Archives par mot-clé : Raphael Buyse

La Fraternité diocésaine des parvis à Clerlande

logo

Raphaël BuyseDu 11 au 15 novembre, une bonne ving­taine de membres de la Fraternité dio­cé­saine des par­vis de Lille ont séjour­né à Clerlande. C’était l’occasion pour eux de retrou­ver Raphaël qui séjourne ici depuis quelques mois, de réflé­chir à quelques-uns de leurs pro­jets, et de pré­sen­ter leur Fraternité à la com­mu­nau­té et aux fami­liers de Clerlande.

Fondée il y a 15 ans, à Lille, cette com­mu­nau­té qui ras­semble main­te­nant 130 hommes et de femmes de tous âges cherche à vivre l’évangile dans le quo­ti­dien de l’existence. Elle s’inspire clai­re­ment des intui­tions spi­ri­tuelles et mis­sion­naires de Madeleine Delbrêl, cette assis­tance sociale, mys­tique et poète, qui a choi­si, au milieu du XX° siècle, de vivre sa foi au milieu des incroyants, dans la ban­lieue de Paris. Son expé­rience et ses écrits ouvrent pour aujourd’hui de nou­veaux che­mins de vie évan­gé­lique. Ses intui­tions sont infi­ni­ment contem­po­raines et son approche com­mu­nau­taire de l’expérience chré­tienne peut par­ler aux fami­liers d’un monas­tère !

En équipes, — cer­tains vivant ensemble -, les membres de la Fraternité dio­cé­saine des par­vis se pas­sionnent pour la vie de leurs contem­po­rains, et cherchent à la croi­ser avec l’Evangile. Ils essaient d’être, là où la vie les entraine, des petites com­mu­nau­tés simples, fra­ter­nelles et conta­gieuses de vie. C’est le témoi­gnage qu’ils nous ont don­né le dimanche 15. Un fami­lier de Clerlande écri­vait avoir vécu, cet après midi là, « un moment de joie pro­fonde, celle de sen­tir vivre l’Evangile et rayon­ner… » Bien d’autres se sont mon­trés inté­res­sés, et la ques­tion se pose main­te­nant de savoir si quelque chose de ce genre pour­rait naitre ici. La suite nous appar­tient.

Billets apparentés

Un Dimanche Autrement : le 22 mai Dimanche 22 mai : Un Dimanche Autrement Clerlande est une source, une oasis, un puits : il fait bon s’y retrou­ver pour y goû­ter la fraî­cheur d…
Rencontre : Pour un Carême fra­ter­nel Pour un Carême fra­ter­nel Chaque mar­di de Carême, vous êtes invi­tés à une ren­contre fra­ter­nelle au Monastère Saint-Andréde Clerlande (jus­qu’…
Paroles au fil du temps N°61 : Partir vers ce… Conférence in exten­so du père Raphaël Buyse (PDF) Pour télé­char­ger le docu­ment pdf : clic droit dans le bas du docu­ment (gri­sé au sur­vol de la sour…

