Archives par mot-clé : François Neyt

Marc, 10, 2–16 : 27ème dimanche du temps ordinaire

Introduction

Ce dimanche s’ouvre à Rome le synode sur « la voca­tion et la mis­sion de la famille dans l’Eglise et dans le monde contem­po­rain ». C’est aus­si la fête de saint François, fête du Pape et de tous ceux qui portent le nom du pove­rel­lo d’Assise.
Nous ne sommes pas venus dans cette cha­pelle pour entrer dans les enjeux et les débats du synode, mais pour regar­der nos vies per­son­nelles, prier et sou­te­nir ceux et celles qui souffrent de la situa­tion pré­sente. C’est un temps pour défaire les nœuds concer­nant les divor­cés rema­riés et la morale sexuelle. C’est le temps de sor­tir des caté­go­ries du défen­du et du per­mis. C’est le temps de trou­ver un autre lan­gage, d’associer les peuple de Dieu aux réflexions des évêques.
Au début de cette célé­bra­tion, prions pour mieux rejoindre nos familles dans le concret de leur exis­tence. N’oublions pas non plus les émi­grés dont les familles sont divi­sées d’une autre manière, des familles pauvres dans la rue, des vio­lences qui se mul­ti­plient dans cer­taines régions du globe.
Qu’une misé­ri­corde évan­gé­lique nous habite et nous trans­forme en nous tour­nant vers Celui qui est doux et humble de cœur.

Homélie (Marc, 10, 2–16)

Qui veut mettre Jésus à l’épreuve doit savoir qu’il ne s’écartera pas de la mis­sion que lui est confiée par son Père. Interpellé par des pha­ri­siens, Jésus ren­voie ces contra­dic­teurs au deuxième récit de la Genèse. Dans le pre­mier, Dieu crée Adam. Adam, c’est en hébreu le ter­rien, l’humain, mâle et femelle à la fois. L’humain est là, seul dans le para­dis, et Dieu trouve qu’il n’est pas bon que l’humain soit seul. Mais dans toute la créa­tion, vous l’avez enten­du, ce der­nier ne trouve aucune aide qui lui cor­res­ponde.

Aussi, dans le deuxième récit, repris par Jésus, Dieu fait tom­ber une tor­peur sur l’humain. Le mot grec est exs­ta­sis, Extase ou tor­peur, il dort. L’Adam, l’humain, cherche l’autre, l’être qui parle. L’autre qu’il désire n’est pas là. Il ne le trouve pas dans les autres créa­tures ani­males. Il cherche au plus pro­fond de son être, dans son âme, à la nais­sance même de son désir, en son pro­fond som­meil. Ce che­min vers ce qu’il désire et qui n’est pas encore, écrit Marie Balmarie, c’est cette tor­peur, cette extase.

Dieu prend une côte d’Adam et sous elle referme la chair. Il façonne une femme (Gen. 2.22) et l’amène à Adam qui s’écrie : « Pour le coup, c’est l’os de mes os et la chair de ma chair ! Celle–ci sera appe­lée femme, car elle fut tirée de l’homme, celle‐ci ». Trois mots‐clés en hébreux pour com­prendre ce récit : Adam, qui vient d’Adamah, la terre, la pous­sière : c’est l’humain ; Isha, la femme ; Ish l’homme.

Dans la Bible, c’est le mot femme, isha, qui sur­git le pre­mier. Elle est créée à par­tir de l’humain qui désire l’autre dans son som­meil le plus pro­fond. Ce n’est pas du men­tal de l’homme que la femme est tirée, mais de son côté. Lieu du cœur, lieu du manque quand on aime, ce vide dans la poi­trine. C’est alors que l’homme parle : « cette fois‐ci, celle‐ci est l’os de mes os ; la chair de ma chair ». Elle est tirée de sa propre sub­stance. Elle est née d’un désir plus pro­fond que celui de la sexua­li­té.

Elle n’est pas son double, sa pro­prié­té, mais l’Autre : pos­si­bi­li­té d’être soi, pos­si­bi­li­té d’accueillir l’autre. Deux en une seule chair ; le res­pect dans la dif­fé­rence. Dans cette matu­ra­tion de l’homme et de la femme, cette créa­tion au sein de l’Eden, du Paradis, il y a un inter­dit (celui de se mettre au centre du cercle). En fait, il s’agit moins d’un inter­dit que la source du bon­heur pour que cha­cun croisse dans le dia­logue, la com­mu­nion, ce désir. C’est le grand voyage de la vie vers soi, vers l’autre, vers le bon­heur.

