Archives par mot-clé : soeur Marie-Raphaël de Hemptine

L’Esprit nous humanise pour nous diviniser.

Conférence de Pentecôte, 08 juin 2019.

L’Esprit nous humanise pour nous diviniser.

  1. Un suspens au début des évangiles.

Le jour de la Pentecôte, les dis­ciples de Jésus étaient réunis au cénacle. « Soudain un bruit sur­vint du ciel comme un violent coup de vent : la mai­son où ils étaient assis en fut rem­plie tout entière. Alors leur appa­rurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se par­ta­geaient, et il s’en posa une sur cha­cun d’eux. Tous furent rem­plis d’Esprit Saint : ils se mirent à par­ler en d’autres langues, et cha­cun s’exprimait selon le don de l’Esprit. » (Ac 2, 1–4). Ainsi se réa­li­sait pour eux la pro­phé­tie de Jean Baptiste, qui disait à pro­pos de celui qui allait venir après lui : « Moi, je vous ai bap­ti­sé dans l’eau ; lui vous bap­ti­se­ra dans l’Esprit saint. » (Mc 1,8)

Lire la suite

Voici le temps favorable (texte intégral)

Conférence de la Sœur Marie-Raphaël de Hemptinne pour l’entrée en Carême, le 17 février 2018.

Voici le temps favo­rable

Nous lisons dans la Règle de saint Benoît, au cha­pitre 49 : ” La vie du moine devrait être en tout temps aus­si obser­vante que durant le Carême ” et ” Il atten­dra la sainte Pâque avec la joie du désir spi­ri­tuel “.

Ce temps est donc un temps de joie. Mais le Carême est aussi, dans toute la tradition spirituelle, le temps d'un combat spirituel.

Si le Carême est le temps de ” la joie du désir spi­ri­tuel ” et si ” la vie du moine doit être en tout temps comme en Carême “… c’est donc que le moine ne doit pas avoir en tout temps une ” mine de Carême “, mais qu’il doit vivre en tout temps dans cette joie du désir spi­ri­tuel que pro­cure la pers­pec­tive de la sainte Pâque… Lire la suite