Archives par mot-clé : Pierre de Béthune

30è Dimanche TO. année C : “UNE SOLIDARITÉ ÉVANGÉLIQUE

UNE SOLIDARITÉ ÉVANGÉLIQUE

30ème dimanche C 2019

Luc 18, 9–14

Aujourd’­hui nous aurions plu­tôt ten­dance à retour­ner cette para­bole, et à nous dire : « Moi, au moins, je ne suis pas un pha­ri­sien, je ne suis pas comme ces pha­ri­siens de bons chré­tiens pra­ti­quants et ver­tueux, ou comme ces clercs qui nous font la leçon. Je suis un pécheur, je n’ai pas peur de le recon­naitre ; je suis même, au fond, un mécréant, mais je sais que Jésus aimait sur­tout les pécheurs, les mar­gi­naux. Je suis du bon côté. Je ne vais pas m’exhiber à l’église, devant tout le monde ; je pré­fère res­ter der­rière et sor­tir quand la litur­gie m’ennuie trop. Et quand je rentre à la mai­son, je suis cer­tain d’être deve­nu un ami de Jésus. J’ai com­pris que l’évangile était pour moi… »

Lire la suite

à lire aussi

« AUGMENTE EN NOUS LA FOI ! »

27ème dimanche C (2019)

« AUGMENTE EN NOUS LA FOI ! »

Luc 17, 5–10

Il s’agit vrai­ment d’une ques­tion d’actualité. Nous voyons que la foi dimi­nue dans nos régions, par­fois aus­si dans notre famille. Il semble que cer­tains ont même tout-à-fait per­du la foi. Alors nous nous deman­dons : quant à nous, que pouvons-nous faire aujourd’­hui pour conser­ver, pour aug­men­ter la foi autour de nous ?
Mais, pour répondre à cette ques­tion, il nous faut d’abord nous deman­der ce qu’est en réa­li­té la foi. Si les apôtres demandent au Seigneur d’augmenter en eux la foi, c’est parce qu’il leur avait déjà sou­vent repro­ché leur manque de foi : « Gens de peu de foi, pour­quoi avez-vous dou­té ? » Et par ailleurs, Jésus admi­rait la foi de la Syro-phénicienne ou du cen­tu­rion romain, un autre païen : « En véri­té, je vous le déclare, chez per­sonne en Israël, je n’ai trou­vé une telle foi. » Alors qu’est-ce que la foi que Jésus attend de nous et que nous lui deman­dons de voir croitre ?

Lire la suite

à lire aussi

Vous avez reçu gratuitement ; donnez gratuitement

22ème dimanche C

Vous avez reçu gra­tui­te­ment ; don­nez gra­tui­te­ment

(Luc 14, 1, 7–14)

Une fois de plus, l’évangile nous montre Jésus à table. Vous savez qu’il y est sou­vent ques­tion de repas, de ban­quets de noces à Cana, de fes­tins pour le retour du Prodigue, de table accueillante chez des amis, mais aus­si de pique­nique sur les col­lines, les miettes de la table des enfants que la pauvre Syro-Phénicienne ramasse, et sur­tout de ce repas d’adieu, la ‘Dernière Cène’ que nous évo­quons en ce moment par l’eucharistie. Et n’oublions pas non plus la table d’Emmaüs et les autres repas pris avec les dis­ciples après sa résur­rec­tion dont l’évangéliste Luc aime par­ler (cfr. Ac 1, 4). On pour­rait encore évo­quer le ‘ban­quet escha­to­lo­gique’ où « beau­coup vien­dront du levant et du cou­chant prendre place au fes­tin avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des cieux ». Oui, les repas sont impor­tants dans la vie de Jésus, et il y est tou­jours atten­tif à ce qui se passe : pour­quoi un notable l’invite, com­ment une femme connue dans la ville peut y entrer, com­ment Marthe s’affaire trop au détri­ment de l’échange ami­cal, la joie du publi­cain Lévi, mais aus­si, comme dans l’évangile d’aujourd’hui, la façon dont les invi­tés choi­sissent leur place.

Lire la suite

à lire aussi