Archives par mot-clé : frère Yves de Patoul

Guérisons multiples à Capharnaüm

Homélie du 5e Dimanche ordinaire B

Guérisons mul­tiples à Capharnaüm

« Si j’annonce l’évangile, je n’ai pas à en tirer orgueil, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonce pas l’évangile ».

Cette der­nière affir­ma­tion qua­si pro­ver­biale de saint Paul pour­rait et devrait être la devise de tous ceux qui sont un peu conscients de leur iden­ti­té chré­tienne. Le vrai dis­ciple du Christ, celui qui est digne de por­ter le nom de chré­tien c’est celui qui essaye par tous les moyens qui lui sont pos­sibles d’annoncer autour de lui la bonne nou­velle du salut. Il doit évi­dem­ment être convain­cu qu’il a une bonne nou­velle à com­mu­ni­quer. Saint Paul, lui, en était abso­lu­ment convain­cu : « libre à l’égard de tous, je me suis fait le ser­vi­teur de tous afin d’en gagner le plus grand nombre pos­sible ». Dans l’évangile selon saint Marc que nous avons enten­du aujourd’hui, nous trou­vons la même convic­tion qui anime Jésus et dont saint Paul est imbi­bé, impré­gné au plus pro­fond de lui-même : nous y voyons Jésus par­cou­rir villes et vil­lages en train de gué­rir tous ceux qu’on lui pré­sente, tous les malades atteints de toute sorte de mala­dies phy­siques et psy­chiques, aus­si bien que la belle-mère de Pierre atteinte de fièvre.

Lire la suite

6ème Dimanche Pascal

6è Dimanche Pascal (A)

17 mai 2020

Homélie sur Jean 14,15–21

L’évan­gile que nous venons d’entendre fait par­tie d’un vaste ensemble qu’on appelle « dis­cours d’adieu », un dis­cours qui a été pro­non­cé par Jésus à la veille de sa pas­sion, le jeu­di saint jour de la der­nière Cène, sachant bien tout ce qui l’attendait. Il s’adresse à ses dis­ciples qu’il veut ras­su­rer à l’approche de sa mort vio­lente qui pour­rait les ébran­ler, eux qui ont vécu avec lui quelques années inou­bliables, ils se sont atta­chés à lui et Jésus ne vou­drait pas que tout cette riche expé­rience vécue ensemble, accom­pa­gnée d’un ensei­gne­ment solide, s’envole en fumée. Dans ce dis­cours, Jésus livre ses volon­tés, ses convic­tions les plus fortes comme on le fait dans un testament.

Lire la suite

3ème Dimanche de Pâques

Homélie sur les Pèlerins d’Emmaüs

3ème Dimanche de Pâques

En ces jours tristes et pénibles, dou­lou­reux même pour cer­tains d’entre nous, tous obli­gés de sus­pendre toute vie asso­cia­tive et même une grande part de la vie sociale – je pense aux dépla­ce­ments et aux loi­sirs, sans par­ler des messes qui nous ras­semblent tous les dimanches en cette cha­pelle – et tout cela à cause de ce sacré virus qui se trans­met d’homme à homme, nous écou­tons ce mer­veilleux récit des deux Pèlerins d’Emmaüs avec d’autant plus d’intérêt que, eux aus­si ils ont quit­té la ville de Jérusalem où l’on fêtait la Pâque juive dans un état très dépres­sif, peut-être plus avan­cé que le nôtre : ils s’en retournent fort désa­bu­sés de ce qui est arri­vé à Jésus de Nazareth, cet homme dans lequel ils avaient mis tous leurs espoirs pour la libé­ra­tion de leur nation Israël. Et bien cet homme, ils l’ont arrê­té et ils l’ont mis à mort en le cru­ci­fiant. Ils, ce sont leurs auto­ri­tés reli­gieuses autant que poli­tiques. Tous leurs espoirs se sont effon­drés. Nous écou­te­rons ce récit avec d’autant plus d’intérêt, disais-je, que leur peine, leur déso­la­tion s’est trans­for­mée en une conso­la­tion joyeuse. Essayons de com­prendre com­ment a bien pu se pas­ser ce com­plet ren­ver­se­ment. Peut-être pourrions-nous en rete­nir la recette ? C’est ce que je vous souhaite.

Lire la suite