Archives par mot-clé : frère Yves de Patoul

26è Dimanche T.O. ( C )

Dimanche 29 sep­tembre 2019

Lc 16, 19–31
Le riche et Lazare

26è Dimanche T.O. ( C )

Cet évan­gile est assez ter­rible pour nous, chré­tiens, catho­liques ou non, car à une très large majo­ri­té, nous sommes des riches à dif­fé­rents titres ; nous vivons à l’aise, nous avons reçu une bonne édu­ca­tion, nous sommes riches de nos idées, de nos convic­tions. Inversement, les pauvres n’entrent guère dans nos églises ; ils sont à nos portes pour tendre la main. Et si nous sommes bran­chés aux médias, nous les voyons sur nos écrans de télé­vi­sion par mil­liers, nous les voyons même débar­quer dans nos pays en flot presque conti­nu en quête d’un peu de digni­té. Et nous sommes inquiets ; cer­tains vou­draient leur dire : ren­trez chez vous, vous allez prendre notre pain. Je sais que la ques­tion des immi­grés est com­plexe, et qu’elle sus­cite des divi­sions à n’en plus finir. Elle ne se limite d’ailleurs pas à la seule ques­tion éco­no­mique, il s’y ajoute sou­vent une dimen­sion raciale. Nous par­le­rons donc de notre entou­rage plus immé­diat. Nous élè­ve­rons le débat à un niveau plus spi­ri­tuel qui laisse sans doute plus de liber­té, mais pas moins de ques­tion­ne­ment car si ce pauvre était Jésus lui-même qui attend au fond de notre cœur un peu d’affection, un peu de ten­dresse, que ferions-nous ? Le Christ men­diant d’amour tel était le titre d’un livre de Bernard Bro des années 70 du siècle pas­sé.

Lire la suite

à lire aussi

Le Figuier Stérile

Le figuier sté­rile

Luc 13,1–9
3ème dimanche de Carême, C

Après les deux pre­miers évan­giles tra­di­tion­nels du carême, ceux qui sont com­muns aux trois années du cycle litur­gique, à savoir les ten­ta­tions et la trans­fi­gu­ra­tion du Seigneur qui nous avaient menés d’abord au désert pour des choix exis­ten­tiels, puis sur une haute mon­tagne pour une ren­contre avec le Seigneur trans­fi­gu­ré qui nous laisse entre­voir le relè­ve­ment du Christ res­sus­ci­té après sa défi­gu­ra­tion dans sa pas­sion, l’évangéliste Luc nous pro­pose une sorte d’intermède cen­tré sur la conver­sion. Cet inter­mède est bâti sur deux faits divers : le mas­sacre de pauvres inno­cents en train de faire leurs sacri­fices rituels, et la chute d’une tour qui entraî­na la mort de 18 vic­times, elles aus­si inno­centes. Ils sont sui­vis d’une para­bole, celle du figuier sté­rile.

Lire la suite

à lire aussi

Homélie du 5è dimanche du T.O. 2019, année C

Lc 5,1–11

Homélie du 5è dimanche du T.O. 2019

Les 4 pre­miers dimanches de l’année litur­gique étaient consa­crés à la pré­sen­ta­tion de la per­sonne de Jésus : son bap­tême, l’annonce d’un flot de vin nou­veau ; la pré­di­ca­tion inau­gu­rale à Nazareth qui se ter­mine mal : la Bonne Nouvelle n’est pas bien accueillie par tous. D’où la néces­si­té de for­mer des dis­ciples qui vont per­pé­tuer la mis­sion du Fils.
Pour évo­quer cela, l’évangéliste Luc a choi­si un récit de pêche mira­cu­leuse que saint Jean, lui, a pla­cé dans son évan­gile après la résur­rec­tion : rappelez-vous les 153 gros pois­sons tirés sur le rivage dans un filet qui ne se déchi­ra pas. Dans les deux récits, c’est l’apôtre Pierre (Simon) qui est au cœur de l’action, en ce sens que c’est lui qui est sol­li­ci­té par Jésus, c’est lui aus­si qui est mis à l’honneur après avoir confes­sé sa foi. On pour­rait dire qu’il est mis au centre par Jésus lui-même.

Lire la suite

à lire aussi