Veillée de la nuit de Noël 2018

24 décembre 2018

Veillée de la nuit de Noël 2018

Lc 2, 11–14

Sur une route d’Afrique qui n’en est pas une, inon­dée de pluies d’orage qui se déposent en longues nappes d’eau plus éten­dues que les camions qui les tra­versent, notre véhi­cule vient de s’arrêter, un pneu cre­vé nous sur­prend devant une humble masure. Nos hôtes ne disent mot et accueillent en silence. Le père aide sa fille à poser sur sa tête un bas­sin empli de quelques légumes. Elle s’en va pieds nus le long de l’eau et du che­min glis­sant… L’attente se fait sur un banc en sur­plomb. Débarquant d’Europe pour me rendre au monas­tère, je suis là, sai­si dans un uni­vers incon­nu, aux côtés de gens silen­cieux, si dépouillés, accueillant des incon­nus. Suis‐je proche de Noël ? « Tu as fait trem­bler la terre, tu l’as fen­due, dit le psal­miste (Ps. 60. 2), gué­ris ses brèches, car elle chan­celle ». Oui, « le peuple qui mar­chait dans les ténèbres a vu une grande lumière », pro­clame le pro­phète Isaïe.

Faut‐il se rendre dans la ban­lieue de Kinshasa, pour res­sen­tir en nous cette attente exis­ten­tielle qui habite le cœur humain d’une paix inté­rieure, d’une hos­pi­ta­li­té si simple, d’un désir d’une déli­vrance et d’une béné­dic­tion à visée uni­ver­selle ? En cette nuit sainte et déjà par cette panne inopi­née, je prends conscience d’une réa­li­té incon­nue. Dieu ne cesse de venir au plus pro­fond de nous‐mêmes. Il se révèle à nous‐mêmes en cette fête de Noël, fête renou­ve­lée au cœur de notre propre incar­na­tion. Jésus pour­rait naître mille fois sans que nous soyons tou­chés, s’il ne naît pas en nos cœurs, sa nais­sance n’aura aucun sens pour nous. Le mys­tère de Noël, mes sœurs, mes frères, peut s’accomplir en cha­cun de nous.

Qu’attendons-nous sinon le bon­heur de ceux qui nous entourent : ici même, dans nos familles, notre pays, l’Europe, l’Afrique, le monde ? Pourrons‐nous pro­cla­mer ce bon­heur sans que tous le par­tagent, mal­gré nos dif­fé­rences cultu­relles et sociales ?

Il fal­lut toute l’histoire de la créa­tion, le souffle de l’Esprit sur l’humanité nais­sante, la révé­la­tion divine à tra­vers les mar­cheurs de Dieu, les Prophètes, Jean Baptiste, les spi­ri­tua­li­tés du monde, pour que naisse cette ques­tion : « quel visage a notre Dieu ? ». Dans le Paradis ter­restre, Dieu pose cette ques­tion à Adam, puis à Eve : « où es‐tu ? Pourquoi tou­cher à l’Arbre de la Vie » ? Aujourd’hui, c’est nous qui posons la ques­tion à Dieu : « Qui es‐tu ? Pourquoi te mani­fes­ter au monde par cette nais­sance mys­té­rieuse ? Marie, Joseph, cette grotte iso­lée au bord de la route à Bethléem ? Quel est ce lien qui relie cet évè­ne­ment sur­ve­nu il y a 2.000 ans et notre vie aujourd’hui ?

L’Évangile de Luc répond en par­tie à nos ques­tions. Le cadre de la nais­sance de Jésus est four­ni par l’Édit de César Auguste ordon­nant un recen­se­ment du monde entier. Il n’y eut jamais de recen­se­ment de tout l’empire sous Auguste, mais bien des recen­se­ments locaux. Et au Congo, ces jours‐ci, c’est l’élection d’un pré­sident qui fait trem­bler tout un pays. D’autres réa­li­tés secouent aus­si l’Europe et le monde.

En asso­ciant la nais­sance de Jésus à l’édit d’Auguste, Saint Luc pose le des­sein divin dans l’histoire des hommes. Les évè­ne­ments eurent réel­le­ment lieu dans une petite ville de Palestine, Bethléem, « la ville de David ». En les situant dans un recen­se­ment, Luc sym­bo­lise leur impor­tance pour l’héritage royal d’Israël et en fin de compte pour le monde entier.