Confron­té au léga­lisme des pha­ri­siens, Jésus énonce le com­man­de­ment de Dieu selon lequel l’homme ne doit pas défaire ce que Dieu a uni. Comparée à l’histoire des reli­gions, la mono­ga­mie se pré­sente comme une spé­ci­fi­ci­té chris­tique. C’est un mar­queur iden­ti­taire des pre­miers chré­tiens et les trois évan­giles en parlent : deux fois chez Marc et Matthieu, une fois chez St Luc. En outre, St Paul com­pare le mariage à une alliance entre Dieu et son Eglise. L’orientation de Jésus est claire : le mariage, fon­dé sur une volon­té créa­trice de Dieu devient chez Jésus « pour le meilleur et le pire » un che­min de conver­sion, un guide condui­sant au royaume de la liber­té, pro­fon­dé­ment enra­ci­né dans la Genèse.
Jésus ravive le sérieux, la gra­vi­tas du lien conju­gal qui tend de nos jours à être si for­te­ment contes­té par nos mœurs. Jésus sou­ligne qu’il en va de l’humanité créée à l’image de Dieu.

Baptisés dans la mort et la résur­rec­tion du Christ, nous sommes appe­lés à notre tour, à gran­dir dans la voca­tion qui est la nôtre. Le mariage reçu comme une voca­tion est un lieu de trans­for­ma­tion, de sain­te­té quo­ti­dienne fon­dé sur le bap­tême. Et tout au long de l’histoire, l’Eglise catho­lique a défen­du le prin­cipe de l’indissolubilité sou­vent démen­tie par la pra­tique des mœurs.

Jésus ne se situe pas sur un plan léga­liste. Il parle autre­ment : dans une visée de l’humain selon le pro­jet de Dieu, dans une nou­velle pers­pec­tive anthro­po­lo­gique. Or pré­ci­sé­ment, nous vivons de nos jours un ébran­le­ment anthro­po­lo­gique, un pro­ces­sus qui bou­le­verse les ins­ti­tu­tions et les per­sonnes.

Le mys­tère pas­cal, de mort et de résur­rec­tion ne devrait pas appa­raître comme un échec dans le monde contem­po­rain là où des couples chré­tiens font l’expérience de la déchi­rure et trouvent dans une nou­velle union cet amour indé­fec­tible et authen­tique. L’être humain dans sa liber­té cap­tive, résiste à un enga­ge­ment pour toute une vie qui ne cesse de s’allonger et sou­vent oppose à la fidé­li­té pour la vie, l’idéal de fidé­li­tés suc­ces­sives.

Des voix se mul­ti­plient dans l’Eglise catho­lique en faveur de cette recon­nais­sance. Deux clés évan­gé­liques nous sont offertes : le bap­tême lié à la mort et à la résur­rec­tion du Christ mais aus­si, le par­don, la jus­tice et la com­pas­sion.

Le Pape François invite l’Eglise à revi­si­ter, à redé­cou­vrir la réa­li­té inson­dable de la misé­ri­corde. C’est le che­min d’une fidé­li­té vraie à l’Evangile. Que l’Eglise montre le che­min d’une ima­gi­na­tion évan­gé­lique. Laissons Dieu être Dieu et recon­nais­sons nos pauvres limites humaines face à l’amour de Jésus Christ qui est venu allu­mer un feu sur terre et comme il vou­drait qu’il brûle.

Ce feu, ali­men­té par l’écoute docile de l’Esprit Saint conduit cha­cun et cha­cune d’entre nous à ce mys­tère de mort et de résur­rec­tion pour abou­tir à la cha­ri­té, l’agapè, l’amour qui sur­passe tout. Dès notre bap­tême jusqu’à notre mort, nous sommes sur ce che­min d’amour qu’il faut tou­jours décou­vrir et chaque eucha­ris­tie est notre nour­ri­ture pour suivre Celui qui nous montre le che­min par sa parole et ses actes et qui offre à son Père notre amour et nos limites per­son­nelles.

