Archives par mot-clé : Bernard Poupard

Épiphanie 2019

Dimanche 6 jan­vier 2019

Épiphanie 2019

« Ton cœur fré­mi­ra et se dila­te­ra ».

Isaïe annon­çait à Jérusalem que les nations mar­che­raient vers elle. C’est donc un bon vieux rêve de pen­ser que ce sont les autres qui vien­dront vers nous. Il y a quelques années, les portes des églises arbo­raient cette belle affiche : « Venez voir ! ». On aurait bien pu mettre une autre affiche à l’intérieur : « Allez voir ! ». Jésus a bien répon­du aux deux dis­ciples de Jean qui lui deman­daient où il demeu­rait : « Venez voir ! ». Ils y sont allés, et ils sont demeu­rés près de lui ce jour‐là. Mais pas tou­jours. Ils sont vite allés dire aux autres qu’ils l’avaient trou­vé. « Venez voir » non pas nous, mais celui que nous avons trou­vé.

Lire la suite →

Billets apparentés

Homélie du 3è dimanche de l’Avent 2018. ( C ) Homélie du 16 décembre 2018 3e dimanche d’Avent 2018. ( C ) « Gaudete ! » C’est un dimanche de joie. Les lec­tures de ce jour nous adressent huit in…
32è dimanche T.O. B 11 novembre 2018 32è dimanche T.O. B 1 R 17, 10–16 Deux femmes, deux veuves, toutes les deux avec peu de res­sources : une poi­gnée de farine, un p…
Homélie du 30e dimanche, année B. 2018 Dimanche 28 octobre 2018 Homélie du 30e dimanche, année B. 2018 Un homme assis au bord de la route. Ce pour­rait être un chô­meur, ou un vieillard dél…

Homélie du 3è dimanche de l’Avent 2018. ( C )

Homélie du 16 décembre 2018

3e dimanche d’Avent 2018. ( C )

« Gaudete ! »

C’est un dimanche de joie. Les lec­tures de ce jour nous adressent huit invi­ta­tions à la joie. « Pousse des cris de joie, dit Sophonie, tres­saille d’allégresse ! » « Soyez tou­jours dans la joie » dit Paul, et il en rajoute : « Laissez‐moi vous le redire : soyez dans la joie ! »

La joie pourrait‐elle donc se com­man­der ? Nous ne sommes pas tou­jours dis­po­sés à nous réjouir sim­ple­ment parce qu’on nous le demande. Ceux qui sont dans la peine pour­raient bien s’en offus­quer. Et il faut don­ner une bonne rai­son pour invi­ter à la joie. Sophonie la donne : « Le Seigneur a repous­sé les enne­mis. Il est là, au milieu de vous, il veut vous renou­ve­ler par son amour, et il va dan­ser pour vous avec des cris de joie ». Paul donne la même rai­son de se réjouir : « Le Seigneur est proche ». Nous pou­vons entendre cette annonce de deux manières : il est proche parce qu’il va venir bien­tôt ; ou bien : il est là, à côté, tout proche.

Or nous sommes confron­tés à une réa­li­té toute contraire : le Seigneur n’est pas là, il est étran­ge­ment absent dans ces fêtes ; nos rues et nos bou­tiques ne nous accueillent même plus en nous sou­hai­tant joyeux Noël, mais de joyeuses fêtes. Les fêtes de quoi, de qui ? On l’a oublié, on a per­du la mémoire de celui qui est fêté. C’est la fête pour la fête, autant dire la fête de rien. Ces fêtes cha­leu­reuses sont donc aus­si trou­blantes parce qu’elles se sont vidées de leur sens. Et c’est dans cet oubli que nous sommes conviés à réveiller la mémoire. « Tenez en éveil la mémoire du Seigneur » dit Isaïe. Aurons‐nous encore l’audace de dire autour de nous, dans nos rues illu­mi­nées et nos maga­sins bien acha­lan­dés : « Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connais­sez pas, que vous ne connais­sez plus, que vous avez oublié. C’est pour­tant lui que vous fêtez sans plus le savoir. C’est sa nais­sance, nous disons : sa Nativité, qui vous est rap­pe­lée, et dans ce rap­pel il veut encore renaître par­mi vous, il veut que vous renais­siez vous aus­si avec lui, en lui. Alors, oui, vous pou­vez vous réjouir, tres­saillir de joie, car tout est en renais­sance. « Ne voyez‐vous pas, écri­vait Rilke, que tout ce qui arrive est tou­jours un com­men­ce­ment ? Ne pourrait‐ce pas être son com­men­ce­ment à lui ? Il est tant de beau­té dans tout ce qui com­mence. Soyez patient et de bonne volon­té. Le moins que nous puis­sions faire, c’est de ne pas plus lui résis­ter que la Terre au Printemps quand il vient. » En ce moment de l’année, il ne s’agit pas pour nous de ne pas résis­ter au prin­temps mais de consen­tir à l’hiver. Il y a tant de beau­tés à recueillir dou­ce­ment dans les jours plus courts et les nuits plus longues ; la cha­leur du foyer, les bou­gies allu­mées, le recueille­ment des arbres dénu­dés, la per­sis­tance tran­quille des pins. Il faut lais­ser dor­mir la Terre.