L’annonce des anges : « Aujourd’hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David » Lc 2. 11 res­semble à une pro­cla­ma­tion impé­riale. Là où Auguste, dans cer­taines ins­crip­tions, est décrit comme un grand sau­veur et bien­fai­teur. Jésus est plus grand encore. Ieshua signi­fie Sauveur et sa nais­sance appa­raît comme un évè­ne­ment cos­mique : une mul­ti­tude d’anges pro­clame la gloire de Dieu dans les cieux et la paix sur la terre.

Les ber­gers, à leur tour, reçoivent la révé­la­tion de Jésus et répondent par la louange. C’est plus tard, lors du Baptême de Jésus par Jean Baptiste que la recon­nais­sance du Christ, Fils de Dieu appa­raî­tra plei­ne­ment. Ici, les for­mules médi­ta­tives sont emprun­tées aux visions juives et Marie ne com­pren­dra que plus tard pour­quoi un glaive de dou­leur trans­per­ce­ra son cœur (Lc 2. 35).

Pour­quoi cette nuit de Noël, alors que depuis tou­jours, la nuit est char­gée de peurs et d’angoisses ? Les enfants ont peur de la nuit où ils se sentent aban­don­nés. Ils ont besoin de rituels sécu­ri­sants avant de s’endormir. Dans l’Antiquité, on avait peur du mal qui rôde dans les ténèbres, des démons noc­turnes qui sévissent dans les rêves. Pis encore : la nuit on n’est même pas sûr de son propre cœur.

De nos jours, la nuit a per­du de son mys­tère. Il suf­fit de pres­ser un bou­ton pour recréer le jour en pleine nuit. La nuit signi­fie l’absence de repère, la dépres­sion qui sans cesse guette les hommes ; elle est deve­nue aus­si l’image d’un cer­tain état spi­ri­tuel, l’absence de Dieu, la vie incons­ciente. « Frères, écrit St Paul, dans le Christ vous n’êtes pas dans les ténèbres ; tous vous êtes fils de la lumière, des fils du jour » 1 Thess. 5. 5–8. Pour nous chré­tiens, la nuit de Noël est la nuit sainte, consa­crée au mys­tère d’un Dieu de bon­té fait homme. Noël conti­nue de mar­quer les cœurs d’une empreinte émi­nem­ment pro­fonde : c’est le mys­tère divin de la lumière éter­nelle qui pénètre l’obscurité de notre exis­tence ter­restre.

Le Christ a méta­mor­pho­sé nos ténèbres, en illu­mi­nant à jamais la nuit, lui qui est la lumière même. C’est en elle que Jésus veut venir en nous, en nous, pour célé­brer sa venue par­mi nous. Dans l’histoire de l’humanité, 2000 ans est un temps si court pour pré­pa­rer ce lien si intime, si pro­fond et si sur­pre­nant de Dieu qui se fait nôtre. Nous fêtons une nais­sance : celle de l’enfant divin, mais c’est aus­si notre propre nais­sance que nous fêtons.

Nous aus­si, nous nais­sons dans la soli­tude d’un monde étran­ger. Nous sen­tons que nous sommes por­teurs, comme la Vierge Marie, d’une autre réa­li­té qui cherche à naître, un monde où les Béatitudes rem­pla­ce­ront toutes les épreuves et les mal­heurs de notre temps.

Aujourd’hui, une nou­velle fois, nous sommes invi­tés à décou­vrir une paix et une joie enfan­tine qui libèrent notre cœur dans la nuit étoi­lée de Noël. Elle nous donne de louer Dieu dans un mur­mure qui accom­pagne la voix des Anges et des ber­gers.

Père Martin Neyt

Billets apparentés

34è dimanche du T.O. (B). Dimanche autre­ment Dimanche 25 novembre 2018 34è dimanche du T.O. (B). Dimanche autre­ment La litur­gie de ce jour reprend la ques­tion de Pilate : Es‐tu le roi des Juif…
Homélie du 29è dimanche T.O (B) le 21 octobre 2018 Homélie du 29è dimanche T.O (B) Mc. 10, 35–45 Introduction Mes sœurs, mes frères, En ce mois d’octobre, nous avons béné­fi­cié…
Effata. 23è dimanche T.O. (B) Homélie du dimanche 09 sep­tembre 2018 Effata. 23è dimanche T.O. (B) Introduction Mes sœurs, mes frères, aujourd’hui le Seigneur vient poser son do…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.