Paroles au fil du temps N°56 : Apprendre à dialoguer

Echos d’un sémi­naire orga­ni­sé à Clerlande durant l’automne 2014
Fr. Pierre‐François de Béthune et les membres de cet ate­lier.

Depuis le pre­mier sou­rire à notre maman, et, espérons‐le, jusqu’à la main ser­rée par une per­sonne aimée, sur notre lit de mort, notre vie est toute entière dia­logue.
Mais il n’est pas facile d’entretenir un tel contact intense, tout au long de nos années, et en toutes les cir­cons­tances que nous devons affron­ter. Il nous faut tou­jours apprendre à dia­lo­guer.
En dia­lo­guant entre nous à ce sujet, au cours de ce sémi­naire, nous avons pu nous entrai­der.
Les inter­ven­tions per­son­nelles de cha­cun ont per­mis de ras­sem­bler de nom­breuses expé­riences. Dans ce recueil j’ai ten­té de les regrou­per dans un cer­tain ordre logique.

Disponible à l’entrée du Monastère et au “Jardin des Moines” (1.5€)

Billets apparentés

A la ren­contre des reli­gions de Pierre‐François de Béthune pré­face de Dennis Gira Ed. Bayard , Montrouge (Hauts‐de‐Seine) col­lec­tion Spiritualité , (sep­tembre 2015) Un m…

Trésors de Côte d’Ivoire : aux sources des traditions artistiques

Les enjeux de cette publi­ca­tion consistent à mettre en lumière l’unité pro­fonde qui relie les peuples si divers de la Côte d’Ivoire et à mon­trer com­bien leurs cultures si variées trouvent leurs sources au coeur même du pays et au‐delà des fron­tières. La beau­té gran­diose et la force redou­table des sculp­tures parlent d’elles-mêmes et expriment la richesse éton­nante des Arts de la Côte d’Ivoire, qui dépasse ses fron­tières, mais trouve là un lieu d’expression excep­tion­nel. Le raf­fi­ne­ment des orfèvres akan a dépo­sé son empreinte sur la sculp­ture en bois et lui a don­né un raf­fi­ne­ment inéga­lé. Ce livre pré­sente un par­cours ini­tia­tique, réca­pi­tu­lant les grands moments cultu­rels de la Côte d’Ivoire et faci­li­tant la com­pré­hen­sion d’un monde cultu­rel si mul­tiple : cadre géo­gra­phique, popu­la­tion, pré­sen­ta­tion des don­nées his­to­riques (cartes, migra­tions), les signes sculp­tés les plus signi­fi­ca­tifs des cultures res­pec­tives, situés dans une pers­pec­tive esthé­tique de l’histoire de l’art et les tech­niques uti­li­sées (sculp­ture, orfè­vre­rie, pein­ture, poids à peser l’or, tis­sage.). Plus de deux cent cin­quante objets sont pré­sen­tés en pri­vi­lé­giant les oeuvres majeures de la grande sculp­ture en bois, l’orfèvrerie akan et ses terres cuites. Les conclu­sions sou­lignent le riche patri­moine de la Côte d’Ivoire qui se crée de nos jours et com­bien uni­té et diver­si­té se conjuguent sur le plan cultu­rel et natio­nal.