Mais ne lais­sons pas dor­mir la joie. Car ce n’est pas la joie pas­sa­gère d’un moment heu­reux, mais la joie d’être, la joie de l’être. Sainte Claire d’Assise priait ain­si : « Je te remer­cie, ô Dieu, de m’avoir créée ». Nous rece­vons chaque jour de Dieu la joie d’être. Jésus nous a don­né la plé­ni­tude de sa joie, sa joie d’être Fils de Dieu, de faire tou­jours la volon­té de son Père. « Je demeure en son amour, et je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit com­plète ». (Jn 15, 10–11)

La joie d’être, toute simple, enfan­tine, n’est donc pas la joie com­plète, ce n’est pas toute la joie, et heu­reu­se­ment, car autre­ment pour ceux qui sont en manque d’être, la joie serait tarie. Job en est l’incomparable témoin quand, sur son fumier, il mau­dit son être même : « Périsse, dit‐il, le jour qui me vit naître, et la nuit qui a dit : un gar­çon a été conçu ! ». C’est le même Job qui dit à la fin : « Je sais, moi, que mon Défenseur est vivant, que lui, le der­nier, se lève­ra sur la pous­sière, et dans ma chair je ver­rai Dieu. ». « Jésus nous a pro­mis le même pas­sage : « Vous êtes tristes main­te­nant, mais je vous ver­rai de nou­veau et votre cœur sera dans la joie, et votre joie, nul ne pour­ra vous la ravir ». (Jn 16, 22)

« Vous êtes tristes main­te­nant ». Cette parole est encore dite à ceux d’entre nous qui sont dans l’épreuve et qui peut‐être n’en aper­çoivent pas le bout. Peuvent‐ils entendre la suite : « votre tris­tesse se chan­ge­ra en joie » ? Ce n’est pas facile d’y croire quand on est acca­blé. Mais que nous don­ne­rait l’évangile s’il ne nous livrait pas une pro­messe de joie ? Dieu ne veut pas que la tris­tesse soit notre demeure. Jésus a le droit de nous pro­mettre la joie parce qu’il a connu l’agonie et la détresse. Il est là, dans nos tour­ments, non pas pour nous plaindre et gémir avec nous, mais pour nous mur­mu­rer dou­ce­ment : « Confiance ! J’ai tra­ver­sé la tem­pête avant toi, j’ai eu peur, j’ai crié. J’ai payé le droit de te dire : Confiance ! Une lumière brille­ra pour toi. Elle est déjà là, blot­tie en ton cœur comme une luciole. C’est moi qui la pro­tège des vents du monde. N’aie pas peur, sois sans crainte ! C’est ma charge d’apaiser les tem­pêtes. Dépose‐toi en moi. Mais laisse‐moi te redire : tout au fond de toi j’ai posé ma joie. Libère ma joie en toi.
Oui, laisse‐moi le redire : sois dans la joie, soyez dans la joie. Que ma joie soit en vous !

Fr. Bernard

Billets apparentés

Épiphanie 2019 Dimanche 6 jan­vier 2019 Épiphanie 2019 « Ton cœur fré­mi­ra et se dila­te­ra ». Isaïe annon­çait à Jérusalem que les nations mar­che­raient …
32è dimanche T.O. B 11 novembre 2018 32è dimanche T.O. B 1 R 17, 10–16 Deux femmes, deux veuves, toutes les deux avec peu de res­sources : une poi­gnée de farine, un p…
Homélie du 30e dimanche, année B. 2018 Dimanche 28 octobre 2018 Homélie du 30e dimanche, année B. 2018 Un homme assis au bord de la route. Ce pour­rait être un chô­meur, ou un vieillard dél…

32è dimanche T.O. B

11 novembre 2018

32è dimanche T.O. B

1 R 17, 10–16

Deux femmes, deux veuves, toutes les deux avec peu de res­sources : une poi­gnée de farine, un peu d’huile, deux pié­cettes. Le maitre mot de ces textes est le peu. Des gens de peu avec peu de choses. Nous avons une jolie chan­son que je ne vais pas vous chan­ter mais quand même vous lire :

« Les gens de peu n’ont rien à perdre
ils n’ont jamais rien pos­sé­dé
et le peu qu’ils auront gagné
ils savent encore le par­ta­ger. »

Billets apparentés

Épiphanie 2019 Dimanche 6 jan­vier 2019 Épiphanie 2019 « Ton cœur fré­mi­ra et se dila­te­ra ». Isaïe annon­çait à Jérusalem que les nations mar­che­raient …
Homélie du 3è dimanche de l’Avent 2018. ( C ) Homélie du 16 décembre 2018 3e dimanche d’Avent 2018. ( C ) « Gaudete ! » C’est un dimanche de joie. Les lec­tures de ce jour nous adressent huit in…
Homélie du 30e dimanche, année B. 2018 Dimanche 28 octobre 2018 Homélie du 30e dimanche, année B. 2018 Un homme assis au bord de la route. Ce pour­rait être un chô­meur, ou un vieillard dél…