Va, vends, donne, viens et suis-moi… Evangile de Marc, ch. 10

28è dimanche ordi­naire, année B

Vous avez enten­du ? Jésus était sur le point de par­tir.
Il venait de bénir les enfants et c’était l’heure pour lui et ses dis­ciples de se remettre en route. Et voi­là, nous raconte St Marc, qu’un homme accourt vers lui, comme sai­si par une urgence, au point de tom­ber à genoux devant Jésus, un peu comme un sac trop lourd : il faut ima­gi­ner la scène… On dirait même qu’il n’en peut plus de vivre comme il vit. « Bon Maitre, que dois-je faire pour avoir la vie éter­nelle ? ».
Ce n’est pas un ren­sei­gne­ment qu’il demande, comme on pour­rait deman­der son che­min pour aller à Clerlande. Sa ques­tion, c’est : « Bon Maitre, que dois-je faire pour être plus vivant ? Que dois-je faire pour que ma vie ait un ave­nir ? ».
Et s’il appelle Jésus « Bon Maitre », c’est qu’il attend de lui une parole de sagesse.
La ques­tion de cet homme, elle porte en elle cette ques­tion por­tée par tant d’hommes et de femmes, et tant de com­mu­nau­tés humaines : « Qui nous fera voir le bon­heur ? » « Qu’est-ce qui va nous ouvrir un ave­nir ? » . Je ne sais pas si c’est votre ques­tion, en tout cas, je sais que c’est la mienne.
Pourtant, il avait bien mené sa vie, cet homme ; ça tour­nait : il n’avait tué per­sonne, il n’avait pas trom­pé sa femme, il n’avait pas volé, il n’avait pas débla­té­ré sur ses voi­sins de palier… à peu près comme nous, quoi… Il s’était même habi­tué à ça, et peut être même qu’il en était fier. Il s’était ins­tal­lé dans l’observance de la Loi comme une sou­ris s’installe dans son fro­mage. Et pen­dant tout un temps, ça lui avait suf­fi. Sa vie, elle tour­nait bien, mais fina­le­ment, elle tour­nait en rond…

Allez, disons-le, il avait « vieilli » là dedans. Disons-le : il était deve­nu un peu comme un « vieux gar­çon » comme on peut le deve­nir nous aus­si – et je parle pour moi en pre­mier lieu – ou comme on peut deve­nir une « vieille fille » ou un « vieux couple ». Vous voyez ce que je veux dire : avec ses petites habi­tudes, ses petits prin­cipes et ses ver­tus, ses petits rituels et ses petites manies, sa petite vie ran­gée et un peu arran­gée, ou son lais­ser aller…
Cet homme qui vient à la ren­contre de Jésus, c’est un homme un peu désen­chan­té.
Il y a tant d’hommes et tant de femmes qui lui res­semblent, et tant de com­mu­nau­tés humaines aus­si qui trainent comme lui leur vie, et qui « tuent le temps, comme disait Madeleine Delbrêl, avant que le temps les tue »…

Ce jour-là cepen­dant, et ça, c’est bou­le­ver­sant, cet homme se remet en route. Il est por­té ce matin là par on ne sait quel sur­saut, par on ne sait quel souffle. On ne sait pas – enfin si ! – on le devine : sans doute rajeu­ni par la Parole qui fait son œuvre, tôt ou tard, dans le cœur de celui qui cherche vrai­ment Dieu ; sans doute regaillar­di par la Parole plus tran­chante qu’un glaive, comme dit Saint Paul ; sans doute rafrai­chi par la Parole tou­jours jeune qui le laisse entre­voir ce jour-là que sa vie vaut davan­tage que ce qu’elle est. Ce matin là, quelque chose en lui le laisse pres­sen­tir que Jésus pour­rait bien lui ouvrir un ave­nir et une nou­velle qua­li­té d’existence. Plus haute.

Il faut l’imaginer, cet homme : sur le che­min, tan­dis qu’il court, il se met à rêver que soit ré-enchantée sa vie. Il vou­drait bien que le bon Maitre lui révèle, comme on le dit dans le psaume, « la vraie mesure de ses jours »…
Ce qui est très tou­chant, dans le récit de Marc, c’est que Jésus, en le voyant aspi­rer à de la nou­veau­té, « se met à l’aimer ». Sans doute pas d’abord pour tout ce qu’il avait « bien » fait, sans doute pas pour ses « mérites », mais pour son désir, et pour tout le pos­sible qu’il entre­voit en lui.

