Spectacle du 1er décembre et formulaire de réservation

LES GRANDS TEMPS LITURGIQUES
Entrée en Avent :

Samedi 1 décembre 2018 à 20h00.
Spectacle
Récitant : Bruno Georis
Violoncelliste : Sigrid Vandenbogaerd

« BON DIEU, BONS HOMMES »

Lire la suite

à lire aussi

Message du fr. Prieur pour la journée de rentrée du 21/10 2018

Message du frère Martin Neyt , Prieur

Journée de ren­trée du 21 octobre 2018

  • Moines et Laïcs

Chers amis de Clerlande, au nom de la com­mu­nau­té je vous remer­cie vive­ment de votre pré­sence qui conforte votre voca­tion en ce lieu empreint de beau­té, de bon­té et de paix.

Il nous arrive sou­vent, quand nous arri­vons sur la col­line, d’être sur­pris par le nombre de voi­tures et de visi­teurs qui sont là près du monas­tère. Ce sont des per­sonnes connues de longue date, des amis d’un frère, une famille, un groupe de recherches, de réflexion, de chré­tiens, d’hôtes ano­nymes qui viennent y trou­ver la paix, se recueillir, médi­ter sur le sens de la vie. Chacun, enve­lop­pé dans son mys­tère per­son­nel, est un chai­non de ce monas­tère invi­sible que nous consti­tuons ensemble

Quand nous par­lons de la com­mu­nion de Clerlande, nous ne devons pas oublier ces mul­tiples ren­contres ami­cales et fami­liales, ces hôtes incon­nus qui au fil du temps renou­vellent sans cesse notre com­mu­nion invi­sible. Au cœur de ce mys­tère, il y a des frères dont l’âge couvre au total plus d’un demi mil­lé­naire. Ils trans­mettent silen­cieu­se­ment une tra­di­tion, une créa­ti­vi­té nou­velle, dans la pré­ca­ri­té certes, mais fidèle au quo­ti­dien et à ce moment unique qu’est le pré­sent.

  • Un arché­type ?

Les tra­di­tions monas­tiques remontent à la nuit des temps. Quelques mil­liers d’années avant que les monas­tères ne poussent comme une grappe en Haute Egypte près des monu­ments funé­raires des Pharaons de la VIème dynas­tie, des hommes s’étaient enfon­cés dans les forêts de l’Inde à la recherche de l’unité et de l’absolu. C’était l’époque où, en Israël, Abraham enten­dait l’appel à quit­ter son pays. Plusieurs siècles plus tard, au moment où les grands pro­phètes appelaient le peuple juif à une reli­gion plus spi­ri­tuelle, Siddharta Gautama, qui devait rece­voir le nom de Bouddha, fai­sait de même en Inde, et fon­dait une reli­gion qui était monas­tique dans son essence même. Cette tra­di­tion monas­tique allait influen­cer d’une façon ou d’une autre toutes les tra­di­tions qui entraient en contact avec elle. Un peu plus tard, dans le monde grec, on retrou­ve­ra une vie de carac­tère monas­tique, consa­crée à la recherche de la véri­té. Enfin à l’époque même du Christ et des ori­gines du Chris­tia­nisme, une forme de vie monas­tique sera aus­si flo­ris­sante en Israël dans l’essénisme à Quumran, et en Egypte.1

Ainsi, pour reprendre une expres­sion de Raimon Panikkar, la vie monas­tique se pré­sente comme un arché­type uni­ver­sel. Des laïcs y par­ti­cipent à leur manière. Ils ont même été les ini­tia­teurs de la vie monas­tique chré­tienne dès les ori­gines. Ils forment les pre­mières com­mu­nau­tés chré­tiennes décrites dans les Actes des Apôtres, des grou­pe­ments pré­mo­nas­tiques s’installent près des églises locales. Des soli­taires, comme Antoine pré­sen­té comme le Père des moines, s’établissent aux limites d’un vil­lage, puis s’enfoncent dans le désert. 

Une parole des pre­miers moines rap­porte qu’ils recon­naissent com­bien cer­tains laïcs d’Alexandrie, et même des pros­ti­tuées, sont plus proches du cœur de Dieu qu’eux-mêmes, ermites et soli­taires du désert.  Moines et laïcs, laïcs et moines, nous sommes tous habi­tés par une soif inté­rieure qui nous attire vers l’infini de Dieu, dans la beau­té de la créa­tion, par son Fils bien-aimé, che­min, véri­té et vie, dans une ouver­ture à la fra­ter­ni­té habi­tée par le souffle de l’Esprit.

