5è dimanche de Pâques ©.24 avril 2016

Prière universelle :

1. Il peut arri­ver que des per­sonnes nous aient offen­sés
par des paroles mal­veillantes ou des gestes désa­gréables.
Et si c’était nous qui avions déclen­ché cette mal­veillance
par des paroles ou des atti­tudes irres­pec­tueuses ?
Dieu notre Père, qui sondes les reins et les cœurs,
accorde-nous la grâce de la clair­voyance sur nous-mêmes,
et la joie, quand c’est pos­sible, de la récon­ci­lia­tion.

2. En Europe en tous cas, l’Eglise se voit invi­tée
à se reti­rer dans les sacris­ties de la vie pri­vée,
et même har­ce­lée par cer­taines voix de la laï­ci­té.
Et si c’é­tait les com­mu­nau­tés chré­tiennes qui,
dans un pas­sé encore récent, avaient fait preuve
d’intolérance ou d’irrespect à l’égard des consciences ?
Dieu notre Père, toi qui pro­meus la liber­té de tes enfants,
accorde-nous la lumière d’une humi­li­té sin­cère
et le cou­rage de tendre la main à « nos frères rebelles ».

3. Dans cette assem­blée de prière,
sous le regard du Crucifié qui a par­don­né à ses bour­reaux
car « ils ne savaient pas ce qu’ils fai­saient »,
avons-nous l’audace de nous poser la ques­tion
des atten­tats meur­triers signés d’un cer­tain Islam ?
Des rai­sons socio-politiques, assu­ré­ment,
ont créé des ran­coeurs tenaces et des révoltes sui­ci­daires
sou­vent chez des êtres fra­giles et déses­pé­rés.
Dieu notre Père, tu ne cesses de souf­frir
des puis­sances du Mal qui déchirent
l’unité de la famille uni­ver­selle de tes enfants,
et tu ne juges ni ne condamnes aucun d’entre eux.
Et si cer­tains nous donnent la peur et les pleurs,
aide-nous à ne pas leur don­ner la haine.

4. Dans ces sen­ti­ments que ton Esprit éveille en nous,
Dieu notre Père, nous osons pré­sen­ter nos offrandes
sur l’autel de ton Christ, où il se livre Corps et Sang
pour la récon­ci­lia­tion de ses sœurs et frères en huma­ni­té.
Ainsi devons-nous faire en mémo­rial de Lui.
Nous sommes heu­reux de ce que tu aies besoin de nous
pour qu’advienne ton uni­ver­sel royaume de misé­ri­corde.
Garde-nous dans ce bon­heur.

Prière universelle du 4ème dimanche de Pâques

dimanche 17 avril 2016. 4e de Pâques ©

  1. Nous remet­tons entre les mains du Christ notre divin Berger
    la semaine qui vient de s’achever,
    avec son poids de tra­vaux, d’épreuves et d’infidélités,
    avec son lot de joies, de ren­contres et de décou­vertes.
    Que, par notre assem­blée de prière,
    Jésus renou­velle notre confiance en lui.
  1. Nous dépo­sons entre les mains du divin Pasteur des peuples
    tous ceux qui gisent dans l’ombre,
    vic­times de la guerre, de la famine, de l’humiliation,
    les exi­lés, les exclus, les sans-domicile, les sans-amis.
    Que, grâce à notre amour de cha­ri­té ici ral­lu­mé,
    jésus trouve en nous des témoins de l’Espérance.
  1. Nous confions au Christ le divin Berger des verts pâtu­rages,
    tous les lieux où, secrè­te­ment et sans bruit,
    d’humbles mer­veilles s’accomplissent quo­ti­dien­ne­ment :
    les nais­sances et la pure­té des nouveaux-nés,
    le bon­heur de leurs parents, la séré­ni­té des vieillards,
    l’accompagnement des mou­rants et la conso­la­tion des proches,
    le sur­saut des époux fati­gués, le retour des enfants pro­digues.
    Que, grâce à tant d’amour don­né, reçu, par­ta­gé,
    Jésus puisse nous convaincre
    de le suivre encore, et tou­jours, et jusqu’au bout.
  1. Nous confions à la vigi­lance misé­ri­cor­dieuse du Christ-Pasteur
    tous ceux et celles, chez nous et au loin,
    qui assument des res­pon­sa­bi­li­tés
    de guides et de déci­deurs
    pour des popu­la­tions d’une région, d’un pays,
    de l’Europe ou de vastes conti­nents.
    Que Jésus qui a don­né sa vie pour le salut de la mul­ti­tude,
    ins­pire aux grands de ce monde
    les che­mins de la jus­tice et de la paix,
    dans le sou­ci des petits et le res­pect de la digni­té humaine.
  1. Nous nous confions, cha­cun, cha­cune, et tous ensemble,
    au Christ qui nous appelle à être des ber­gers
    les uns pour les autres, dans nos épreuves et nos espoirs.