P. Martin

illus­tra­tion : La créa­tion dEve, Michel-Ange 1509‐10. Fresque, 170 x260 cm. Vatican, Chapelle Sixtine

Billets apparentés

Pentecôte 2019 Dimanche 9 juin 2019 Pentecôte 2019 Je me sou­viens de l’enseignement du P. Romain divi­sant l’histoire de l’humanité en trois périodes : l’âge du Pèr…
Vigile Pascale Dimanche 21 avril 2019 Vigile Pascale Mes sœurs, mes frères, En cette nuit très sainte nous veillons encore, atten­dant ce matin lumi­neux où l’aur…
1er dimanche de Carême 2019 10 mars 2019 1er dimanche de carême, année C Introduction Mes sœurs, mes frères, Sur le che­min qui mène aux fêtes de Pâques, l’Eglise s’unit cha­qu…

30/09/2015 : Trésors de Côte d’Ivoire, Aux sources des traditions artistiques

Mercredi 30 sep­tembre 2015, à 20h15

« TRÉSORS DE CÔTE D’IVOIRE, AUX SOURCES DES TRADITIONS ARTISTIQUES »

Par le P. Martin‐François Neyt

Mettre en lumière l’unité pro­fonde qui relie les peuples si divers de la Côte d’Ivoire et mon­trer com­bien leurs cultures variées trouvent leur source au coeur même du pays et au‐delà des fron­tières.

La beau­té gran­diose et la force redou­table des sculp­tures parlent d’elles-mêmes et expriment la richesse éton­nante des Arts de la Côte d’Ivoire, qui dépasse ses fron­tières, mais trouve là un lieu d’expression excep­tion­nel.

P.A.F. 12 €, étu­diants 7 €

Réservation sou­hai­tée : [contact‐form‐7 404 “Not Found”]

Billets apparentés

Aux sources du mona­chisme. Conférence du père Mart… Conférence du mer­cre­di 16/01/2019 Aux Sources du Monachisme Texte inté­gral “Paroles au Fil du Temps” no 76 « Tu as vu l’éclair, garde ton secret » …
Aux sources du mona­chisme « AUX SOURCES DU MONACHISME » Conférence du père Martin Neyt, prieur de Clerlande Le mer­cre­di 16 jan­vier 2019 à 20h Les Les tra­di­tions monas­tique…

Trésors de Côte d’Ivoire : aux sources des traditions artistiques

Les enjeux de cette publi­ca­tion consistent à mettre en lumière l’unité pro­fonde qui relie les peuples si divers de la Côte d’Ivoire et à mon­trer com­bien leurs cultures si variées trouvent leurs sources au coeur même du pays et au‐delà des fron­tières. La beau­té gran­diose et la force redou­table des sculp­tures parlent d’elles-mêmes et expriment la richesse éton­nante des Arts de la Côte d’Ivoire, qui dépasse ses fron­tières, mais trouve là un lieu d’expression excep­tion­nel. Le raf­fi­ne­ment des orfèvres akan a dépo­sé son empreinte sur la sculp­ture en bois et lui a don­né un raf­fi­ne­ment inéga­lé. Ce livre pré­sente un par­cours ini­tia­tique, réca­pi­tu­lant les grands moments cultu­rels de la Côte d’Ivoire et faci­li­tant la com­pré­hen­sion d’un monde cultu­rel si mul­tiple : cadre géo­gra­phique, popu­la­tion, pré­sen­ta­tion des don­nées his­to­riques (cartes, migra­tions), les signes sculp­tés les plus signi­fi­ca­tifs des cultures res­pec­tives, situés dans une pers­pec­tive esthé­tique de l’histoire de l’art et les tech­niques uti­li­sées (sculp­ture, orfè­vre­rie, pein­ture, poids à peser l’or, tis­sage.). Plus de deux cent cin­quante objets sont pré­sen­tés en pri­vi­lé­giant les oeuvres majeures de la grande sculp­ture en bois, l’orfèvrerie akan et ses terres cuites. Les conclu­sions sou­lignent le riche patri­moine de la Côte d’Ivoire qui se crée de nos jours et com­bien uni­té et diver­si­té se conjuguent sur le plan cultu­rel et natio­nal.

François Neyt

Fonds Mercator,  Décembre 2014

Billets apparentés

Aux sources du mona­chisme. Conférence du père Mart… Conférence du mer­cre­di 16/01/2019 Aux Sources du Monachisme Texte inté­gral “Paroles au Fil du Temps” no 76 « Tu as vu l’éclair, garde ton secret » …