S’effacer en ouvrant la porte

25è dimanche B

S’effacer en ouvrant la porte

(Mc 9, 30–37)

L’évan­gile de ce dimanche nous invite à entendre bien concrè­te­ment les paroles de Jésus. Nous avons en effet tou­jours la ten­dance à les spi­ri­tua­li­ser.

Je veux sur­tout par­ler ici de la deuxième par­tie de ce texte. Le début, l’annonce de la pas­sion, est la reprise de la pre­mière annonce, celle que nous avons enten­du dimanche pas­sé, et dont le Père Bernard a bien par­lé. Je me limi­te­rai donc ici à ce qui est dit ensuite, au sujet des dis­ciples qui « ne com­prennent pas et ont peur d’interroger Jésus », mais qui dis­cutent ferme à pro­pos de leurs ambi­tions, for­cé­ment contra­dic­toires : qui est le plus grand ? Alors Jésus leur répond clai­re­ment. Mais, ici encore, on ne dit pas s’ils ont mieux com­pris ; je crois même qu’ils ont eu peur de com­prendre, concrè­te­ment… Et pour­tant nous voyons, à tra­vers les quatre évan­giles, com­bien Jésus s’est effor­cé de se faire com­prendre, jusqu’au der­nier jour, en leur lavant les pieds. Sans beau­coup de suc­cès.

à lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.