S’effacer en ouvrant la porte

Les évan­giles ne cachent pas l’ambition des dis­ciples : ils les décrivent tou­jours sou­cieux de gagner, d’avancer, de tirer pro­fit de la situa­tion. Comme, par exemple, l’apôtre Pierre qui demande encore : « Eh bien ! nous, nous avons tout quit­té pour te suivre : qu’en sera‐t‐il donc pour nous ? » (Mt 19, 27) Nous nous indi­gnons devant tant de bas­sesse. Mais n’est-ce pas plu­tôt l’occasion de nous deman­der si, nous aus­si, ne sommes pas habi­tés par de telles pré­oc­cu­pa­tions.

Je ne veux pas seule­ment cri­ti­quer un chris­tia­nisme ancien, un peu mythique, où il s’agissait d’accumuler des mérites pour gagner une bonne place au ciel. Nos pré­oc­cu­pa­tions sont plus sub­tiles, plus spi­ri­tuelles, certes, mais tou­jours sou­cieuses d’avancement, dans la vie spi­ri­tuelle et en sain­te­té. Et le che­min de la per­fec­tion est le plus sou­vent par­cou­ru de façon indi­vi­duelle. Je me demande même si nous, les moines, nous ne lisons pas la Règle de saint Benoît de cette façon. Chaque matin, nous lisons un pas­sage, et, en ce moment, nous enten­dons le cha­pitre sur l’humilité. Le moine (notez le sin­gu­lier) y est invi­té à mon­ter les douze degrés d’humilité, pour atteindre, au som­met, une très grande sain­te­té. Je sais, en finale de la Règle, saint Benoît indique clai­re­ment que tout ce tra­vail spi­ri­tuel n’a de sens que pour que nous puis­sions vrai­ment nous accueillir les uns les autres et che­mi­ner « tous ensemble » sur les che­mins de l’Évangile. Mais je crains que la pré­sen­ta­tion de la vie spi­ri­tuelle qui nous a été incul­quée soit encore por­tée, de façon plus ou moins consciente, par ce sou­ci d’avancement et d’avancement per­son­nel.

Or j’ai eu la chance de ren­con­trer un jour, il doit y avoir 25 ans de cela, Pierre Claverie, l’évêque d’Oran, un des 19 mar­tyrs d’Algérie qui seront bien­tôt décla­rés bien­heu­reux. C’est un contact qui m’a mar­qué. J’ai beau­coup aimé ce qu’il disait de l’humilité, même si c’est assez dif­fé­rent de la RB : « L’humilité, c’est s’effacer en ouvrant la porte ». S’effacer, lais­ser toute la place à l’autre, pour qu’il passe devant et aille son che­min. Non pas deve­nir un saint, mais vrai­ment accueillir, et ser­vir concrè­te­ment les autres.

Précisément, dans l’évangile d’aujourd’hui, nous avons enten­du ces deux maitres‐mots : ser­vir et accueillir. Aux dis­ciples qui ne cherchent qu’à deve­nir tou­jours plus impor­tants, auto­nomes et maitres de tout, il pro­pose exac­te­ment le contraire : « deve­nir le ser­vi­teur de tous ». Ailleurs, il pré­cise encore : « quand vous avez fait tout ce qui vous était ordon­né, dites : ‘Nous sommes des ser­vi­teurs quel­conques. Nous avons fait seule­ment ce que nous devions faire’ ». (Lc 17,10) Et : « Si quelqu’un veut être grand par­mi vous, qu’il soit votre ser­vi­teur, et si quelqu’un veut être le pre­mier par­mi vous, qu’il soit votre esclave. C’est ain­si que le Fils de l’homme et venu, non pas pour être ser­vi, mais pour ser­vir et don­ner sa vie en ran­çon pour la mul­ti­tude. » (Mt 20, 26–28)

Tout cela est extrê­me­ment concret, et élé­men­taire. Et mal­gré tout, quand nous voyons l’histoire des chré­tiens, l’histoire de l’Église, avec l’évolution du ‘clé­ri­ca­lisme’, jusqu’aujourd’hui, nous devons recon­naitre que nous devons encore beau­coup nous conver­tir pour sim­ple­ment obéir à l’Évangile…