François Neyt

Fonds Mercator,  Décembre 2014

Jour de Pâques 2014. Lc 24, 13–35 : Les pèlerins d’Emmaus

Vous savez ce qui s’est pas­sé

Pierre dit cela, peu de temps après la mort de Jésus chez un offi­cier romain qui est le pre­mier païen deve­nu dis­ciple de Jésus. Tout le monde, dans ce petit pays, connais­sait l’aventure de Jésus et sa triste fin. Vous aus­si, aujourd’hui, vous savez tout cela. Nous savons tous que Jésus a pas­sé sa courte vie à faire du bien par tous ses actes et par les paroles inou­bliables qu’il nous a lais­sées. Nous savons aus­si qu’il a vite été éli­mi­né et qu’il a subi une mort atroce, cloué tout nu sur une croix. Toute cette semaine, nous nous sommes sou­ve­nus de ses souf­frances et de sa mort, et nous le rap­pe­lons encore en ce jour de Pâques. Il ne faut pas l’oublier, parce que c’est là qu’il nous a fait com­prendre qui est le Dieu que nous cher­chons, le Dieu que nous ques­tion­nons dans nos désar­rois, le Dieu que nous vou­drions bien aus­si à notre conve­nance, quitte à reje­ter les images que nous nous en sommes faites ou que nous avons reçues. Jésus en croix dit à la face du monde que Dieu est nu, exté­nué d’amour et de par­don, livré à nos liber­tés, Dieu inno­cent de notre mal et pour­tant frère de nos dou­leurs, infi­ni­ment confiant dans la puis­sance de l’amour, envers et contre tout. « Vous savez tout ce qui s’est pas­sé. » « Tu es bien le seul à ne pas savoir ce qui s’est pas­sé », disent les deux mar­cheurs tout tristes au com­pa­gnon encore incon­nu. S’il y en a un qui sait, c’est pour­tant bien lui. Où étaient‐ils, eux, pen­dant son pro­cès tru­qué et son exé­cu­tion, ces pauvres témoins regar­dant de loin ? Ils sont capables de dire tout ce qui fera plus tard notre Credo : Jésus, pro­phète puis­sant par ses actes et ses paroles, livré, condam­né, cru­ci­fié. Ils disent même qu’ils en sont au troi­sième jour, mais ils s’arrêtent là. Ce troi­sième jour est celui de leur départ. Même le témoi­gnage des femmes reve­nues du tom­beau vide ne les a pas rete­nus. « Et nous qui espé­rions… » C’est main­te­nant au pas­sé. Ce troi­sième jour est celui de la fin de leur espé­rance. Jésus les a lais­sé par­ler. Il les a même fait par­ler : « de quoi causiez‐vous donc tout en mar­chant ? » Il fal­lait qu’ils disent tout leur par­cours jusqu’à leur espé­rance morte. Il fal­lait qu’ils le lui disent, à lui, avant qu’il ne parle pour leur brû­ler le cœur. « Comme votre cœur est lent à croire.. » Voyez comme ils sont bien nos com­pa­gnons, ces deux‐là. Nos cœurs sont si sou­vent lents à croire, et nos esprits com­pli­qués. C’est le jour de Pâques, le troi­sième jour, mais croyez‐vous vrai­ment que Jésus est res­sus­ci­té ? Croyez‐vous en la résur­rec­tion de la chair ? Comment allez‐vous expli­quer cela à d’autres de manière intel‐ligente et intel­li­gible ? Car ceux qui nous tiennent des dis­cours très intel­li­gents ne sont pas for­cé­ment intel­li­gibles… Notre foi est pleine de ques­tions, qui sont légi­times parce qu’elles relèvent de notre culture, et nous devons bien sor­tir ces ques­tions, comme les deux dis­ciples, pour cher­cher nos réponses, et les cher­cher tou­jours dans notre tra­vail d’interprétation des Ecritures, comme Jésus lui‐même en a ouvert le sens avec eux. Nos pro­pos entre nous ne sont‐ils pas aus­si désa­bu­sés quand il s’agit de l’Eglise ? Et cela aus­si il faut le sor­tir, le dire. Ceux de ma géné­ra­tion pour­raient dire : nous avions tant espé­ré après le Concile… Et bien d’autres pour­raient dire leur trouble devant tous les scan­dales et les dys­fonc­tion­ne­ments si bien média­ti­sés et si mal affron­tés dans notre Eglise. « Ne fallait‐il pas ? » dit Jésus aux pèle­rins acca­blés. « Pourquoi faut‐il ? » disons‐nous. En véri­té, nous n’en finis­sons jamais de réa­li­ser que la mis­sion du Christ s’est humai­ne­ment ter­mi­née dans un lamen­table échec et qu’elle a pour­tant rebon­di avec une poi­gnée d’hommes crain­tifs et couards. Regardez qui nous sommes aujourd’hui, quelle belle assem­blée nous for­mons. Le mot Eglise signi­fie assem­blée, et non pas seule­ment les res­pon­sables à part. Nous sommes ici l’Eglise, des hommes et des femmes sans doute avec leurs fai­blesses, mais heu­reux d’être là ensemble pour fêter Pâques. C’est nous qui devons don­ner à voir et à entendre, et pas seule­ment nos évêques. Si les chré­tiens que nous sommes par­laient davan­tage, cela chan­ge­rait la donne. Mais nous ne le ferons pas seule­ment par nos réac­tions fébriles et éner­vées. Il nous faut reve­nir au cœur de notre foi, à la per­sonne de Jésus‐Christ, reprendre toute l’Ecriture comme il nous l’a appris et comme nous le fai­sons chaque jour ici, pour le connaître, le recon­naître à la brû­lure du cœur qui est la marque de sa pré­sence. Alors nous pou­vons dire sin­cè­re­ment et joyeu­se­ment : « C’est bien vrai, le Seigneur est res­sus­ci­té », il est vivant, et il nous donne à vivre. Et nous nous émer­veillons de sa pré­sence quand nous rom­pons le pain en rap­pe­lant sa mort. Nous sommes encore conviés, comme à chaque Pâque, à renou­ve­ler notre foi en lui, à nous enga­ger à nou­veau dans son com­bat pour l’amour contre la haine, pour le par­don contre la ven­geance, pour la bon­té et la beau­té contre le mal. Avec lui et avec tous les hommes et toutes les femmes de bonnes volon­té, nous vou­lons croire en ce monde que Dieu aime et sau­ver l’honneur de l’humanité. L’eau de notre bap­tême, renou­ve­lée ici cette nuit, va encore scel­ler notre foi et notre enga­ge­ment pour vivre et faire vivre.

fr. Bernard

illus­tra­tion : Le Souper à Emmaüs ou la Cène à Emmaüs, Le Caravage, vers 1601–1602, National GalleryLondres.

Billets apparentés

32è dimanche T.O. B 11 novembre 2018 32è dimanche T.O. B 1 R 17, 10–16 Deux femmes, deux veuves, toutes les deux avec peu de res­sources : une poi­gnée de farine, un p…
Homélie du 30e dimanche, année B. 2018 Dimanche 28 octobre 2018 Homélie du 30e dimanche, année B. 2018 Un homme assis au bord de la route. Ce pour­rait être un chô­meur, ou un vieillard dél…
Qui suis‐je ? 24è dimanche (B). 24 e dimanche B 2018 « Pour les gens, qui suis‐je ? » demande Jésus aux dis­ciples. (Mc 8, 27) Si cette ques­tion était posée aujourd’hui : qui est…

UN MONASTÈRE BÉNÉDICTIN A PROXIMITÉ DE LOUVAIN-LA-NEUVE ET D'OTTIGNIES