Par un autre chemin. Paroles de moine

Aux édi­tionsPar un autre chemin. Paroles de moine. Mediaspaul-Paris, un nou­veau recueil du Frère Jean-Yves Quellec inti­tu­lé : Par un autre che­min. Paroles de moine. Les textes de ce livre ont été rédi­gés presqu’entièrement entre 2011 et 2014. Ces frag­ments portent la marque de l’évolution spi­ri­tuelle et aus­si des dif­fi­cul­tés phy­siques, sui­vies d’une sorte de renais­sance, de l’auteur. Ce sont des mots d’un homme qui écrit pour mieux vivre et aider quelques-uns à avan­cer plus réso­lu­ment sur leur propre che­min.

En vente Au jar­din des Moines : € 16

Méditations du crépuscule

Méditations du cré­pus­cule, par le Frère Bernard Poupard

meditation_crepuscule_poupardLa sagesse vient-elle avec l’âge ?
Dans sa règle des moines, saint Benoît fait volon­tiers appel à des sages anciens pour des mis­sions déli­cates.
Mais il note aus­si que “sou­vent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur”. “Je vou­drais deve­nir ce vieillard dont le regard, le sou­rire fur­tif, sont une sorte de légè­re­té de l’être dans la len­teur, puissent faire pres­sen­tir qu’il y a un coeur du coeur qui ne vieillit point.
Je livre ici mes médi­ta­tions avec déta­che­ment. Le soir tom­bant m’a per­mis de polir d’anciennes réflexions. Mais ce jour qui tombe est le jour d’aujourd’hui. Il est pro­messe du len­de­main. J’aime ce temps où je m’émerveille de vivre encore, et je me plais à guet­ter les aurores qui pointent.”
Chez Salvator / petite biblio­thèque monas­tique. Disponible ‘Au Jardin des Moines’ du Monastère, et en librai­rie. 13.90€ euros

La face humaine de Dieu

Propos d’un moine sur le Christ en sa chair

par le F. Bernard Poupard

la_face_humaine_de_dieu__bernard_poupard-195x300« Les moines se pré­sentent sou­vent comme des cher­cheurs de Dieu. J’ai bien le droit de dire aus­si que j’ai trou­vé quelqu’un et que je l’aime, là dans ma vie dans ma chair…» .
Moine à l’abbaye de Clerlande (Belgique), Bernard Poupard pro­pose ici une magni­fique médi­ta­tion autour de l’incarnation. Les chré­tiens sont les seuls croyants à oser dire que Dieu s’est fait chair. « je tiens plus que tout à ce chris­tia­nisme de la chair, au Christ Parole faite chair et chair deve­nant Parole de Dieu, Parole de Dieu deve­nant parole d’homme. Parce que je m’éprouve moi-même comme une chair qui parle, et Dieu est là, dans la per­sonne du Christ.
A l’eucharistie, ma chair s’unit à sa chair, et cette com­mu­nion irra­die mon être et me pro­met à la résur­rec­tion de la chair. »
Le moine nous invite, dans le texte ori­gi­nal et poé­tique, à appro­cher un Christ qui nous révèle Dieu dans l’épaisseur de la chair dont Jésus à connu la mor­sure.
On découvre com­bien la Bible, quo­ti­dien­ne­ment ouverte et médi­tée, et un livre de chair, plein de vio­lence et de sen­sua­li­té, de fange et de sublime. Un livre qui donne des mots de chair à notre prière…
« C’est tou­jours dans notre chair et dans notre his­toire que l’Esprit allume un feu et souffle son vent. Il ne faut pas cher­cher ailleurs quand il est là. »