pierre c’est l’Évangile qui nous dévoile la manière dont Dieu tra­vaille par­mi les hommes. Non seule­ment “Dieu a tel­le­ment aimé le monde qu il a don­né son Fils unique, non seule­ment Jésus, “ayant aimé les siens qui étaient dans le monde les aima jusqu’au bout”, mais encore, en réponse à cet amour pre­mier et sans réserve, le dis­ciple du Christ est invi­té à vivre un com­man­de­ment nou­veau, celui d’aimer à la manière du Christ : “aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés.

Puisque l’amour vient de Dieu, nous deve­nons capables d’un tel amour qui nous fait par­ti­ci­per à celui de Dieu. L’amour de Dieu pour nous est un amour source ! Celui qui se sait aimé de Dieu devient capable d’être à son tour aimant de ses frères. Cet amour vécu par les dis­ciples est le signe de leur nais­sance de Dieu.

Ils sont “nés” de Dieu et connaissent Dieu. Saint Jean syn­thé­tise tout ce déve­lop­pe­ment par son affir­ma­tion célèbre “Dieu est Amour !” Telle est la confi­dence que Dieu fait à l’humanité. En finale de l’évangile, Jésus fait allu­sion à la para­bole de la vigne déve­lop­pée dimanche pas­sé.

Il s’agit pour nous de por­ter du fruit, des fruits que Dieu fait mûrir en nous : “Je vous ai choi­sis pour que vous por­tiez du fruit et que votre fruit demeure.”

Qui donc est Dieu pour nous aimer ain­si ?”

Peinture de Masaccio. Polyptyque de Pise, crucifixion de Saint-Pierre (v. 1426)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.