Heureu­se­ment, pour nous y aider, il y a cet autre appel de Jésus : accueillir. Le ser­vice est fina­le­ment tou­jours adres­sé à des per­sonnes : de façon plus ou moins directe, il débouche sur un accueil, et la ren­contre de visages. Vécu ain­si, le ser­vice ne peut pas deve­nir ser­vile et dégra­dant, car ce qui l’anoblit est le des­ti­na­taire, celui ou celle pour qui nous tra­vaillons. Et Jésus nous rap­pelle chaque fois que l’accueil se réa­lise entre per­sonnes vul­né­rables, et donc tout à fait à res­pec­ter, comme quand on accueille un enfant. En effet, celui qui demande à être reçu est d’une cer­taine façon un indi­gent, un ‘deman­deur d’asile’ ; et celui qui le reçoit, s’il a un peu d’humanité, ne peut évi­dem­ment pas se pré­va­loir de sa supé­rio­ri­té de pos­sé­dant, au risque d’être arro­gant. « Qui accueille en mon nom un enfant m’accueille moi‐même : et qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé. »

Inutile d’encore mul­ti­plier les cita­tions, vous savez bien, mes sœurs et mes frères, que nous sommes ici au cœur le plus ardent de l’Évangile. Mais il faut par­ler ici de la grande actua­li­té de cet appel évan­gé­lique. En ce moment, pour peu qu’on suive l’actualité, nous assis­tons à une prise de conscience dou­lou­reuse dans l’Église, à tous les niveaux. Car il ne s’agit pas seule­ment des abus qui ont été révé­lés, mais, plus géné­ra­le­ment, d’une men­ta­li­té ‘clé­ri­cale’ Jésus a dit, en par­lant des chefs des nations qui régentent leurs subor­don­nés : « par­mi vous il ne doit pas en être ain­si », mais nous consta­tons que, de fait, tout au long de l’histoire de l’Église, pour sa défense et son illus­tra­tion, il a été ques­tion de pou­voir, de hié­rar­chie, de pri­vi­lèges, de dis­cri­mi­na­tions, voire d’exclusions.

Je ne vais pas ajou­ter ici ma part d’indignation et de reven­di­ca­tion ; je veux seule­ment me deman­der si cette situa­tion n’est pas pour nous une invi­ta­tion pro­vi­den­tielle à prendre nous‐mêmes plus au sérieux cet esprit de ser­vice et cet accueil évan­gé­lique dans notre vie quo­ti­dienne, notre famille, notre com­mu­nau­té. Au lieu de nous lamen­ter sur ce que d’autres font ou ne font pas, nous devrions, je crois, com­men­cer par revoir concrè­te­ment le type de rela­tion que nous entre­te­nons avec ceux qui tra­vaillent avec nous ou pour nous, et plus encore avec ceux qui nous sont les plus proches. Pour prendre conscience de notre volon­té de puis­sance, il nous faut accep­ter d’accomplir toute notre part dans le ser­vice de la mai­son, quitte à ce que ce ne soit même pas recon­nu. Et pour vrai­ment accueillir nos proches dans leur dif­fé­rence et avec leurs fai­blesses, il nous faut encore décou­vrir nou­vel­le­ment cette humi­li­té qui consiste à « nous effa­cer en ouvrant la porte ». C’est à cha­cun à se lais­ser tou­cher, à se lais­ser irra­dier par ces paroles de l’évangile enten­dues aujourd’hui. Il ne faut pas avoir peur de com­prendre. Il ne faut pas avoir peur de mettre en œuvre ce que nous avons com­pris.

Oui, nous avons encore beau­coup à décou­vrir sur le che­min de l’Évangile. Car, à l’horizon de notre enga­ge­ment concret et per­son­na­li­sé, nous décou­vrons que, fina­le­ment, c’est Dieu que nous ser­vons, c’est Dieu que nous accueillons dans notre vie.

Fr. Pierre

Billets apparentés

1er Dimanche de l’Avent (année C) VIENS, SEIGNEUR JÉSUS 1er Dimanche de l’Avent (année C) (Luc 21, 25–36) Cet évan­gile est très clair et facile à com­prendre, — du moins pour cer­tai…
Toussaint 2018 Introduction Toussaint 2018 La Toussaint n’est pas d’abord une fête pour réca­pi­tu­ler en une fois tous les saints du calen­drier. Je crois même qu’auj…
Laisser gran­dir notre désir pro­fond. 28è TO (B° Dimanche 14 octobre 2018 Laisser gran­dir notre désir pro­fond Mes frères, mes sœurs, cet évan­gile est adres­sé à tous les chré­tiens, à cha­cun d’entre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.