24è dimanche T.0. ( C )

15 sep­tembre 2019

24è dimanche T.0. ( C )

« Jai per­du quelque chose ! » Je sup­pose que vous connais­sez bien le sen­ti­ment désa­gréable lié à la perte de quelque chose à quoi nous tenons ou dont nous avons un urgent besoin. Je ne suis pas à l’aise tant que je n’ai pas retrou­vé cet objet et, en plus, mille hypo­thèse me tra­versent l’esprit : oubli, dis­trac­tion, perte de mémoire, mal­veillance, vol etc.… Et puis quand il réap­pa­rait, quel sou­la­ge­ment, quelle joie d’avoir de nou­veau sous la main ce qui était per­du.

Aujourd’hui, dans l’évangile, il s’agit d’un objet, d’un ani­mal et enfin d’un être humain, un fils. Dans les deux pre­mières para­boles on cherche, on cherche jusqu’à ce qu’on trouve ; dans la troi­sième, on attend, on attend, jusqu’à ce que l’être aimé revienne. Laissons le ber­ger et la femme à la joie des retrou­vailles et venons-en au fils per­du. Ce jeune homme, avide d’indépendance, prend le large, mène la grande vie, dis­sipe son patri­moine en vivant « aso­toos » : ce mot grec évoque une vie misé­rable, qui ne peut être sau­vée : et le voi­là dans la gêne contraint à la déchéance.

Lire la suite

23è Dimanche TO ( C )

23è Dimanche TO ( C )

Dimanche 8 sep­tembre 2019
Luc 25 14–33

Introduction

Mes sœurs, mes frères, chaque moment de nos vies appelle au dis­cer­ne­ment. C’est vrai dans le quo­ti­dien autour de nous, mais aus­si dans les évè­ne­ments sociaux et poli­tiques plus graves. Les exemples foi­sonnent si nous ouvrons la T.V. un por­table, un jour­nal. Je n’évoquerai pas le Brexit, mais la misère au Venezuela et en Afrique, les mala­dies comme Ebola et les consé­quences des cyclones aux Bahamas et aux USA.
La ques­tion que l’Evangile nous pose ce dimanche c’est non seule­ment le dis­cer­ne­ment, mais l’engagement qui doit être le nôtre et en mesu­rer le prix. Le Christ nous a mon­tré l’exemple en nous aimant jusqu’au bout et en don­nant sa vie par amour.
Que ce dimanche soit pour nous un appel à lais­ser le Christ gran­dir en cha­cun de nous, dans nos familles et nos com­mu­nau­tés dans la prière et dans l’action. Au début de cette célé­bra­tion, recon­nais­sons notre fai­blesse et tournons-nous vers Celui qui est misé­ri­corde, dou­ceur et humi­li­té.

Lire la suite

Vous avez reçu gratuitement ; donnez gratuitement

22ème dimanche C

Vous avez reçu gra­tui­te­ment ; don­nez gra­tui­te­ment

(Luc 14, 1, 7–14)

Une fois de plus, l’évangile nous montre Jésus à table. Vous savez qu’il y est sou­vent ques­tion de repas, de ban­quets de noces à Cana, de fes­tins pour le retour du Prodigue, de table accueillante chez des amis, mais aus­si de pique­nique sur les col­lines, les miettes de la table des enfants que la pauvre Syro-Phénicienne ramasse, et sur­tout de ce repas d’adieu, la ‘Dernière Cène’ que nous évo­quons en ce moment par l’eucharistie. Et n’oublions pas non plus la table d’Emmaüs et les autres repas pris avec les dis­ciples après sa résur­rec­tion dont l’évangéliste Luc aime par­ler (cfr. Ac 1, 4). On pour­rait encore évo­quer le ‘ban­quet escha­to­lo­gique’ où « beau­coup vien­dront du levant et du cou­chant prendre place au fes­tin avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des cieux ». Oui, les repas sont impor­tants dans la vie de Jésus, et il y est tou­jours atten­tif à ce qui se passe : pour­quoi un notable l’invite, com­ment une femme connue dans la ville peut y entrer, com­ment Marthe s’affaire trop au détri­ment de l’échange ami­cal, la joie du publi­cain Lévi, mais aus­si, comme dans l’évangile d’aujourd’hui, la façon dont les invi­tés choi­sissent leur place.

Lire la suite