Cinq homélies pour l’Assomption du fr. Jean-Yves Quellec

Paroles au fil du temps N° 72

Cinq homé­lies pour l’Assomption

par le frère Jean-Yves Quellec

[tnc-pdf-viewer-iframe file=“https://www.clerlande.com/wp-content/uploads/2017/08/Clerlande-Paroles-72.pdf” width=“600” height=“800” download=“true” print=“true” fullscreen=“true” share=“false” zoom=“false” open=“true” pagenav=“true” logo=“false” find=“false” language=“fr” page=”” default_zoom=“auto” page­mode=“”]

Le sacrement du moment présent (Texte intégral)

Le texte in extenso de la dernière conférence du fr. Bernard à Clerlande, en date du mercredi 22 mars 2017.

Le sacre­ment du moment pré­sent

J’emprunte ce titre à Jean-Pierre de Caussade, jésuite du XVIIIème siècle à qui a été attri­bué le trai­té de « L’abandon à la Providence divine ». Évoquant les spi­ri­tuels des pre­miers âges, il écri­vait : « On y savait seule­ment que chaque moment amène un devoir qu’il faut rem­plir avec fidé­li­té ; c’en était assez pour les spi­ri­tuels d’alors : toute leur atten­tion s’y concen­trait suc­ces­si­ve­ment, sem­blable à l’aiguille qui marque les heures et qui répond à chaque minute à l’espace qu’elle doit par­cou­rir ; leur esprit, mû sans cesse par l’impulsion divine, se trou­vait insen­si­ble­ment tour­né vers le nou­vel objet qui s’offrait à eux, selon Dieu, à chaque heure du jour. »

La manne était donnée aux hébreux dans le désert pour le jour même, on ne pouvait pas la garder en provision. Elle demandait la confiance

Il écri­vait aus­si : « La volon­té de Dieu se pré­sente à chaque ins­tant comme une mer immense que notre cœur ne peut épui­ser. » C’est là que se joue notre fidé­li­té à Dieu autant qu’à nous-mêmes. Je l’ai ain­si déjà écrit : « Je me déleste du pas­sé, je laisse l’avenir à ses impré­vus, et je m’adonne à la tâche requise. Je contemple aus­si la course des nuages, les arbres fami­liers, et j’accueille ceux qui sur­viennent. Autant de mannes qui me nour­rissent quo­ti­dien­ne­ment. La manne était don­née aux hébreux dans le désert pour le jour même, on ne pou­vait pas la gar­der en pro­vi­sion. Elle deman­dait la confiance. » On dit si faci­le­ment que le carême est une marche vers Pâques ; je vous invite à ne pas mar­cher trop vite, à don­ner son temps au pré­sent.Lire la suite →