  • Silence et célé­bra­tions litur­giques

Toute tra­di­tion monas­tique s’inscrit dans des valeurs. La nôtre, béné­dic­tine, est habi­tée par le silence, la prière conti­nuelle. Nos jour­nées sont ryth­mées par des offices de prière qui entrent dans le cycle litur­gique de l’Eglise. La vie quo­ti­dienne s’éclaire dif­fé­rem­ment en médi­tant le temps de l’Avent, de Noël, du Carême, de Pâques, de la Pentecôte. Ce cycle de la litur­gie n’est pas fer­mé sur lui-même. Il est tour­né vers le but de notre vie. Elle est orien­tée par le Venue du Royaume de Dieu. Notre navire est por­té par le souffle des vents et des vagues vers le rivage éter­nel où le Seigneur nous attend. Mais regar­dons le par­cours de cette année 2018–2019.

Durant cette année, avec nos amis laïcs et la com­mu­nau­té, des confé­rences, des concerts, des ate­liers sont pro­po­sés qui vien­dront ren­for­cer nos cœurs et nos esprits dans l’esprit du temps litur­gique que nous vivons. Cécile Nève a bien vou­lu coor­don­ner avec nous les concerts et les confé­rences qui, eux aus­si, s’inscrivent dans ces moments de grâce que sont Noël, Pâques, la Pentecôte.  

Voici quelques dates à rete­nir :

  • Le same­di 1er décembre à 20h. Des textes poé­tiques adap­tés à l’Avent sont réci­tés par Bruno Georis accom­pa­gné d’une vio­lon­cel­liste.

  • Le 14 décembre à 20h, l’ensemble Silbermann, sous la direc­tion de Bernard Woltèche, don­ne­ra un concert pour l’Avent et les Vêpres de Noël

  • Le same­di 9 mars 2019 à 16h30. Le P. François Déhotte, moine de Wavreumont, pré­sente une entrée en Carême dans la tra­di­tion béné­dic­tine avec ce titre un peu pro­vo­ca­teur « Jérémie était-il béné­dic­tin ? »

  • Le ven­dre­di 29 mars à 20h, l’ensemble Ceremony Music pré­sen­te­ra « des musiques pour le temps du Carême » de Pergolèse et Bach.

  • Dans la Semaine Sainte (le jeu­di 18 et le same­di 20 avril à 10h30, deux cau­se­ries seront don­nées par le P. Bernard Pottier, s.j., pro­fes­seur à l’IET.

  • Le 24 mai, un concert sous la direc­tion de Jörg-Peter Mittmann pré­sen­te­ra des mor­ceaux de dif­fé­rents com­po­si­teurs sur « La Lumière, musiques pour le temps de Pentecôte.

  • Le same­di 8 juin, veille de Pentecôte, la Sœur Marie-Raphaëlle de Hemptinne d’Hurtebise don­ne­ra à 16h30 une confé­rence sur « la plé­ni­tude du bap­tême ». qui sera sui­vie du repas et des Vigiles.

  • Nos soli­da­ri­tés naissent dans le quo­ti­dien et dans la durée

Au risque d’oublier nombre de ser­vices qui nous sont ren­dus, ce m’est une joie d’évoquer et de remer­cier les amis du monas­tère qui assument une aide pré­cieuse dans dif­fé­rents sec­teurs.

  • Les infos de Clerlande signa­lant les acti­vi­tés et les nou­velles du Monastère qui en sont au numé­ro 89 le 30 sep­tembre de cette année. C’est le frère Yves Leclef, Philippe Roukens et Olivier Parion qui assument ce ser­vice depuis bien des années. Dans ce numé­ro est repris un texte de notre site inter­net : « Dans cette com­mu­nion de Clerlande, nous appe­lons ain­si tous ceux qui forment le réseau très diver­si­fié des amis de Clerlande : habi­tués de l’eucharistie du dimanche ou de semaine, béné­voles pour sou­te­nir les acti­vi­tés du monas­tère, en par­ti­cu­lier au maga­sin « le jar­din des moines », par­ti­ci­pants à nos ate­liers, hôtes venant par­ta­ger notre vie, per­sonnes et groupes en lien avec la com­mu­nau­té ou l’un et l’autre frère…Ils forment tous une constel­la­tion qui illustre le rayon­ne­ment de Clerlande et qui l’assure en même temps comme un élar­gis­se­ment de la com­mu­nau­té qui béné­fi­cie de la sorte du sou­tien d’amis fidèles, dans le par­tage de pré­cieuses col­la­bo­ra­tions ».

  • Thierry Donck, pré­sident de l’Alliance pour un Développement Durable porte avec nous le sou­ci de notre fon­da­tion de Mambré. Il est assis­té de Didier et Brigitte Oger qui par­ti­ront ce lun­di dans notre fon­da­tion de Mambré, à Kinshasa pour coor­don­ner et sou­te­nir l’Ecole Primaire (455 élèves) et Secondaire (340 élèves actuel­le­ment). Nous étions à 1000 élèves. Les frais de paie­ment des pro­fes­seurs ont hélas réduits ce nombre.

Paul de Deco et d’autres dans l’assemblée géné­rale d’ADD com­plètent ce groupe. Nous aidons aus­si des pro­jets fémi­nins des Bénédictines au Tchad, en RDC, en Inde.