    Qu’il fasse de ses frères et sœurs chré­tiens
    un peuple saint et sacer­do­tal
    par l’intercession et l’amour de cha­ri­té.
    Jésus nous connaît et son amour nous conduit
    sur les che­mins d’éternité.
    Puissions-nous y entraî­ner nos contem­po­rains
    dans la véri­té et l’honnêteté.

fr. Dieudonné

.

dimanche 10 avril 2016

Prière universelle du dimanche 10 avril 2016.

Après la croix du Golgotha,
les apôtre retour­nèrent à leurs filets de pêche,
mais Jésus le Vivant les atten­dit sur le rivage ;
les dis­ciples ren­trèrent chez eux à Emmaüs,
mais Jésus le Vivant les rat­tra­pa sur la route.

Seigneur, com­bien de fois n’avons-nous pas été ten­tés
d’abandonner le com­bat de la foi,
et de dou­ter de la véri­té de l’Espérance !
Mais tou­jours, tu es venu frap­per à la porte,
et aujourd’hui nous sommes ici avec toi, et toi avec nous.
Nous t’en ren­dons grâce, et nous nous confions à ta fidé­li­té.

Après des échecs ou des décep­tions
dans nos rela­tions d’amour ou d’amitié,
peut-être nous sommes-nous enfer­més dans le « quant-à-soi »,
la tris­tesse, voire l’ironie.

Mais voi­ci que tu t’es pré­sen­té sous les traits
d’un mal­heu­reux dont le regard nous ques­tion­na :
« M’aimes-tu ? » — Et nous avons été gué­ris de la soli­tude.
Nous t’en ren­dons grâce, Jésus. Garde-nous dans ce bon­heur.

Selon le désir du Christ, son Église est un peuple de pas­teurs
au ser­vice les uns des autres
et du monde en ses péri­phé­ries les plus loin­taines.
Evêques, prêtres, diacres, reli­gieuses, reli­gieux,
et tous les bap­ti­sés, en un même sacer­doce du « don de soi ».

Seigneur Jésus, il RESTE URGENT de nous conver­tir,
de quit­ter nos sécu­ri­tés dog­ma­tiques et léga­listes,
à la recherche des hommes et des femmes
en attente d’une maison-portes-ouvertes,
d’une table sans pré­séance, et
d’une onc­tion de ten­dresse.
Nous te ren­dons grâce de nous avoir mis en route à ta suite.
Garde-nous dans le vent de l’Esprit.

Nous voi­ci, en ce lieu sacré, comme sur une presqu’île,
éloi­gnés mais non cou­pés du rivage
que bien­tôt nous retrou­ve­rons,
une socié­té secouée par d’énormes pro­blèmes
de vio­lence et de men­songe,
alors qu’ici tout n’est que paix et lumière.
Nos inter­ces­sions sont auda­cieuses, Seigneur Jésus :
elles sont les tiennes auprès de ton Père.
Nous te ren­dons grâce pour cette belle res­pon­sa­bi­li­té.
Puissent nos lèvres expri­mer ce que nous dictent nos cœurs.
Puissent nos cœurs se mettre au dia­pa­son de nos chants.​

fr. Dieudonné