Vous n’avez pas envie, vous, de cou­rir avec cet homme, à la ren­contre de Jésus ? Oh, pas cha­cun pour soi pour nos petites vies, mais bras-dessus bras-dessous, parce que la seque­la Christi, la « sui­vance » du Christ n’est pas seule­ment une affaire per­son­nelle. « Lorsqu’on est appe­lé par le Christ et lorsqu’on dit « je viens », on va tou­jours en retrou­ver d’autres » disait Madeleine Delbrêl…
N’avez vous pas envie, vous, de cou­rir avec cet homme à la ren­contre de Jésus pour que les com­mu­nau­tés aux­quelles nous appar­te­nons (com­mu­nau­tés fami­liales, parois­siales , pro­fes­sion­nelles ou monas­tiques) reçoivent de lui un nou­veau souffle ?
« Seigneur que devons-nous faire pour deve­nir plus vivants ? »

Comment ne pas pen­ser si nous cou­rons ensemble vers lui, que le Seigneur porte sur nous, nos familles, nos com­mu­nau­tés humaines et notre assem­blée de Clerlande le même regard qu’il por­tait sur cet homme de l’évangile de Marc ? Un regard qui aime. Un regard qui croit en l’avenir. Un regard qui espère tous les pos­sibles…

La suite du texte, vous l’avez enten­du. « Une seule chose te manque », lui dit Jésus, « va, vends, donne et puis viens, suis-moi ».
C’est clair : la vie ne se reçoit que dans un mou­ve­ment de nos êtres per­son­nels et com­mu­nau­taires. Pour qu’un ave­nir se des­sine, pour que la vie gran­disse, il faut se mettre en marche. Chacun sait bien que l’âge n’est pas une ques­tion. On peut être très âgé sans être pour autant vieux. Mais à 20 ans, on peut mar­cher comme des vieillards. « L’Eglise est lourde du pas de ceux qui ne partent pas ».

Va, dit Jésus, et puis vends ce que tu as. Mais là, c’est bien plus rude, il faut l’avouer. La Parole est cepen­dant très claire : il n’y a pas de vie, pas d’avenir pour ceux qui mettent leur cœur dans leurs richesses.
Vendre. Si ce n’était qu’une ques­tion d’argent ou de biens maté­riels, ce serait encore facile. Mais il y a tel­le­ment de choses qui sont deve­nues au fil du temps, dans nos vies per­son­nelles et dans nos com­mu­nau­tés, des richesses qui alour­dissent notre dis­po­ni­bi­li­té aux appels de l’Esprit : des habi­tudes qui nous jouent de bien vilains tours, des ser­vices qui sont deve­nus nos petites affaires, des savoirs qui sont deve­nus des refuges, des façons d’être, des façons de faire, des péda­go­gies de toutes sortes qui sont deve­nues des dik­tats, des dési­rs légi­times d’autonomie qui sont deve­nus des égoïsmes, des tran­quilli­tés que nous consen­tons aux autres pour ne pas être gênés dans les nôtres, des quant-à-soi qui empêchent de véri­tables ren­contres, et même des pau­vre­tés que nous tenons jalou­se­ment comme des richesses. Elles nous dérobent, comme on le chan­tait ce matin, à l’Esprit qui régé­nère…
Ces richesses là, qui nous empêchent d’avancer, de bou­ger, d’être plus légers et d’être plus joyeux, dans nos familles, dans tous les lieux où nous vivons, ou dans le réseau de Clerlande, il faut les repé­rer. Et il y en a, nous le savons bien, qui se cachent insi­dieu­se­ment dans les inter­stices de nos pau­vre­tés… ça c’est sub­til…
Va, dit Jésus, vends, et puis donne. Il ne s’agit pas seule­ment de les repé­rer, d’en fixer le prix, de mesu­rer ce qui nous empêche d’avancer, mais de lâcher, de lar­guer, d’abandonner, d’offrir, de se des­sai­sir, de remettre… Et là, ça coince.
Mystérieux cœur de l’homme qui sent bien que la vie c’est de don­ner mais qui a tant de misère à ouvrir les mains. Mystérieux cœur de l’homme qui sent bien que la vie vient à sa ren­contre mais qui a tant de peine à ne pas recu­ler…

Et puis il y a le « viens, suis moi… » . Parce que c’est d’abord ça, notre aven­ture de la foi. Notre seule rai­son d’être ici c’est ce désir com­mu­nau­taire le suivre le Seigneur et d’être, par Lui, don­né à ce monde qu’il aime. Et d’être – ensemble – une para­bole lisible et cré­dible, mieux que cela, une trace – de Lui.
« Viens, suis-moi ».
Autrement dit : entre dans mon his­toire et dans mon rêve. Je viens créer du neuf dans la vie de celui que j’appelle.

