Assomption

Mercredi 15 aout 2018

ASSOMPTION

en la célébrant aujourd’hui, ce sont toutes les femmes que nous honorons, nos filles, nos épouses, nos mères.

L

a rela­tion de l’Église avec Marie est com­plexe et fas­ci­nante, tout comme la dévo­tion du peuple chré­tien à Marie. De bons théo­lo­giens ont émis des réserves sur l’inflation des dogmes mariaux au siècle der­nier et bien des catho­liques sont mal à l’aise avec les dérives de la pié­té mariale. Et pour­tant la célé­bra­tion de l’Assomption remonte au Vè siècle et la mul­ti­tude des vierges ornées de vête­ments somp­tueux et por­tées en pro­ces­sions, les foules des grands lieux de pèle­ri­nage, comme les buis­sons de cierges dont les flammes veillent sur des détresses silen­cieuses, tout cet atta­che­ment popu­laire ou secret à la figure de Marie appelle d’autres médi­ta­tions que des ques­tion­ne­ments de beaux esprits. Qui de nous n’a jamais levé les yeux vers son image, dépo­sé une fleur ou mur­mu­ré un Ave ? Et quel per­son­nage tient plus de place dans l’histoire de l’art chré­tien ?

Sans doute le culte ren­du à Marie exprime‐t‐il une recherche pro­fonde de la fémi­ni­té du divin. L’image du Dieu‐Père, Pater omni­po­tens, a écra­sé celle du Dieu‐Mère pour­tant bien pré­sente dans la Bible et dans l’évangile. Les figures de Dieu sont tou­jours outran­ciè­re­ment mas­cu­lines, celles du Père en vieillard de majes­té, celles du Christ dans sa beau­té d’homme jeune et fort. Le recours à la fémi­ni­té de Dieu s’est repor­té sur Marie, au risque d’en faire une déesse‐mère à côté du Dieu‐Père et c’est ce qui peut par­fois nous aler­ter. Mais en même temps elle est l’icône non seule­ment de la fémi­ni­té du divin mais de la fémi­ni­té de l’humanité, la glo­ri­fi­ca­tion de la femme éter­nelle, et nous sen­tons bien qu’en la célé­brant aujourd’hui, ce sont toutes les femmes que nous hono­rons, nos filles, nos épouses, nos mères.

Rappelons‐nous tou­te­fois que les évan­giles sont très dis­crets sur Marie. Paul n’en parle pas. Et le ful­gu­rant pas­sage de l’Apocalypse que nous avons lu, la femme vêtue de soleil, ne visait pas Marie mais plu­tôt la femme Sion et la Mère Église qui donne le Christ au monde dans la tour­mente de l’Histoire. Nous pou­vons donc bien aujourd’hui contem­pler Marie dans ce qu’elle a de sin­gu­lier, de très per­son­nel, la fille Marie de Nazareth, l’épouse de Joseph, la mère du jeune mes­sie dérou­tant et assas­si­né, et ain­si célé­brer en elle les femmes de notre huma­ni­té.

Marie est une fille juive, plus pro­ba­ble­ment de la tri­bu de Lévi que de celle de Juda, si l’on suit l’évangile de Luc, et donc pas des­cen­dante de David comme Joseph. Nous ne savons rien de sa jeu­nesse. Nous ne pou­vons qu’imaginer les gestes quo­ti­diens d’une fille de Palestine. Mais le silence du Livre à son sujet nous parle de son silence à elle. Elle est fille du silence et de l’écoute. Les peintres ont aimé la mon­trer avec le Livre ouvert à la main, fille du Livre de son peuple. Nous nous pla­çons près d’elle pour apprendre, jour après jour, le silence de l’écoute de la Parole de Dieu et nous nous cou­lons len­te­ment dans sa parole à l’Ange : « Que tout se passe pour moi selon ta parole », que ta Parole habite ma vie, qu’elle illu­mine dou­ce­ment mon cœur et mon corps, qu’elle prenne chair en moi.

