Archives par mot-clé : Peinture

La Tentation de St-Antoine vue par Jérôme Bosch

fête des saints - clerlande - jérôme bosch

Tentation de St Antoine- Jérôme Bosch
Triptyque de “la Tentation de St Antoine” de Jérôme Bosch, 1506 : volet cen­tral 131,5 x 119 cm ; pan­neaux laté­raux (gauche et droit), 131,5 x 53 cm. Ce trip­tyque est conser­vé au Museu Nacional de Arte Antiga à Lisbonne (Portugal).
Au sujet de St-Antoine ( +356, Fête le 17 janvier)

C’était un jeune homme riche, pro­prié­taire ter­rien en Haute-Égypte. Mais la ques­tion de son salut le tour­men­tait. Préoccupé par ce qu’il avait lu dans les Actes des Apôtres qui décrivent la pre­mière com­mu­nau­té chré­tienne où tout était en com­mun, il entre dans une église. Et c’est là qu’il entend l’Évangile du jeune homme riche. Il est sai­si par la coïn­ci­dence : ce texte s’a­dresse à lui, pense-t-il, et aujourd’­hui même. Il dis­tri­bue sa for­tune aux plus pauvres et se retire quelque temps après dans le désert de Nitrie, habi­tant un fort mili­taire aban­don­né.
Là, pen­dant plus de vingt ans, il subi­ra les attaques du démon qui prend l’ap­pa­rence de bêtes féroces ou sen­suelles. Ce sont les célèbres ten­ta­tions de saint Antoine. (source)

Lire la suite

à lire aussi

Le Baptême du Christ vu par Le Tintoret

L a seconde moi­tié du XVIe siècle a été à Venise une grande époque de riva­li­tés artis­tiques entre le grand et « sublime » Titien dont la domi­na­tion reste incon­tes­tée, le « téné­breux » Tintoret et le « brillant » Véronèse, sans oublier le jeune et talen­tueux Jaccopo Bassano. Dans dif­fé­rents domaines, se mul­ti­plient por­traits, com­mandes reli­gieuses et com­po­si­tions mytho­lo­giques.

Lire la suite

à lire aussi

L’exposition du corps de Saint Bonaventure, par Zurbaran

Saint Bonaventure, Cardinal-Évêque et Docteur de l’Église (1221–1274). Fête le 15 Juillet.

L’exposition du corps de Saint Bonaventure - Zurbaran, 1629
L’exposition du corps de Saint Bonaventure (Giovanni da Fidanza, 1218–1274), par Zurbaran, 1629. Huile sur toile 250 × 225 cm, Musée du Louvre, Paris.

« C’est cette faveur secrète que nul ne connaît s’il ne la reçoit et que nul ne reçoit s’il ne la désire, et que nul ne désire si ce n’est celui qui est enflam­mé jus­qu’au fond des entrailles par le feu du Saint-Esprit, que Jésus-Christ a por­té sur cette Terre. » S B

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

à lire aussi