La suite du récit de l’évangile, vous la connais­sez aus­si. « A ces mots, il devient sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens… ». L’histoire ne le dit pas, mais j’aime ima­gi­ner qu’il n’est pas par­ti bien loin. Il a du, tout sim­ple­ment, ren­trer dans les rangs, se garer, se ran­ger… J’aime bien ima­gi­ner que, tou­ché par le regard de Jésus, il est res­té pas loin, un peu comme on peut se cacher der­rière un pilier. Et que Jésus l’a vu. Et qu’il a conti­nué à croire en lui…
Quasiment juste après cette ren­contre, qui nous est racon­tée éga­le­ment dans l’évangile de Luc, Jésus invente l’histoire des ouvriers de la onzième heure. C’est une lec­ture qui n’engage que moi, mais j’ai envie de croire que c’est pour cet homme là qu’il l’a ima­gi­née.

Toi, Jésus, frère impa­tient de nous livrer ensemble aux hommes et aux femmes de ce temps,
toi qui peux trans­for­mer en nomades les hommes et les femmes assis que nous sommes,
ne tarde pas à nous entrai­ner et nous main­te­nir dans ton souffle.
Arrache-nous.
Ne te résigne pas à nos fra­giles cou­rages de la onzième heure…
Viens réveiller nos vies au bois dor­mant.
Fais que les nuits de nos temps se changent en lumière.
Fais que nous n’allions plus sans feu ni lieu
puisque nous savons bien que depuis le matin de Pâques, tu nous accom­pagnes.
S’il te plait, entraine nous dans ton rêve pour notre huma­ni­té.
Ici et main­te­nant, cha­cun et ensemble, entraine-nous.
Nous étions morts.
Et tu nous veux vivants

* Evangile de Marc, ch. 10

P. Raphael Buyse

illus­tra­tion : eau-forte de Rembrandt, La Pièce aux cent flo­rins, vers 1649

Billets apparentés

7è dimanche pas­cal Dimanche 13 mai 2018 7è dimanche pas­cal Pour tout vous dire, je ne sais pas bien quoi dire. J’ai retour­né le texte dans tous les sens, hier soir et…
Ne pas perdre le Nord !  Chaque matin je trouve dans mes mails un petit des­sin de Philippe Geluck dont cha­cun connaît le chat phi­lo­sophe. Hier matin le chat, avec son …
Dieu n’aime pas man­ger tiède Lundi de la 28e semaine du temps ordi­naire Dieu n’aime pas man­ger tiède Elle est raide, cette his­toire : un roi en colère, des ser­vi­teurs mal­me­nés, …

28/11/2015 : Partir vers ce qui arrive

Entrée en Avent :

Samedi 28 novembre 2015 à 16h30

Conférence du P. Raphaël Buyse

« partir vers ce qui arrive »

On peut regar­der en arrière, regret­ter le pas­sé, vou­loir revivre hier. C’est une façon de voir la vie. Mais Dieu vient. Et c’est tou­jours au devant, dans l’épaisseur de l’aventure humaine. “Il a créé la vie crois­sante, dit Madeleine Delbrel, dyna­mique, évo­lu­tive, mou­ve­men­tée, féconde. Toute vie qui naît de sa Parole créa­trice est tou­jours « contem­po­raine », gref­fée sur la vitesse du temps.” C’est l’heure de se remettre en marche. 

sui­vie des vêpres d’ouverture de l’Avent à 18h

P.A.F. 5 €

Billets apparentés

Paroles au fil du temps N°61 : Partir vers ce… Conférence in exten­so du père Raphaël Buyse (PDF) Pour télé­char­ger le docu­ment pdf : clic droit dans le bas du docu­ment (gri­sé au sur­vol de la sour…