Joseph est lui aus­si un silen­cieux. Nous don­nons peu à Marie son titre d’épouse, alors même que nous appe­lons Joseph l’époux de Marie. « Joseph la prit comme épouse », dit Matthieu. Laissons à ces deux‐là leur mys­tère, que les évan­giles res­pectent dans leur sobrié­té. Marie a vécu près de Joseph, avec lui, femme avec son homme, ensemble décou­vrant l’inattendu de ce fils, comme tous les parents du monde. Marie n’est pas une femme seule. « Ton père et moi, dit‐elle à Jésus ado­les­cent, nous te cher­chions. Pourquoi nous as‐tu fait cela ? » Elle a vécu avec Joseph l’humble et belle his­toire de la fidé­li­té et de la conni­vence d’un couple effa­cé.

Elle est la mère, et c’est tou­jours ain­si que nous l’appelons quand nous sommes dans la peine, la mère que l’on cherche quand on a du cha­grin, mère de misé­ri­corde qui recueille la plainte de ceux qui pleurent dans cette val­lée de larmes, la bonne mère. Mais elle n’est pas seule­ment notre refuge dans nos misères, elle est aus­si mère de nos propres enfan­te­ments, mère de nos fécon­di­tés, mère forte qui lance son fils dans sa voca­tion : « ils n’ont plus de vin », c’est main­te­nant ton heure, va, fais ton pre­mier signe, donne le vin des noces.

Mère dou­lou­reuse aus­si, mater dolo­ro­sa, qui enfante dans la souf­france, non pas seule­ment au monde de l’accouchement, mais quand il faut lais­ser ce fils aller, faire confiance, être dérou­té par sa dis­tance, et l’offrir jusqu’au meurtre. Femme vic­time avec lui, la chair de sa chair, la Pietà, com­pagne de nos dou­leurs, de nos dif­fi­ciles consen­te­ments, sœur de nos offrandes lentes et mère de nos com­pas­sions.

Mais encore celle qui ne détourne pas son regard de la part d’ombre de nous‐mêmes, du mal obs­cur, de nous lou­voie­ments et de nos débâcles. Refuge des pécheurs, prie pour nous pécheurs, mère de nos aveux et de nos repen­tances, source de nos inces­santes conver­sions.

Le peuple croyant vénère Marie comme il vénère toutes les mères. Nous don­nons à Marie les noms les plus extra­or­di­naires cueillis dans toute la Bible : tour d’ivoire, arche d’alliance, porte du ciel, étoile du matin, mais nous l’appelons aus­si : secours des malades, conso­la­trice des affli­gés.

A

ujourd’hui, elle est la reine habillée de lumière, la pre­mière en qui Dieu a accom­pli son rêve d’humanité avec son fils et nous montre ce qu’il veut pour nous tous : que nous soyons un peuple de princes, les fils et les filles du Roi, man­geant à sa table, et chan­tant avec elle le can­tique du soir : « mon âme exalte le Seigneur, mon cœur exulte en Dieu mon sau­veur. » C’est ce peuple pas­cal que nous fêtons avec elle aujourd’hui. Et l’Ange vient encore mur­mu­rer à cha­cun de nous : « je te salue, toi aus­si, tu es com­blé de grâce, et le Seigneur est avec toi ! » A notre tour, avec Marie, saluons nos filles, nos épouses, nos mères.

Bonne fête aux femmes !

Fr Bernard

Billets apparentés

Le Pain. Dimanche 29 juillet 2018 17ème dimanche ordi­naire, année B, 2018 Le Pain (Jn 6, 1–15) Le pain est sacré. Nous en avons mal­heu­reu­se­ment per­du le sens parce que nous n’en man…
Nativité de Jean‐Baptiste Homélie du dimanche 24 juin 2018 Nativité de Jean‐Baptiste C’est aujourd’hui le Noël de l’été. Comme on ignore les dates de nais­sance de Jean‐Bapti…
Trinité Homélie du dimanche 27 mai 2018 Trinité (Année B) Dans les ver­sets du Deutéronome que nous avons enten­dus, Moïse veut rani­mer et for­ti­fier la conf…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.