Solennité de Ste Marie. Homélie du 1er janvier 2019

Homélie du 1er janvier 2019

Solennité de Sainte Marie
Nous aus­si, nous sommes appe­lés à « louer et glo­ri­fier Dieu » avec les ber­gers (et bien­tôt les mages), pour tout ce qui nous a été racon­té ces jours‐ci. Et, en vivant plei­ne­ment notre foi, nous pour­rons aus­si, durant toute cette année, « nous éton­ner », comme eux, de tout ce qui nous est don­né.

Solennité de la vierge
Fra Angelico, Vierge à l’enfant.

M
es frères, mes sœurs, la litur­gie de ce pre­mier jour de l’année nous invite à « rete­nir tous ces évè­ne­ments et les médi­ter dans notre cœur », comme l’a fait Marie, la Mère de Dieu. Mais nous savons que cette médi­ta­tion n’était pas seule­ment une remé­mo­ra­tion infi­nie, un retour en arrière sur tout ce qu’il y avait eu de beau dans la volon­té de Dieu sur elle. Car Marie est « celle qui a cru en l’accomplissement de tout ce qui lui avait été dit ». Et sa foi n’était pas seule­ment l’adhésion à la volon­té de Dieu, réa­li­sée une fois pour toutes, elle était l’accueil éton­né de tout ce qui lui arri­vait chaque jour, la conti­nua­tion de son « oui ! » du pre­mier jour. C’est donc sous sa pro­tec­tion mater­nelle que nous vou­lons abor­der cette nou­velle année.
Quand nous envi­sa­geons cette année 2019, nos sen­ti­ments sont par­ta­gés entre la curio­si­té, l’appréhension, l’espoir, la fidé­li­té, la déter­mi­na­tion… Mais la fête de Sainte Marie nous invite à sur­tout envi­sa­ger cette nou­velle année avec foi. La foi de son « Oui, qu’il m’advienne selon ta volon­té ! »

Il faut cepen­dant pré­ci­ser quel est ce ‘oui’. Quand nous prions : « Que ta volon­té soit faite ! », nous ris­quons tou­jours d’exprimer une confiance rétros­pec­tive. Comme Job : « Le Seigneur m’a don­né, le Seigneur m’a tout repris : que le Seigneur soit béni ! » C’est beau, mais c’est aus­si une forme de rési­gna­tion. Nous ne vou­lons plus d’une sou­mis­sion fata­liste au des­sein d’un Dieu qui n’a de compte à rendre à per­sonne. Nous ne vou­lons plus nous limi­ter à une foi qui serait l’adhésion à un Credo, un ensemble de pro­po­si­tions don­nées, bien défi­nies une fois pour toutes. Parce que notre foi est un ‘oui’ tou­jours nou­veau à Dieu, une ouver­ture infi­nie ; c’est une foi pros­pec­tive.

Elle est l’accueil de l’inconnu, de l’imprévisible, de l’improbable, ce sur quoi nous n’avons aucune emprise, mais qui nous sera don­né. Car, quoi qu’il advienne, nous savons que nous accueillons « une année de grâce », comme Jésus l’annonçait dans la syna­gogue de Nazareth, une année bénie de Dieu. Bien sûr, notre agen­da pour 2019 est déjà bien rem­pli : ren­contres, enga­ge­ments, anni­ver­saires, pro­jets de toutes sortes. Mais fon­da­men­ta­le­ment, il est vide ! Car rien de tout cela n’est encore réa­li­sé et nous ne pou­vons d’ailleurs pas être abso­lu­ment cer­tains qu’il en sera ain­si. Mieux vaut donc com­men­cer par accueillir cette ouver­ture ; cette vacui­té pour l’exposer à la volon­té de Dieu, à sa « bien­veillance pour tous les humains » que nous avons chan­tée à Noël.

Oui, mon ave­nir est vide, mais j’y mets tout mon amour.
Oui, qu’il m’advienne selon ta parole !

fr. Pierre

Billets apparentés

Le Baptême du Seigneur Dimanche 13 jan­vier 2019 Le Baptême du Seigneur (Lc. 3, 15–22) Si Jésus est allé au Jourdain pour deman­der le bap­tême à Jean, ce n’était pas parce …
Homélie de Noël du 25 décembre 2018 NOËL 2018 Homélie de Noël du 25 décembre 2018 Au com­men­ce­ment était le Verbe (Prologue de saint Jean) Pour célé­brer digne­ment le jour de Noël, la …
Le Salut de Dieu. 2ème dimanche de l’Avent Homélie du Dimanche 9 décembre 2018 Le Salut de Dieu (Luc 3, 1–6) On ne parle pas beau­coup aujourd’hui du « salut de Dieu. » Le désirons‐nous, l’at…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.