Archives par mot-clé : Bernard Poupard

3e dimanche de l’Avent A, 2019

3e dimanche de l’Avent A, 2019

15 décembre 2019

Mon mis­sel m’offre aujourd’hui cette émou­vante cita­tion d’Isaac de l’Etoile : « Les œuvres de puis­sance et les signes des miracles l’accompagnaient… A l’opposé, il y avait des mani­fes­ta­tions de fai­blesse. Et c’est ce contraste qu’il expri­mait briè­ve­ment dans sa réponse aux envoyés de Jean. Ainsi en est-il de moi aus­si, bien aimés : tout au long du che­min de ma vie, je traine avec moi le cor­tège de ce qui atteste mon salut, de ce qui le contre­dit, de ce qui approuve, de ce qui pro­teste, et nulle part je ne vais sans ces com­pa­gnons. »

Lire la suite

29e Dimanche du TO C. 2019

29e Dimanche du TO C. 2019

20 octobre 2019

« Il faut tou­jours prier sans se décou­ra­ger » dit St-Luc. Et il donne une para­bole éton­nante : un juge inique qui ne res­pecte pas Dieu et se moque des hommes, et une pauvre veuve qui lui casse la tête jusqu’à ce qu’elle obtienne jus­tice. Ce n’est pas une allé­go­rie que l’on pour­rait déchif­frer terme à terme : Dieu n’est pas ce juge inique mais nous, nous sommes bien comme cette pauvre veuve. Qui de nous n’a pas fait la triste expé­rience de prières de demande inlas­sa­ble­ment répé­tées et jamais encore exau­cées : la prière des parents pour un fils ou une fille qui s’égarent, la prière pour un frère ou une sœur acca­blés par le sort ou en proie à une trop lourde dépres­sion. Le monde est sub­mer­gé par le flot inces­sant de ces prières qui semblent déses­pé­ré­ment vaines.

Lire la suite

25è dimanche T.O. ( C )

22 sep­tembre 2019

25è dimanche T.O. ( C )

Am 8, 4–7
Lc 16, 1–13

« Faites-vous des amis avec l’argent trom­peur. »

Cette ami­tié ne sera-t-elle pas elle aus­si trom­peuse ? L’amitié peut-elle se vendre et s’acheter ? Avec l’argent, on ne se fait pas vrai­ment des amis, mais des obli­gés, ou des clients. Le frère qui est char­gé d’accueillir les qué­man­deurs sera sans doute accueilli lui-même par toute une escorte dans les demeures éter­nelles. Mais en atten­dant cet heu­reux dénoue­ment, il lui faut de l’argent pour aider ceux qui en manquent. Celui qui fait des lar­gesses n’est pas for­cé­ment celui qui dis­pose d’un bon compte en banque. Les pauvres savent mieux par­ta­ger que les riches.

« Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénon­cé parce qu’il gas­pillait ses biens ». Dans la Bible comme dans le Coran, le gérant c’est l’homme à qui Dieu a confié le jar­din de la terre pour le gar­der et le culti­ver. Mais nous le gas­pillons en épui­sant ses res­sources. Nous sommes aler­tés sur les dan­gers de ce gas­pillage, mais rien n’y fait. Nous avions voca­tion à être les ber­gers de la Terre, mais nous en sommes les mer­ce­naires. L’inspiration éco­lo­gique sou­te­nue par le Pape François veut pré­ser­ver notre mai­son com­mune, mais elle est encore bien loin de gagner la par­tie. Trop d’intérêts mer­can­tiles sont en jeu. Voilà le mot lâché : le mar­ché. C’est la puis­sance qui domine le monde. Les poli­tiques doivent s’y sou­mettre. Ils ne peuvent que ten­ter avec peine de le régu­ler. Il n’a pas de visage mais il est par­tout. Nous pour­rions relire notre page d’évangile en rem­pla­çant l’argent par le mar­ché.

Lire la suite