  • Réorganisée par Paul Hercot et le frère Emmanuel, la pré­sen­ta­tion du maga­sin et le choix des livres ont été revus. L’ouverture se fait après ce lan­ce­ment de l’année. Le maga­sin Jardin des moines n’existerait pas sans l’assistance béné­vole de nom­breux laïcs qui me com­pren­dront de ne pas énu­mé­rer leurs noms. Merci au frère Emmanuel sans oublier le frère Bernard et à tous ceux qui s’y dévouent pour que ce centre nour­risse notre vie spi­ri­tuelle et conforte aus­si nos corps ! Merci à Charles Millet pour la réa­li­sa­tion du plan incli­né d’accès et à Chantal Roukens pour l’étalage et la déco­ra­tion.

  • La cho­rale qui porte nos chants le dimanche est animée par le frère Grégoire et Philippe Grévisse qui le sup­plée. Ils viennent plus tôt pour répé­ter fidè­le­ment les chants de nos célé­bra­tions.

  • Depuis 1980, les Oblats de Clerlande se réunissent régu­liè­re­ment autour de la Règle de saint Benoît. Charles Van Leeuw rentre d’un ras­sem­ble­ment inter­na­tio­nal des Oblats qui s’est dérou­lé aux USA.

  • Depuis un an et demi, la fra­ter­ni­té de Clerlande anime cinq à six « dimanches autre­ment ». Cette année, elle est conduite par Philippe Grévisse et Dominique. Elle a aus­si réorga­ni­sé l’hôtellerie de Clerlande depuis l’accroc de san­té du frère Grégoire. Ce sont France Anciaux, Pascale Petit et Christian Dellicour qui ont infor­ma­ti­sé les ins­crip­tions des hôtes. Nous les remer­cions vive­ment pour la qua­li­té de leur tra­vail qui exige écoute, com­pé­tence, patience et du temps. Ils viennent de renon­cer à cette lourde charge.

L’hôtellerie sera reprise début novembre par le frère Reggie assis­té du frère Emmanuel, Roméo et deux de nos hôtes fidèles. Celles-ci sou­tiennent aus­si le frère Matthieu pour pétrir et cuire la pâte du pain eucha­ris­tique.

  • Je ne vais pas énumérer les nom­breux groupes qui se réunissent chez nous, par­fois depuis plus de 50 ans comme le « groupe Hallet » avec le frère Pierre, le groupe œcu­mé­nique avec les frères François et Damien et tant d’autres ren­contres qui se déroulent chez nous.

  • Les jour­nées de médi­ta­tion Zen Rinzaï. Elles ont lieu le 2ème same­di de chaque mois avec quelques variantes notées dans le pro­gramme des Ateliers.

  • Un mois, trois mois, un an avec les moines : le monas­tère de Clerlande est ouvert à des cher­cheurs, tra­vailleurs, étu­diants qui veulent faire l’expérience d’un temps de recul, de prière et de silence. Ils prennent contact avec le Père Martin, le prieur.

  • Dans le quo­ti­dien de l’année nouvelle, des confé­rences, indé­pen­dantes du cycle litur­gique sont pro­po­sées.

  • « Les pierres nous parlent ». C’est une des spé­cia­li­tés de notre frère Pierre de Béthune pré­sen­tant des pierres et des fos­siles de l’histoire de notre pla­nète et de l’humanité. Ce sera le 21 novembre à 20h.

  • « Aux sources du mona­chisme ». J’évoquerai, le 16 jan­vier 2019 à 20h com­bien les tra­di­tions monas­tiques remontent à la nuit des temps depuis l’Inde, qu’elles sont une com­po­sante essen­tielle de tout être humain, un arché­type et je déve­lop­pe­rai quelques valeurs fon­da­men­tales qui habitent les moines chré­tiens.

  • Rencontrer nos Frères Musulmans. Conférence de Philippe de Briey et Isabelle Eliat-Serck, le mer­cre­di 6 février 2019 à 20 h. Plus de détail dans le Programme.

  • La ren­contre entre les reli­gions aujourd’hui consti­tue­ra une confé­rence riche du frère Pierre de Béthune, le 20 février à 20h.

  • Nous accueillons aus­si à l’hôtellerie le 30 avril 2019, une cin­quan­taine de jeunes de LLN qui vont à la décou­verte d’un Monastère, en l’occurrence Clerlande, y passe la nuit et vont décou­vrir la Mosquée le len­de­main. C’est un beau pèle­ri­nage à la ren­contre de l’autre, du Tout Autre.

Voilà l’essentiel de nos pers­pec­tives. L’année 2018–2019 est riche, cen­trée sur l’accueil, la ren­contre de l’autre, le res­pect, le par­tage de ce qui habite notre être pro­fond, notre vie com­mune. Je vous remer­cie de votre écoute.

Frère Martin,  Prieur.

Supplément au n° 90 de Clerlande Infos du 28 octobre 2018

1

Armand VEILLEUX, Vie de saint Pacôme, 1984, p. 7 (extraits).

à lire aussi