Archives par mot-clé : Jn 3 14-21

4ème dimanche du Carême B

DONNER SA VIE

4ème dimanche du Carême B

(Jn 3, 14–21)

Les parents qui ont engen­dré des fils et des filles savent bien ce que signi­fie ‘don­ner la vie’. Mais ce pri­vi­lège est par­ta­gé avec bien d’autres per­sonnes, en bien d’autres domaines. Parce que le don et la vie sont tou­jours liés. Pas de vie sans don ; pas de don qui ne soit un sur­croît de vie, à tous les niveaux. Dans l’évangile de ce dimanche ces mots ‘vie’ et ‘don’ reviennent plu­sieurs fois, et il y est sur­tout ques­tion de ce que l’on peut appe­ler le ‘don ori­gi­nel’ : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a don­né son Fils unique ».
En ce temps de pré­pa­ra­tion à Pâques, nous sommes invi­tés à médi­ter sur ce don qui est le cœur du mys­tère pas­cal. Nous célé­brons en effet la façon dont Jésus, à son tour, a don­né sa vie, et nous a « aimé jusqu’au bout ». En par­ta­geant le pain et en dis­tri­buant le vin, il s’est don­né lui-même sans réserve, et jusqu’à don­ner son der­nier souffle, sur la croix. Comme le dit encore saint Jean, c’est ain­si qu’il nous a don­né l’Esprit, créa­teur de toute vie.

Lire la suite

4e dimanche de Carême B 2018

dimanche 11 mars 2018

4e dimanche de Carême (B)

Les reli­gions, depuis un cer­tain temps
sont en train de réoc­cu­per le ter­rain de l’actualité,
et d’être appe­lées à reposer
les vraies ques­tions et exi­gences du « vivre ensemble ».
Demandons au Dieu fidèle à son Alliance avec l’humanité
de puri­fier la foi de tous les croyants
dans l’humilité d’un amour extrême :
Ô Dieu saint, ô Dieu fort, prends pitié de nous. Lire la suite

4è Dimanche de Carême

Homélie du 11 mars 2018

4è Dimanche de Carême

Notre marche devient autre. En ces jours, nous sommes appe­lés à renouer avec le Seigneur en ayant confes­sé notre péché, une nou­velle rela­tion peut s’ins­tau­rer entre Lui et nous… Jean revient sur ce moment qui s’offre à cha­cun de nous, contem­pler le Christ en Croix, lui par­ler en véri­té. Pour cela, il aborde trois dimen­sions à consi­dé­rer toutes ensemble : l’é­lé­va­tion propre du Christ en se réfé­rant au ser­pent de bronze cause du salut dans le désert, la volon­té d’a­mour du Père ain­si que notre propre atti­tude, qui se joue dans notre propre rap­port à la véri­té. Rien ne peut se pas­ser sans l’é­lé­va­tion du Christ, rien ne peut se pas­ser sans le pro­jet d’a­mour du Père, rien ne peut se pas­ser sans ma libre impli­ca­tion. Comprendre ain­si la situa­tion m’aide à aller vers le che­min de vie. Lire la suite